Les Verts allemands ont peur d’être privés du charbon russe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les leaders verts allemands, Annalena Baerbock Robert Habeck, lors d'une conférence.
Les leaders verts allemands, Annalena Baerbock Robert Habeck, lors d'une conférence.
©Ina FASSBENDER / AFP

Le calvaire de l’Ukraine, ça leur fait ni chaud, ni froid…

Les Verts allemands ont peur d’être privés du charbon russe

Comment dit-on « soumission » en allemand ?

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Du temps où Angela Merkel était chancelière, l’Allemagne abandonna le nucléaire. Cela fut fait à la suite d’un intense lobbying des Grünen. Et parce que c’était la mode.

Mais il fallait bien se chauffer et produire de l’électricité. Alors on essaya les éoliennes : le résultat fut pathétique. En conséquence de quoi l’Allemagne se fit livrer du charbon par la Russie. C’était très, très polluant. Mais les Verts dans leur paranoïa anti-nucléaire n’y trouvèrent rien à redire.

Ils sont aujourd’hui au pouvoir dans une coalition avec les sociaux-démocrates. Et c’est une des leurs qui est ministre des Affaires étrangères. Elle a déclaré qu’elle était opposée à ce que la Russie soit exclue du système bancaire Swift. Car, a-t-elle dit, en représailles Poutine pourrait cesser d’acheminer du charbon vers l’Allemagne.

Périsse l’Ukraine pourvu que les Verts obtiennent leur précieux anthracite.

Une telle lâcheté laisse sans voix. Dans les années 80, alors que les missiles soviétiques étaient pointés sur l’Europe les pacifistes et les Verts allemands criaient « plutôt rouges que morts » ! Leurs héritiers ont un peu modifié le slogan : « plutôt russes que d’avoir froid » !

Ps : Le chancelier social-démocrate allemand a, contrairement à ses alliés verts, le sens de l’honneur et de la dignité. Il livre des armes à l’Ukraine. La coalition gouvernementale au pouvoir à Berlin a certainement du plomb dans l’aile.

À Lire Aussi

Poutine veut « dénazifier » l’Ukraine : on sait ce que ça veut dire…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !