Mais pourquoi les jeunes électeurs catholiques ont-ils choisi le Front National à 27% ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Mais pourquoi les jeunes électeurs catholiques ont-ils choisi
le Front National à 27% ?
©

Au nom du père et de la fille

Mais pourquoi les jeunes électeurs catholiques ont-ils choisi le Front National à 27% ?

Lors du premier tour de l'élection présidentielle, 27% des jeunes catholiques ont accordé leur vote au Front National. Selon Christine Boutin, présidente du parti chrétien-démocrate, ils se sont mépris sur le discours de Nicolas Sarkozy, pourtant exigeant sur les valeurs judéo-chrétiennes et ont pu être influencés par la ligne doctrinale de Jean-Paul II ou de Benoît XVI.

Christine Boutin

Christine Boutin

Christine Boutin est la présidente du Parti chrétien-démocrate.

Elle a été ministre du Logement et de la Ville puis uniquement du Logement, de mai 2007 à juin 2009.

Elle est l'une des instigatrices du droit au logement opposable.

 

Voir la bio »

Atlantico : Un récent sondage indique que 27% des jeunes catholiques se sont prononcés en faveur de Marine Le Pen lors du premier tour des élections présidentielles. Comment expliquer ce phénomène ?

Christine Boutin : De façon générale, la génération montante a une exigence sur les principes sociétaux beaucoup plus importante qu’il y a dix ou quinze ans. L’explication est à la fois doctrinale et politique. Du côté doctrinal, je pense que c’est certainement un des fruits de l’enseignement de Jean-Paul II, poursuivit du reste par Benoît XVI sur la culture de la vie citoyenne. Du côté politique, sans doute pour ces jeunes l’expression politique du premier tour et en particulier chez Nicolas Sarkozy n’a pas été perçue comme suffisamment exigeante par rapport aux principes fondamentaux véhiculés par Jean-Paul II et Benoît XVI.

D’autre part – et je le dis en tant que Présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD) – je pense que c’est une incompréhension par rapport aux postures de Nicolas Sarkozy qui sont pourtant très claires. Moi-même, j’ai été candidate à l’élection présidentielle, et j’ai été très exigeante sur ces principes sociétaux. Or, Nicolas Sarkozy les a repris dans l’article publié dans le Figaro Magazine et depuis, je suis tous ces meetings et il n’y pas de place pour l’ambiguïté. Au dernier meeting tenu à Clermont-Ferrand, il a parlé de la valeur sacrée de la vie, des questions que l’on se pose autour de la mort, notamment avec l’euthanasie, et a rappelé son opposition au mariage homosexuel etc.

Existe-t-il vraiment des points communs entre la ligne idéologique tenue par le Front National qui n'hésite pas à jouer la carte de l'exclusion ou du rejet de l'autre et les valeurs chrétiennes ?

C’est vrai pour tous les partis et pas uniquement pour le Front National. La France est pétrie des valeurs judéo-chrétiennes, quelles soient religieuses ou culturelles. Même notre devise : Liberté, Egalité, Fraternité expose des principes chrétiens. Ainsi tous les partis politiques français, en dehors des extrêmes gauches, sont modelés par la culture chrétienne.

Vous estimez que si l’électorat catholique s’est tourné vers le Front National, c’est qu’il se serait mépris sur le message, et qu’il n’y a pas d’adhésion aux thèses plus générales ?

En tant que catholique, l’explication que j’ai sur l’exigence des principes fondamentaux dans l’électorat catholique, est le résultat des messages, discours de Jean-Paul II et Benoît XVI.

Par quels moyens Nicolas Sarkozy et les autres dirigeants politiques pourraient-ils mieux faire entendre les valeurs défendues par les électeurs chrétiens, car comme vous l’avez rappelé, il l’a fait mais n’a pas été entendu ?

Il est très difficile de se faire entendre, nous vivons dans une société de surconsommation de l’information et nous en sommes envahis. De fait, les messages nouveaux s’en trouvent noyés et les images d’hier perdurent. On ne vit pas le temps présent, et c’est de la responsabilité de chacun d’entre nous de prêter attention. Je vous assure, et on connaît, mon exigence par rapport à ces principes fondamentaux, j’essaye de les faire vivre à travers ma longue vie politique. Et les propos de Nicolas Sarkozy sont clairs et il le dit au-delà de ce que peut accepter son environnement proche.

Le message de Nicolas Sarkozy est-il nouveau ? Après tout en 2007, les chrétiens avaient massivement voté pour lui.

Nicolas Sarkozy de 2012 n’est pas le même qu’en 2007. Vous savez bien qu’un certain nombre de comportements de son début de mandats a révulsé les catholiques. A quelques jours de l’élection présidentielle, je trouve inutile de les rappeler et de revenir dessus. La question aujourd’hui est de savoir dans quelle société nous voulons vivre. D’un côté François Hollande propose une société libertaire et de l’autre Nicolas Sarkozy propose une société basée sur les principes judéo-chrétiens. Et tout n’est pas joué. Dimanche, les Français devront faire un choix de société : libertaire, on en a encore un exemple avec le malentendu incroyable entre DSK, Julien Dray et les autres membres du Parti Socialiste qui donne encore un éclairage sur les choix de ce clan, et de l’autre un choix en accord avec notre Histoire, nos valeurs notre culture. Les reste est superflu.

Propos recueillis par Romain Mielcarek 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !