Les clés pour comprendre l’attirance russe pour Marine Le Pen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un article publié par Slate.fr, intitulé Quand la Russie flirte avec le FN, évoque un rapprochement entre le pouvoir russe et le Front national.
Un article publié par Slate.fr, intitulé Quand la Russie flirte avec le FN, évoque un rapprochement entre le pouvoir russe et le Front national.
©Flickr

Nationalisme russe

Les clés pour comprendre l’attirance russe pour Marine Le Pen

"Marine Le Pen, pourquoi la Russie en a besoin ?" C'est le titre d'un livre de Vladimir Bolshakov, un ancien correspondant de la Pravda. La présidente du FN a justement été invitée à Moscou par la Douma le 18 juin 2013.

Jean-Yves Camus

Jean-Yves Camus

Chercheur associé à l'Iris, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalismes européens et de l'extrême-droite. Il est directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès et senior fellow au Centre for the Analysis of the Radical Right (CARR)

Il a notamment co-publié Les droites extrêmes en Europe (2015, éditions du Seuil).

 

Voir la bio »

Atlantico : Un article publié par Slate.fr, intitulé Quand la Russie flirte avec le FN, évoque un rapprochement entre le pouvoir russe et le Front national. Qu'en est-il réellement ? Ce rapprochement vous paraît-il crédible ?

Jean-Yves Camus : Lorsqu'elle a été en Russie, Marine Le Pen a rencontré le président de la Douma (Assemblée nationale russe) Sergueï Narychkine qui est un personnage important de l’État. Néanmoins, il faut se garder de considérer que le pouvoir russe est monolithique. Il y a autour du président Poutine et du gouvernement des factions idéologiques et des groupes d'influence différents. La position des diplomates n'est pas nécessairement celle des militaires.

Cela dit, il y a un intérêt réel. Dans certains cercles de pouvoir russe, on estime que le Front national est une force ascendante qui va prendre le leadership de la droite. On considère qu'il y a une probabilité réellepour que demain le FN supplante la droite classique. Cela me paraît un pari à la fois faux et risqué. La question est de savoir s'il s'agit simplement de ménager l'avenir ou d'un rapprochement plus poussé avec les milieux patriotiques et nationalistes russes.

Comment l'expliquez-vous ? Peut-on parler de proximité idéologique entre le FN et le régime de Vladimir Poutine qui exalte le nationalisme russe ?

Il y a en Russie des proches du pouvoir qui se retrouvent dans certaines des thématiques défendues par le Front national, notamment dans le nationalisme et l'idée d'une troisième force entre les États-Unis et l'Asie, une force indépendante de l'OTAN. La convergence d'idées entre le pouvoir russe et le FN est plus grande qu'entre le pouvoir russe et l'UMP, notamment sur la question du lien transatlantique ou de l'Union européenne. La cohérence est indéniablement plus forte entre le Front national et l’État russe qu'entre l'Etat russe et les partis de gouvernement français.

Néanmoins, mettre ses œufs dans le même panier que ceux du Front national est un choix politique lourd qui n'est pas, selon moi, celui du président Poutine. La Russie est une grande puissance et se doit d'entretenir des relations avec les autres grandes puissances du monde et en particulier ceux qui sont au gouvernement de ces puissances, même si divergences il y a.

On sait qu'il y a des désaccords sur la Syrie comme il y en a sur l'affaire Snowden, mais lorsqu'on veut réellement influer sur le cours des choses, il faut être en lien avec ceux qui sont aux affaires. Faire le pari que demain le FN sera aux affaires, et que petit à petit la droite européenne va évoluer pour devenir plus nationaliste, me paraît risqué. A mon avis le pragmatisme russe va prévaloir sur les considérations idéologiques. Nicolas Sarkozy et Vladimir Poutine n'étaient pas d'accord sur tout, mais les relations internationales les ont rapprochés.

Marine Le Pen, pourquoi la Russie en a besoin ? est le titre d'un livre de Vladimir Bolshakov, un ancien correspondant de la Pravda. A l'inverse, en quoi Marine Le Pen aurait-elle besoin de la Russie ? 

Marine Le Pen cherche à acquérir une stature internationale et obtenir des retombée en France de cette visite en Russie. Par ailleurs, il y a une cohérence idéologique. La Russie est la puissance qui cherche à construire un axe Paris-Berlin-Moscou pour faire contrepoids à la puissance américaine et à l'alignement européen sur l'OTAN. Cela correspond bien aux positions anti-européennes du Front national. Il y a aussi une convergence d'inquiétude sur la question du multiculturalisme car la Russie a connu et connaît encore une forte poussée du fondamentalisme musulman.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !