Les vœux d'Hidalgo aux Parisiens : + 233 % de hausse des droits de stationnement résidentiel | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les vœux d'Hidalgo aux Parisiens : + 233 % de hausse des droits de stationnement résidentiel
©

Faites vos calculs

Les vœux d'Hidalgo aux Parisiens : + 233 % de hausse des droits de stationnement résidentiel

Votée subrepticement en décembre dernier la hausse des droits de stationnement à Paris est proprement phénoménale. L'opposition, menée par Nathalie Fiasco-Morizet, trop occupée à ferrailler contre Wauquiez à l'UMP pour obtenir un plus grand bureau, s'est à peine battue.

Google et Yahoo, internet

Serge Federbusch

Serge Federbusch est président d'Aimer Paris et candidat à l'élection municipale de 2020. Il est l'auteur de La marche des lemmings ou la 2e mort de Charlie, et de Nous-Fossoyeurs : le vrai bilan d'un fatal quinquennat, chez Plon.

Voir la bio »

Les résidents en seront encore plus victimes que les non-résidents, histoire de remplir les caisses de la ville, vidées par 13 ans de gaspillage.

Reprenons ces chiffres effarants : les usagers résidents vont payer 233 % de plus !

Leur tarif de stationnement passe en effet à 1,50 € par jour (au lieu de 0,65 €/jour) et à 9 € (au lieu de 3,25 €) pour 7 jours consécutifs hors jours fériés incluant la gratuité du dimanche. De plus, la carte autrefois gratuite coûtera 45 euros par an et le mois d'août sera payant.

Faites vos calculs : la hausse est de plus de 233 % et le budget du stationnement d'un véhicule pour un Parisien dans son quartier sera de plus de quarante euros par mois pour se mal garer dans des rues sales.

Quant aux non-résidents, ils devront acquitter la bagatelle de 4 euros de l'heure dans la majorité des arrondissements, jusqu'à 20 heures, y compris le samedi et en août.

Bref, ce n'est plus de la politique anti-voitures, c'est une exécution en règle.

Il est enfin assez cocasse de lire la justification municipale au sujet du paiement en août : «L'évolution des usages en matière de congés, avec notamment leur répartition sur l'ensemble de l'année, ne marque plus le mois d'août significativement en termes de baisse d'activité pour tous». Cette banalisation des rythmes professionnels est un parfait argumentaire, a contrario, pour justifier l'autorisation du travail le dimanche contre lequel fait mine de se battre Hidalgo.

Bah, après tout, ils ont voté pour ça...

Cet article est également publié sur Delanopolis.fr

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !