Les Hobbits ont bien existé, c’était il y a près de 700 000 ans et les archéologues qui ont déterré leurs squelettes vont de surprise en surprise sur ces Homo Floresiensis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les Hobbits ont bien existé, c’était il y a près de 700 000 ans et les archéologues qui ont déterré leurs squelettes vont de surprise en surprise sur ces Homo Floresiensis
©Capture d'écran

Frodon ? C'est toi ?

Les Hobbits ont bien existé, c’était il y a près de 700 000 ans et les archéologues qui ont déterré leurs squelettes vont de surprise en surprise sur ces Homo Floresiensis

Alors que les recherches indiquaient que cette espèce de nain préhistorique (1,1m pour 35kg à l'âge adulte) avait vécu il y a 100.000 ans de cela, de récentes fouilles montrent qu'ils foulaient le sol indonésien il y a plus de 700 000 ans.

Depuis les premières fouilles en 2003 dans la grotte de Liang Bua, sur l'île de Flores en Indonésie, les recherches se multiplient pour percer le mystère de l'Homo floresiensis, autrement appelé Homme de Florès ou encore "le Hobbit" en raison de sa très petite taille.

Mais alors que les recherches indiquaient que cette espèce de nain préhistorique (1,1m pour 35kg à l'âge adulte) avait vécu il y a 100.000 ans de cela, de récentes fouilles dont lesétudes ont été publiées dans la revue Nature montrent qu'ils foulaient le sol indonésien il y a plus de 700 000 ans, rapporte le National Geographic.

Changement corporel

Ces nouvelles fouilles, entreprises cette fois à Mata Menge, à 74 kilomètres de la grotte de Liang Bua ont révélé des fossiles d'os et de dents encore plus petits, vestiges d'ancêtres encore plus lointains de cette même espèce.

"Ces nouvelles découvertes suggèrent que l'Homo floresiensis est en effet une forme naine de l'Homo erectus de Java, un petit groupe duquel certains se sont retrouvés bloqués sur Flores et ont évolué en isolation", a confié au National Geographic Gerritt van der Bergh, archéologue de l'Université de Wollongong (Australie) et co-auteur de l'étude.

De quoi éluder la théorie selon laquelle "le Hobbit" était une forme d'Homo sapiens qui, tombé malade, aurait développé au fil des générations des symptômes de microcéphalie et une plus petite structure osseuse, à l'image de ce que provoque le virus Zika.

En raison des faibles ressources présentes sur l'île, l'Homo erectus aurait muté en Homo floresiensis en l'espace très court de 300 000 ans, perdant par la même occasion entre 60 et 90 centimètres de taille, selon les propos recueillis par The Verge.

Zones d'ombre

Il existe une autre hypothèse selon laquelle le "Hobbit" serait un descendant direct de l'australopithèque qui aurait migré hors d'Afrique, mais les proportions crâniennes et dentaires le rapprochent bien davantage de l'Homo erectus.

Le plus étonnant dans tout cela est que les outils que semble avoir utilisé le "Hobbit" il y a 700 000 ans sont très similaires à ceux utilisés par les Homo floresiensis de la grotte Liang Bua, datant d'il y a seulement 100 000 ans. Les plus vieux objets semblent même être plus sophistiqués, rapporte The Atlantic.

Malgré ces récentes trouvailles, les hypothèses sont encore nombreuses et variées sur les origines de l'Homo floresiensis, sa place parmi les autres espèces d'hominidés, et son rapport avec les Homo sapiens que nous sommes. Affaire à suivre…  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !