Les entreprises n’ont plus le moral : 70% s’attendent à un arrêt de croissance et de grosses difficultés de trésorerie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Après le « quoi qu’il en coute », une France ingouvernable risque de générer « le sauve qui peut » .
Après le « quoi qu’il en coute », une France ingouvernable risque de générer « le sauve qui peut » .
©ALAIN JOCARD / AFP

Atlantico Business

Les entreprises n’ont plus le moral : 70% s’attendent à un arrêt de croissance et de grosses difficultés de trésorerie

L’étude du cabinet Arc / IFOP publiée au lendemain des élections législatives révèle que les chefs d’entreprise s’attendent à une détérioration de leur activité et de leur trésorerie. 75% des entreprises interrogées voient les délais de paiement comme la variable d’ajustement.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Rien ne va plus. Après le « quoi quil en coute », une France ingouvernable risque de générer « le sauve qui peut » .

Au lendemain des élections législatives, les chefs dentreprise ont perdu le moral quils avaient en sortant de la crise du Covid. Leur prévision dactivité est désormais très pessimiste sur l’évolution de leur marché, sur leur marge et sur leur capacité de trésorerie.

Le moral des patrons nest pas tombé brutalement cette semaine, aux vues des résultats des législatives. La détérioration a démarré au début de lannée, elle sest aggravée avec la guerre en Ukraine. La campagne pour la présidentielle, suivie de la campagne législative na rien arrangé.

Le projet du cabinet Arc, un des cabinets de juristes daffaires leader en France, avait pour objectif de mesurer l’état des entreprises françaises à un moment où Bercy préparait la fin « du quoi qu’il en coute » alors que le contexte économique sest retrouvé fortement hypothéqué par la situation géopolitique 

Afin de mettre en lumière l'état de "réveil" des entreprises françaises dans ce climat si particulier, le Cabinet ARC a donc mené, avec l'IFOP, cette étude sur le moral des chefs dentreprise, leur situation financière’et limpact sur les trésoreries : le constat est clair et net parce quil tombe sur la question des délais de paiement, qui sont à nouveau utilisés comme variable dajustement.

Les entreprises ont été interrogées au cours du mois de juin et il ressort que 25% dentre elles ont déjà constaté une détérioration des délais de paiement de leurs clients. Leurs clients PME ont dailleurs souffert plus que les grands comptes. 

À Lire Aussi

Les patrons ne disent rien. Ils espèrent qu’Emmanuel Macron jouera le compromis, comme les Allemands. Sauf que la France n’est pas l’Allemagne

Le détail des chiffres de cette étude révèle une situation assez inquiétante :

  • Plus de 70% des entreprises interrogées ne prévoit pas de croissance de leur activité au cours des 6 prochains mois et plus de 21% en anticipent même le recul.
  • Près de la moitié des entreprises interrogées prévoit qu'il leur faudra 1 à 2 ans pour effacer les effets de la crise sanitaire sur leur santé financière.
  • Pour 38%, c'est une période d'au minimum 3 ans qui est envisagée.
  • Pour près de 6 entreprises sur 10, les banques se désengageront vis-à-vis des TPE/PME qui ont utilisé leur premier PGE sans l'avoir encore remboursé et près d'1 entreprise sur 2 (46%) pense que l'arrêt progressif du "Quoi qu'il en coûte ?" entraînera une augmentation du nombre de dépôts de bilan de leurs clients.
  • 30% des entreprises considèrent (craignent ?) que leurs clients ne seront pas en mesure de faire face au remboursement cumulé de leurs créances, investissements et factures.
  • 3/4 (75%) des entreprises interrogées pensent que les délais de paiement risquent de devenir une variable d'ajustement et d'augmenter pour pallier aux problématiques de trésorerie des entreprises (de leur entreprise ?). Pour plus de 7 entreprises sur 10, c'est via l'allongement des délais de paiement de leurs fournisseurs qu'elles compenseront leurs besoins en trésorerie. La deuxième pratique la plus évoquée est le découvert bancaire et/ou l'escompte des effets, alors que près de la moitié des entreprises interrogées déclarent de ne pas disposer d'une trésorerie suffisante.
  • Plus d'un quart des entreprises interrogées estiment que les délais de paiement de leurs clients se sont détériorés au cours des 6 derniers mois.Celles-ci déclarent que les délais de paiement de leurs clients se sont dégradés de 19,1 jours en moyenne, avec un chiffre montant à 19,9 jours pour les clients PME (16,7 jours pour les Grands Comptes).Les délais de paiement des clients PME se sont davantage dégradés que ceux des clients Grands Comptes. 

À Lire Aussi

Avis de tempête sur la politique, mais pas de panique sur les marchés boursiers. Seule inquiétude, les taux d’intérêt…

Pour Denis Le bosse, le président du cabinet Arc, le diagnostic est clair : « Avec une croissance en berne, des prévisions de trésorerie inquiétantes, le pessimisme fait son retour dans les entreprises après leuphorie de la fin 2021. Grace au soutien mis en place par l’État français depuis 2020, le tsunami des défaillances dentreprise na pas eu lieu. Mais aujourdhui, alors que « quoi quil en coute » va se retirer progressivement, que les contrôles URSSAF vont se multiplier, que les remboursements des PGE vont être exigés, mais aussi au moment où les banques vont durcir leur condition de crédit… les entreprises craignent une augmentation des dépôts de bilan de leurs clients et surtout des retards de paiement. »

Ce phénomène est nouveau parce quau début de lannée, les entreprises étaient encore sur un trend de croissance relativement fort. On est sorti de lannée 2021 dans leuphorie du rebond. Il est évident que la guerre en Ukraine a cassé cette dynamique du rebond. Les sanctions pèsent aussi indirectement sur les entreprises françaises et pas seulement sur celle qui travaillent avec la Russie et lUkraine. Tout le monde est impacté pour cause de rupture dapprovisionnement et dinflation. La réaction première des entreprises est de protéger leur marge de manœuvre et leur cash. Doù lappel aux banques qui ont tendance à ne pas répondre. Doù le repliement sur soi, et lallongement de des délais de paiement comme le révèle l’étude du cabinet Arc /IFOP. Ce type de réaction est évidemment légitime. Arès le "quoi quil en coute », on court le risque du « sauve qui peut ».Le problème, cest que quand le client ne paie plus, cest le fournisseur qui trinque. La chaine de valeur se double dune chaine de défaillances.

Ces difficultés vont donc handicaper les six prochains mois. Cest dailleurs la prévision de la Banque de France et de Bercy. Un avertissement que na pas manqué de faire le ministre de l’économie, Bruno Le Maire .

Avec un problème supplémentaire qui sest invite le Week-end dernier, une situation politique de crise que personne navait prévue : une France ingouvernable, sans majorité, à un moment où les entreprises ont véritablement besoin de visibilité, de cap, et de stabilité. 

(Étude Arc/IFOP, 202 entreprises de 50 salariés et plus ont été interrogées entre le 19 mai et le 8 juin 2022)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !