Marion Maréchal-Le Pen donnée gagnante en PACA : pourquoi l’onde de choc toucherait aussi le FN version Marine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La liste FN est créditée de 37% des intentions de vote au second tour en PACA.
La liste FN est créditée de 37% des intentions de vote au second tour en PACA.
©Reuters

Numéro d'équilibriste

Marion Maréchal-Le Pen donnée gagnante en PACA : pourquoi l’onde de choc toucherait aussi le FN version Marine

Selon un sondage Odoxa pour le Parisien/BFMTV, la liste FN est créditée de 37% des intentions de vote au second tour en PACA. Une victoire qui pourrait redonner du poids à la ligne politique du FN défendue dans le sud, moins sociale que celle de Marine Le Pen.

Carine Bécard

Carine Bécard

Carine Bécard est journaliste politique à France Inter.

Voir la bio »

Atlantico : Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien / BFM, Marion Maréchal Le Pen l'emporterait en PACA pour les élections régionales du mois de décembre. Quels challenges cela pourrait-il représenter pour sa tante ?

Carine Bécard : Je comprends la question mais je ne crois pas qu'elle se pose en ces termes. Il n'est pas juste de penser que Marine Le Pen et Marion Maréchal Le Pen sont concurrentes. Cette dernière a 26 ans, et elle n'a pas du tout l'intention de doubler sa tante, pas pour l'instant. C'est une jeune élue, très appliquée, qui a du mal à se libérer de ses fiches préparées minutieusement. Elle a la tête sur les épaules, et ne peut pas doubler Marine. Peut-être parce qu'elle se l'empêche, ou parce qu'elle n'en a pas la carrure. Elle est en plein apprentissage politique, et elle en a parfaitement conscience.

Cela ne veut pas dire qu'elle ne deviendra pas dangereuse pour sa tante, parce qu'elle a du talent, qu'elle est issue de la même famille politique. Pour l'instant, sa tante a moins de 50 ans... Ce n'est pas encore l'heure. Le sondage est effectivement impressionnant, je le trouve inattendu. Mais sachant que Marine Le Pen a au moins autant de chance que Marion Maréchal de l'emporter dans le Nord, le problème serait évacué.

Dans ces deux régions en revanche se posera la question du vote socialiste. Respecteront-ils le sacro-saint front républicain ? Ou pas ? On peut imaginer qu'il serait moins compliqué pour un électorat de gauche de voter pour Xavier Bertrand pour empêcher Marine Le Pen de gagner, que de voter Christian Estrosi et de laisser gagner Marion Maréchal Le Pen au vu des propos qu'il tient et de la campagne qu'il mène... Pour un électeur socialiste, voter pour Marion Maréchal Le Pen ou Christian Estrosi sera équivalent... Si Marine Le Pen perdait pour cette raison, il n'y aurait pas de concurrence. Dans un cas la candidate aura pu bénéficier du front républicain et pas dans l'autre.

La région Nord-Pas de Calais Picardie devait constituer un tremplin pour elle, un tremplin pour montrer aux électeurs de tout le pays qu'elle peut être élu à un responsabilité publique importante. Dans le cas contraire, ce n'est pas grave pour autant car elle reste celle qui réussit tout, à avoir des maires, une centaine de conseillers départementaux, qui fait peur à l'establishment politique. Tout le monde redoute que pour la première fois depuis 1972, date de création de la région, l'une d'entre-elles tombe dans les mains du FN... A aucun moment donc ses électeurs ne remettront en doute son caractère de chef.

Le Front national est souvent représenté comme divisé en deux : le Front national du Nord, ni-gauche ni-droite, et celui du sud, plus proche de la droite dure. Si Marion Maréchal Le Pen gagne, mais pas Marine Le Pen, quelles conséquences cela pourrait-il avoir pour le Front national ?

La question est légitime, mais je pense que si Marine Le Pen avait été candidate dans le sud, elle aurait appuyé beaucoup plus sur les thèmes de la sécurité, de l'immigration, des thèmes très importants pour l'électorat du sud. Marine Le Pen, malgré tout, pratique la même politique que tous les autres responsables de droite comme de gauche. Elle adapte donc son offre à l'électorat qu'elle vise. Dans le Nord Pas de Calais, département historiquement de gauche, qui a souffert de la désindustrialisation, elle tient effectivement un discours plus social, inspiré de la ligne Philippot. Mais souvenons-nous de l'université de rentrée de cette année, Marine Le Pen a montré qu'elle savait tenir un discours très dur, très fort sur l'immigration à Marseille. Tout cela alors que son père laissait justement entendre qu'elle était "vampirisée" par Floriant Philippot.

Quels seraient les dangers d'une synthèse entre ces deux lignes en vue de 2017 ?

On pourrait imaginer qu'une Marine Le Pen candidate en 2017, ce qui ne fait aucun doute, soit confrontée entre ces deux lignes... Mais je ne le pense pas. Quand elle est invitée sur Des paroles et des actes, et comme tous les autres responsables politiques, elle réussit à s'adapter. Mais son électorat finira forcément par être déçu, il faut qu'elle exerce le pouvoir pour cela. Marine Le Pen est en train de devenir une responsable politique comme les autres, peut-être même l'est-elle déjà devenue sans que ses électeurs ne s'en soient rendus compte, parce qu'elle n'a pas pris les rênes du pouvoir.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !