Marine ou Jean-Marie : de qui Marion Maréchal-Le Pen est-elle le poisson-pilote ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Marion Maréchal Le Pen est l'une des deux députés frontistes élus en juin 2012.
Marion Maréchal Le Pen est l'une des deux députés frontistes élus en juin 2012.
©Reuters

Affaire de famille

Marine ou Jean-Marie : de qui Marion Maréchal-Le Pen est-elle le poisson-pilote ?

Marion Maréchal-Le Pen a publié un communiqué cinglant pour commenter la nomination d'Harlem Désir à la tête du PS. La benjamine de l'Assemblée nationale est-elle une simple signature sur des communiqués rédigés par d'autres ?

Lorrain de Saint Affrique

Lorrain de Saint Affrique

Lorrain de Saint Affrique est un ancien journaliste.

Proche du Front national, conseiller en communication de Jean-Marie Le Pen de 1984 à 1994, secrétaire départemental du FN dans le Gard et conseiller régional du Languedoc-Roussillon, de 1992 à 1998. Il avait été écarté du FN en 1994 à l’occasion d’un conflit avec Bruno Mégret. Il a publié Dans l'ombre de Le Pen (Hachette Littératures) en 1998. A la suite de l’exclusion de Jean-Marie Le Pen du FN, il renoue avec celui-ci : depuis le 1er octobre 2015, il exerce la fonction d’assistant parlementaire du député au Parlement européen, en charge des questions de presse.

 

Voir la bio »

Marion Maréchal Le Pen, la benjamine de l'Assemblée Nationale, s'est fendue, jeudi, d'un communiqué virulent pour commenter la nomination d'Harlem Désir à la tête du PS. Jusqu'ici, la petite fille de Jean-Marie et la nièce de Marine était restée discrète. Cette initiative est-elle personnelle ?

Lorrain de Saint Affrique : C’est avec le temps que s’affirmera peut-être la personnalité politique originale de Marion Le Pen, comme ce fut le cas pour sa tante Marine. Dans l’immédiat, quelques mois seulement après son élection à l'Assemblée Nationale, elle est en phase de rodage. Disons qu’en cette année 2012, elle aura été au bon endroit, au bon moment, avec le bon patronyme. L’essentiel de la partie était déjà joué quand elle a reçu son investiture sur la 3ème circonscription du Vaucluse. La sociologie électorale augmentée de la curiosité médiatique a ficelé l’affaire. S’agissant du communiqué qu’elle a signé à l’annonce de la désignation d’Harlem Désir, il sort de « l’atelier de stylisme » du FN. L’urgence est de ne pas la laisser se faire déborder davantage par son encombrant et tonitruant collègue Gilbert Collard, de lui assurer une part grandissante de la lumière, en attendant qu’elle ait appris à marcher sans les béquilles des apparatchiks du parti.

Qui tire les ficelles : la tante Marine ou le grand-père Jean-Marie ?

L’idée du parachutage à Carpentras, tout le monde s’accorde là-dessus, vient de Jean-Marie Le Pen. C’est certainement lui qui a repéré l’existence locale d’un angle de tir électoral favorable. En région PACA, il est doublement sur son terrain d’influence, comme député européen et conseiller régional, et il regarde sans doute aussi vers les échéances de 2014. Plus l’entourage de Marine Le Pen s’impatiente et semble visiblement vouloir pousser le « vieux » dehors, plus il se sentira stimulé à ne pas décrocher. Sauf accident d’horloge biologique, il tient Marion comme une carte de ses jeux futurs, avec possible retour sur investissement.

On sait que Marion Le Pen à la préférence de l'ancien patron du FN tandis que les rapports de ce dernier avec Marine sont plus compliqués. Une rivalité peut-elle s'installer entre la fille et la petite fille de Jean-Marie Le Pen ?

Rivalité, surement pas. Rien n’oblige raisonnablement Marion Le Pen à se placer entre le marteau et l’enclume, dans les éventuelles frictions familiales, lesquelles finissent toujours par s’arranger plus ou moins : ainsi va la vie des clans. Elle va avoir 23 ans, elle est députée quand un Jean Sarkozy n’est encore que conseiller général ! La méthode est performante ! Pourquoi en changer en se mêlant de conflits qui ne sont pas les siens ?

Dans l'avenir, la jeunesse de Marion Le Pen peut-elle être un atout pour le Front national ?

Je pense qu’en effet elle a tout de suite un rôle important à tenir, d’abord vis-à-vis des militants FN de sa génération, en interne, par un inlassable engagement sur le terrain et à leurs côtés. D’abord, balayer l’image de pistonnée, de fille d’archevêque. Même discrète, à la base, la grogne a existé. Elle pourrait adopter une stratégie « Génération Le Pen » comparable à celle de sa tante à la fin des années 90, en assurant la promotion de jeunes candidats pour les futures élections municipales et régionales. Si Marine Le Pen s’attaque sérieusement à la question de l’implantation locale durable du FN, dont son père se méfiait tant, la nièce  trouvera un espace et une utilité. Mais comme le Front sera toujours le Front, attendons de voir si par exemple Marion Le Pen intègre la très sensible et convoitée commission d’investiture du parti, ce qui serait un signe, et ferait d’elle autre chose qu’une machine à signer des communiqués et des amendements pondus par d’autres

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !