Le changement est-il vraiment pour maintenant ? Paradoxes de lendemains d'élection... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le changement est-il vraiment pour maintenant ? Paradoxes de lendemains d'élection...
©

Oligarchie

Le changement est-il vraiment pour maintenant ? Paradoxes de lendemains d'élection...

Un président socialiste européen convaincu, élu dans une France dont l'opinion s'est déplacée sur la droite ; un gouvernement formé d'habitués de ces clubs et autres dîners symbole de l'oligarchie mondiale... Avec François Hollande, paradoxalement, le changement n'est pas vraiment voyant.

Roland Hureaux

Roland Hureaux

Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.

Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes ainsi que de L'actualité du Gaullisme, Les hauteurs béantes de l'Europe, Les nouveaux féodaux, Gnose et gnostiques des origines à nos jours.

Voir la bio »

Trois paradoxes hypothèquent d’emblée le quinquennat de François Hollande.

Le premier est que le président socialiste doit, de manière étonnante, son succès à un glissement à droite de l’opinion. Une analyse serrée des chiffres montre que la droite a progressé au premier tour de  45,29 % en 2007 à 47,12 % en 2012 (la droite, c’est-à-dire en 2007, Sarkozy, Le Pen (père) Villiers et Nihous (chasse pêche) et en 2012, Sarkozy, Le Pen (fille), Dupont-Aignan). La gauche a, il est vrai, elle aussi, grimpé de 36, 44 % à 43, 75 %, mais surtout au dépens de François Bayrou auquel la méfiance de l’appareil socialiste envers Ségolène Royal avait permis de bénéficier en 2007 d’un volant de voix de gauche. La poussée de la droite est encore plus nette si on la pondère par la radicalité : le  Front national est passé de 10,44 % à 17,90 %. L‘extrême gauche (à laquelle on peut assimiler les Verts) seulement de 11,38 %  à 15,12 % : moins qu’il n’a progressé,  ce vote s’est concentré sur Mélenchon.

De manière notoire, la cause principale de la défaite de Sarkozy, beaucoup moins ample que prévue au demeurant, est  la désaffection d’une partie des électeurs du Front national au second tour. Or ce que cet électorat  a reproché à Sarkozy, ce n’est  pas sa droitisation, au contraire. Virage à droite de l’opinion, basculement à gauche du gouvernement, ce sont les surprises de la démocratie qui s’apparente parfois au jeu de billard. L’explication principale de ce paradoxe est, on le sait, le rejet de la personnalité de Nicolas Sarkozy par une majorité des Français même de ceux qui ont quand-même voté pour lui in fine. Qu’importe la raison : c’est une situation que François Hollande devra prendre en compte, et cela d’autant plus que le glissement à droite (confirmé par les sondages thématiques) porte non pas sur l’économique et le social mais sur les aspects les plus clivants du programme socialiste : identité nationale et questions de société.

Le second paradoxe est que rarement un gouvernement aura été, autant que le premier gouvernement Hollande, l’expression de l’oligarchie nationale et internationale qui, de fait, dirige depuis longtemps le pays : pas moins de cinq participants réguliers au Cercle Bilderberg, autant de membres de la French-American Foundation, au moins dix membres du Siècle ! Sans compter le Cercle de l’industrie. Ces gens ne sortent pas de l’ombre : de fait, ils étaient déjà au pouvoir, le vrai, celui qui, en symbiose étroite avec les médias, inspire la plupart des grandes réformes depuis vingt ans : celles de Sarkozy furent préparées par Jacques Attali et d’autres dont Luc Ferry, membres des mêmes clubs et d’ailleurs ralliés à Hollande. Ce n’est à l’évidence pas d’un tel gouvernement qu’il faut attendre une remise en cause du capitalisme global.

Cette interpénétration de la haute gauche dont est issu le gouvernement et des cercles les plus influents de l’oligarchie a des effets positifs. Comme ces cercles ne recrutent pas n’importe qui, les nouveau ministres, pris un à un, paraissent presque tous plus qualifiés que leurs prédécesseurs : nous n’aurons pas la cruauté de citer des noms, seulement une exception :  Bruno Le Maire, sans doute le meilleur ministre du gouvernement Sarkozy. Nous ferons aussi une réserve : dans un climat idéologique, l’adhésion à la pensée unique surqualifie. On mesurera un jour à quel point ce  qui a discrédité le dernier gouvernement Sarkozy, ce n’est pas d’avoir été trop à droite ou trop à gauche, c’est son incompétence, inséparable d’ailleurs de sa dépendance intellectuelle par rapport aux cercles dont nous parlons, lesquels sont désormais au pouvoir, si l’on peut dire, sans truchement.

Mais cette collusion a aussi son revers, et pas le moindre : les officines en question sont les temples où s’élaborent ou à tout le moins se diffusent les idéologies qui inspirent la plupart des réformes de droite ou de gauche depuis vingt ans. Or sur à peu près tous les sujets, ces réformes suscitent l’incompréhension, l’exaspération et , n’hésitons pas à le dire,  la sécession du peuple français : politique d’assistance aveugle, gestion libérale des services publics, politique économique sacrifiant l’emploi à la monnaie , enseignement livré aux idéologies pédagogistes, administration territoriale toujours plus complexe, réforme coûteuse de l’Etat. Tributaire de la même inspiration, Sarkozy a payé le prix de l’impopularité de ces réformes, presque toutes contestables. Mais les Français ne tarderont pas à s’en apercevoir : s’étant vengés sur la copie, ils ont désormais l’original ! 

Par derrière ces réformes, les modèles anglo-saxons et naturellement le dogme européen, également rejetés par le peuple. 

L’Europe, nous y voilà : c’est le troisième paradoxe. François Hollande est un « bébé-Delors ». Moins encore que Sarkozy, il  n ‘a remis en cause dans sa campagne le dogme de la construction européenne. Pas davantage celui de la monnaie unique, au nom duquel la croissance européenne est, de plan de rigueur en plan de rigueur, bridée d’une manière qui commence à inquiéter le reste du monde et précipite le déclin du vieux continent. 

Or, au point où nous en sommes, personne ne doit se faire d’illusions : ce président archi-européiste sera, qu’il le veuille ou non,  celui qui devra gérer la fin de l’euro. Y a-t-il pensé ? Qu’a-t-il prévu face à cette échéance ? Qu’a prévu l’oligarchie d’où est issu son gouvernement et qui a, au fil des ans, fondé toute sa crédibilité sur la réussite de la monnaie unique, au point d’interdire tout débat sur ce sujet ?

Un gouvernement de gauche dans une France qui vire à droite, une émanation directe de l’oligarchie dont le peuple rejette plus que jamais l’idéologie et les politiques qui s’en inspirent, une crise européenne de première magnitude en perspective. L’euphorie des tous premiers commencements ne saurait nous voiler la face sur l’impasse dramatique dans laquelle la France se trouve  François Hollande, et la France avec lui.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !