Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
©Sameer Al-Doumy / AFP

Contre-intuitif

Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)

Le pourcentage de Français condamnant les violences survenues lors des manifestations des Gilets jaunes a baissé de 6 points depuis décembre, selon un sondage Ifop pour Atlantico.

 Ifop

Ifop

L'Ifop est un institut de sondages d'opinion et d'études marketing.

Voir la bio »
Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.

Voir la bio »

Atlantico : Selon ce sondage, la condamnation de la violence par les Français est en baisse par rapport au mois de décembre, et ce malgré la violence enregistrée lors de l'acte VIII, une baisse qui apparaît significative chez la FI, les RN, et les GJ. Comment expliquer cette situation ? 

Jérôme Fourquet : On constate en effet une baisse, qui n'est pas massive, mais qui est tout à fait significative puisque la proportion de personnes qui condamnent sans réserve les violences étaient de 69% les 3 et 4 décembre – après les violences et l'épisode des dégradations de l'Arc de Triomphe – est passée à 63% aujourd'hui. La baisse n'est pas énorme, mais elle est tout de même de 6 points et intervient alors que nous sommes après la 9e journée de mobilisations dont la dernière a été marquée par des violences particulièrement spectaculaires, avec les images du fameux boxeur qui ont tourné en boucle sur les réseaux sociaux comme sur les chaînes d'info en continu, idem pour ce qui est de l'attaque du ministère de Benjamin Griveaux. En dépit de la réitération de ces violences, de l'ancrage dans la durée de cette contestation radicale et illégale, nous observons une baisse de la condamnation de la violence. Nous devons nous interroger sur le rapport qu'une partie des Français entretiennent avec une violence que l'on peut qualifier de violence sociale. Cette interrogation a pris corps dès les premiers weekends de mobilisation des Gilets jaunes puis qu’à la surprise générale, le soutien au mouvement n'a pas marqué de recul ou de baisse après les premiers actes, notamment ceux de l'Arc de Triomphe. Nous sommes ici toujours un peu sur le même processus, c’est-à-dire que si une large majorité condamne les violences (63%), ce mouvement n'est rejeté pour autant par une majorité de la population.

Retrouvez la suite de l'analyse de Jérôme Fourquet et celle d'Edouard Husson ici : Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !