Mais comment se fait-il qu’il y ait encore des Juifs à La Duchère ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un homme de 89 ans a été poussé du 17e étage d’une barre d’immeuble de la Duchère.
Un homme de 89 ans a été poussé du 17e étage d’une barre d’immeuble de la Duchère.
©BERTRAND GUAY / AFP

Alerte ironie

Mais comment se fait-il qu’il y ait encore des Juifs à La Duchère ?

Ceux qui persistent à y demeurer le font à leurs risques et périls…

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Ce quartier de Lyon jouit d’une très fâcheuse réputation. Règlements de comptes, violences, trafic de drogue, émeutes. Tel est le quotidien de La Duchère.

Pour cette raison, les loyers y sont très peu chers. Des Juifs pauvres y habitent donc. Une petite minorité, au milieu de gens d’une toute autre origine. Un vieux juif de 90 ans vient d’y trouver la mort.

Il a été défenestré par un voisin irascible. Certains ont fait le rapprochement avec l’affaire Sarah Halimi. Il n’existe aucune preuve à l’appui de cette thèse. Eneffet la police a cru bon d’écarter toute motivation antisémite.

Elle évoque une dispute. Les querelles de voisins existent certes. Mais il est rare qu’elles se concluent par un corps jeté au bas d’un immeuble. Mais La Duchère a ses spécificités…

À Lire Aussi

« Saint-Denis n’est pas Paris » !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !