Les policiers américains tuent aussi des Blancs ! Étonnant non ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le policier, réputé assassin de Michael Brown, a été acquitté par un jury populaire de 9 personnes : 6 Blancs et 3 Noirs.
Le policier, réputé assassin de Michael Brown, a été acquitté par un jury populaire de 9 personnes : 6 Blancs et 3 Noirs.
©Reuters

"Top Gun"

Les policiers américains tuent aussi des Blancs ! Étonnant non ?

La loi permet aux flics U.S. d'avoir la gâchette facile. Mais contrairement à ce qu'on dit, ils ne tirent pas en fonction de la couleur.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Dans la presse, française en particulier, il n'y en a que pour Ferguson. Manifs, émeutes…C'est là qu'il y a un an Michael Brown, un jeune Noir, a été tué par un policier dont on a souligné qu'il était blanc. Voilà ce que ça donne, de Libération au Monde, comme titre : "Un jeune Noir désarmé abattu par un policier blanc". Avec un déchainement de commentaires sur le racisme américain.

Pour la suite il convient d'aller sur la presse américaine. Le policier, réputé assassin, a été acquitté par un jury populaire de 9 personnes : 6 Blancs et 3 Noirs. Michael Brown était un délinquant. Et les circonstances de son arrestation font que le policier, selon le jury (répétons 6 Blancs et 3 Noirs), était en droit d'avoir légitimement peur.

Il n'empêche, objectera-t-on, que chaque fois qu'un policier blanc tue un jeune Noir il y a aux Etats-Unis des émeutes plus ou moins violentes et qu'il ne faut rien moins qu'Obama pour tenter de les calmer. C'est qu'aux USA il y a une communauté noire et qu'une partie de cette communauté est infiniment plus pauvre que la moyenne. Ce qui entraîne une délinquance particulièrement plus élevée que la moyenne. Et en même temps nombre de jeunes Noirs s'estiment délaissés et victimes d'un racisme réel ou ressenti comme tel.

Ce qui est justifié et explicable pour les Etats-Unis ne l'est pas pour la France. Rien, strictement rien, n'autorise les hurlements qui chez nous accompagnent chaque fait divers américain à condition bien sûr, que la victime soit noire.

Comment peut-on chez nous ignorer que le chef de la police de Ferguson, théâtre de nouvelles émeutes avant-hier, est noir ? Comment peut-on négliger le fait que ces émeutes s'accompagnent de pillages qui ne sont certainement pas dus à la majorité paisible des Noirs de la ville ? D’où vient cet aveuglement volontaire qui empêche de voir la composition du jury qui a acquitté le policier blanc de Ferguson ?

Une victime noire, même si c'est un délinquant, attire les bonnes âmes. A leur attention ce fait divers, resté sans écho et trouvé dans le Los Angeles Times. À Seneca Zachary Hammond, 19 ans, a été tué par un policier. Lui-aussi était "désarmé". Lui aussi était un petit délinquant. Le policier qui l'a tué était blanc. Zachary Hammond également ! Pas de bruit. Personne n'en parle en France. Christiane Taubira s'est, comme souvent, distingué il y a quelques temps en déclarant que la police américaine ne tuait que des "gamins afro-américains". Il y a peu de chance qu'elle retienne le nom de Zachary Hammond…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !