Leçons du rétroviseur ? Retour sur les sondages au 21 mars dans les dernières présidentielles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Leçons du rétroviseur ? Retour sur les sondages au 21 mars dans les dernières présidentielles
©Reuters

Retrospective

Leçons du rétroviseur ? Retour sur les sondages au 21 mars dans les dernières présidentielles

A un mois des présidentielles, rien n’est encore joué. Depuis 1995, les sondages publiés chaque 21 mars avant une élection ont montré que les résultats du premier tour pouvaient encore grandement varier.



Vainqueur de l’élection présidentielle de 2012, François Hollande, candidat socialiste, était encore au coude-à-coude avec le candidat UMP Nicolas Sarkozy. Les deux rivaux obtenaient le même score : 28% des intentions de vote, selon le sondage du 21 mars 2012 réalisé par l’institut Ifop. Leurs résultats resteront serrés jusqu’au premier tour. Juste derrière, la candidate Front National, Marine Le Pen, dépasse Jean-Luc Mélenchon, du Front de gauche, avec un total de 17%.



L’issue des élections est encore incertaine le 21 mars 2007, alors que la socialiste Ségolène Royal, à 26,5%, semble rattraper le favori UMP Nicolas Sarkozy, à 28% dans un sondage TNS-Sofrès. L’écart ne se creusera que plus tard. Tous les deux sont talonnés par le centriste François Bayrou qui passe néanmoins de 22% à 21,5% d’intentions favorables. Le Front National, alors mené par Jean-Marie Le Pen, chute à 11%.


En 2002, les scores entre Jacques Chirac, du RPR, et Lionel Jospin, du parti socialiste, sont serrés. Selon Sofrès, les deux candidats rivaux, respectivement à 23% et 21%, ne sont qu’à deux points de différence dans les sondages du 22 mars. Jean-Marie Le Pen est loin derrière, avec seulement 10% d’intentions de vote, soit au même niveau qu’Arlette Laguiller, la candidate d’extrême-gauche. Preuve que rien n’était joué, alors que le PS sera par la suite battu par le Front National.

L'élection présidentielle de 1995 aura vu deux candidats RPR s’affronter. Mais au 21 mars, Jacques Chirac, à 26%, devance largement son adversaire Edouard Balladur, avec seulement 17% des intentions de vote. A gauche, Lionel Jospin, quant à lui, gagne deux points dans les sondages, et obtient le score de 22%. Malgré ce retard, ce dernier arrivera tout de même en tête du premier tour, avec 23,3% contre 20,8 pour le candidat RPR en tête. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !