Les écologistes veulent interdire la viande, mais ne disent rien contre le tabagisme, l’alcoolisme, le cannabis ou l’obésité… Bizarre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La gauche radicale est drivée par les leaders écologistes qui sèment des leçons de morale sur chaque dossier.
La gauche radicale est drivée par les leaders écologistes qui sèment des leçons de morale sur chaque dossier.
©STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Atlantico Business

Les écologistes veulent interdire la viande, mais ne disent rien contre le tabagisme, l’alcoolisme, le cannabis ou l’obésité… Bizarre

Alors que le mouvement écologique s’attaque à la consommation de viande, il est d’un silence assourdissant face à la consommation de tabac, d’alcool ou de cannabis sans même parler de l’obésité.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Depuis qu’ils se sont alliés à la France Insoumise, les écologistes ont regroupé leurs revendications sous le label écologique, sociale et sociétale. Tous les objets de luttes sociales leur paraissent bon à prendre, quitte à se retrouver parfois au centre de contradictions qui vont les pénaliser politiquement.

Quand ils s’attaquent aux violences policières, ils ont du mal à demander à ce que les policiers fassent leur travail. Quand ils condamnent à juste titre les hommes coupables de violences faites aux femmes, ils sont obligés de reconnaitre que certains de leurs dirigeants ont commis ce genre de brutalités sexistes ou sexuelles. Mais parallèlement, ils oublient aussi de défendre les femmes qui, dans le monde islamique, ne sont pas épargnées.

Le débat ouvert par Fabien Roussel, le secrétaire général du parti communiste, sur la nécessité de protéger la France qui travaille contre celle qui vit d’assistance est très meurtrier pour l’extrême gauche qui risque de se retrouver fracturée.

La question de l’entreprise, de ses profits, de l’économie de marché et même du capitalisme est encore en sourdine. Mais ces questions éclateront au grand jour quand il s’agira de discuter des retraites, de la fiscalité ou même du rôle de l’entreprise. 

Le mur des réalités va fissurer et finira par casser toute alliance politique dominée par une idéologie extrémiste. La vie quotidienne, la réalité des marchés économiques et financiers ne peuvent pas cohabiter avec une idéologie, un projet religieux et sectaire.

Il y aura toujours et notamment à gauche, une gauche radicale et une gauche pragmatique. C’est-à-dire réformatrice. Mais actuellement, c’est évidemment la gauche radicale qui a le lead.

À Lire Aussi

Les Ayatollahs du service public de l’audiovisuel obligent TF1 et M6 à renoncer à leur fusion et le grand gagnant est Netflix

Et la gauche radicale, aujourd’hui, est drivée par les leaders écologistes qui sèment des leçons de morale sur chaque dossier.

Sandrine Rousseau est devenue une star de la provocation radicale en condamnant un certain nombre de pratiques de l’économie moderne. Voyager en avion, par exemple, revient à pêcher contre l’environnement. Réclamer une réforme des retraites s’apparente à, désormais, oublier que dans nos libertés fondamentales, il y aurait un droit à la paresse.

Dernièrement, la même Sandrine Rousseau reprise par des légions de partisans s’est attaquée à la consommation de viande de bœuf. Et notamment quand elle est cuite au barbecue. On rêve ou plutôt, on cauchemardise. Les écologistes sont une abondance d’arguments pour justifier leurs pénalités : trop cher, trop polluante etc. etc.

Ce qui est très étonnant, c’est que les écolos oublient dans leur réquisitoire de condamner le tabac, l’alcool, le cannabis et les facteurs d’obésité. Et pourtant tout écologiste honnête devrait s’en préoccuper.

Le tabac, l’alcool et les drogues sont des maux qui, depuis plus d’un siècle, font des ravages dans les sociétés modernes. Le tabac est la première cause de cancer chez l'être humain et l'alcool, la première cause de maladies cardio-vasculaires ou neurologiques. Passons sur les effets secondaires qu’ils provoquent : accidents de la circulation ou violences et délinquances. L'obésité comme l’alcool ou le tabac est le produit d’organisations capitalistes internationales que les écologistes, qui ont très souvent la fibre sociale, devraient poursuivre de leurs attaques au nom du bien social. Pas un mot sur ce type de pollution humaine, pas une remarque sur les projets de libéralisation du cannabis en confiant l’organisation de ce commerce aux grands du tabac ou de l’alcool qui ne sont pas sur le pied de guerre pour investir, par hasard. Ils connaissent le marché et les réseaux.

Sur tous ces terrains, si l’extrême gauche alliée aux écologistes est absente c’est aussi parce que ces terrains sont des terres électorales.

À Lire Aussi

Poutine, Xi Jinping : Les dictateurs ont besoin de la mondialisation mais ils en ont peur…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !