Et Curiosity creusait, creusait... La NASA à l'attaque du sous-sol martien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Et Curiosity creusait, creusait... La NASA à l'attaque du sous-sol martien
©Image Credit: NASA/JPL-Caltech/MSSS

Nouvel exploit

Et Curiosity creusait, creusait... La NASA à l'attaque du sous-sol martien

La Nasa a indiqué que son engin avait effectué, mardi, une opération de forage. Il s’agit de la troisième manœuvre de la sorte sur la planète.

Régulièrement la Nasa communique des informations sur la présence de son robot Curiosity. Déployé depuis 2012 sur Mars, ce rover a permis de nombreuses découvertes et autres avancées scientifiques de la plus haute importance. Grâce à lui, l’agence spatiale américaine a notamment certifié la présence d’un ancien lac d’eau douce sur la planète rouge. Les ingénieurs de la Nasa sont donc ravis du travail accompli par cet imposant engin de 900 kilos. Mais ils n’en oublient pas que l’une des principales missions qui lui a été confié est de creuser le sol de Mars.

Ainsi, selon des informations relayées par Business Insider, la Nasa vient de confirmer que Curiosity a effectué ce mardi son troisième forage. Arrivé depuis quelques jours sur le site appelé Kimberley, le rover s’est attaqué à une roche en apparence sédimentaire située à la base d'une butte témoin. Résultat du travail : un trou d’à peine deux centimètres de profondeur. Mais une satisfaction tout de même car cela permettra à Curiosity de prélever des échantillons du sol martien.

Image Credit: NASA/JPL-Caltech/MSSS

"Nous pouvons constater que la roche est très fine, sa couleur est beaucoup plus grise que la poussière présente à la surface du sol et certaines parties de la roche sont plus solides que d'autres. Ces inégalités de textures sont très intéressantes", a simplement déclaré l'équipe scientifique de Curiosity. Et de poursuivre : "Tout cela renforce notre intérêt dans le forage sur ce lieu afin de mieux comprendre la chimie des fluides qui lient ces grains et forment la roche". 

Désormais, la Nasa va devoir déterminer si elle veut pratiquer ou non un forage plus important. Sachant que c’est suite aux deux premières opérations de la sorte que la présence d’eau douce a été certifiée, la décision ne devrait pas être difficile à prendre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !