Le pétrole de schiste provoquera-t-il vraiment un choc énergétique et diplomatique mondial ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Le pétrole de schiste est un pétrole enfermé dans la roche et libéré par l'utilisation des nouvelles technologies de fracturation hydraulique et forage horizontal.
Le pétrole de schiste est un pétrole enfermé dans la roche et libéré par l'utilisation des nouvelles technologies de fracturation hydraulique et forage horizontal.
©Reuters

Decod'Eco

Le pétrole de schiste provoquera-t-il vraiment un choc énergétique et diplomatique mondial ?

Au-delà d'une révolution énergétique, le pétrole de schiste pourrait bien provoquer une révolution dans les relations internationales. L'OPEP semble en tout cas sereine et sure de sa stratégie pour survivre au "nouveau pétrole".

Florent Detroy

Florent Detroy

"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."
 
Voir la bio »

Le règne des pays arabes sur le marché énergétique est-il en train de s'effondrer ? Une menace plane à l'horizon, le pétrole de schiste.

Le pétrole de schiste c'est ce pétrole enfermé dans la roche et libéré par l'utilisation des nouvelles technologies de fracturation hydraulique et forage horizontal. Cette nouvelle technique de forage a révolutionné le paysage du premier consommateur de pétrole au monde, les Etats-Unis. Certains lui prédisent même la place de premier producteur de pétrole au monde d'ici 2018. L'Agence internationale de l'énergie a prédit un scénario hérité des meilleurs films catastrophes hollywoodiens, où une “onde de choc” allait s'abattre sur le marché du pétrole.

En partant de l'hypothèse que Riyad ou Abou Dabi n'ont pas de Bruce Willis ou de Brad Pitt sous la main pour les sauver, l'OPEP apparaît bien mal engagée pour rester la tour de contrôle du marché du pétrole.

Pourtant les conséquences seront loin d'être aussi binaires qu'un scénario hollywoodien. Et c'est ce que semble avoir compris l'OPEP ce mois-ci, l'organisation de Vienne ayant décidé de ne pas modifier ses quotas d'exportation de 30 millions de barils maximum, lors de sa 163e session qui s'est tenue vendredi dernier.

Une organisation habituée aux “révolutions”

Cette menace de disparition a été pronostiquée de nombreuses fois depuis la création de l'OPEP en 1960. Le pétrole du golfe du Mexique, avec l'essor des technologies de forage offshore, avait promis aux Etats-Unis l'indépendance énergétique et la fin des importations en provenance de l'Arabie Saoudite.

De même, le pétrole de la mer du Nord avait également amorcé un monde post-OPEP. Dans les années 2000 ce fut le tour du Brésil et ses réserves dupré-sal. Enfin récemment, c'est l'Arctique, où sommeilleraient près de 90 milliards de barils de pétrole et 30% du gaz mondial, qui est appelé à entamer le monopole.

Une demande de pétrole rassurante

Abdalla Salem el-Badri, secrétaire général de l'OPEP, est venu apaiser les esprits alors que les journaux bruissaient de rumeurs autour de déchirements au sein du groupe. A propos du pétrole de schiste, “je ne pense pas que ce soit une grande menace“, pour le cartel a déclaré le Libyen. “C'est un nouvel ajout au bouquet énergétique et nous le saluons ».

Cette décontraction avait bien évidemment l'ambition d'afficher une sérénité peut-être artificielle. Pourtant les chiffres avancés ont permis de justifier une partie de cette attitude. D'abord, l'OPEP s'attend à une poursuite de la demande de pétrole cette année. Elle devrait atteindre 89,7 millions de barils par jour contre 88,9 en 2012, même si la santé vacillante ne cesse d'inquiéter ces acteurs.

Des pays asiatiques adeptes du pétrole arabe…

Mais ce qui est ressorti, c'est que la dépendance des pays du Golfe aux importations américaines n'est plus aussi forte qu'auparavant. Les pays du Golfe produisent un pétrole lourd. Or, ce n'est pas pour ce type de pétrole que sont faites les raffineries américaines, mais pour un pétrole léger, à l'instar du Brent européen… ou du WTI américain.

Témoin de cette déconnexion, alors que le Dakota du Nord, Mecque du pétrole de schiste, est récemment devenu le deuxième producteur des Etats-Unis, l'Arabie a en parallèle vu ses ventes augmenter de 15% l'année dernière. Le pétrole du Golfe est déjà largement capté par les pays asiatiques. Ce n'est pas un hasard si l'Asie et le Moyen-Orient concentrent 80% des projets de raffineries dans le monde.

A court terme, ce sont davantage les pays africains, dont le brut est également léger, qui vont pâtir de l'explosion du pétrole de schiste américain.

… et une “révolution” incertaine

Enfin, et c'est peut-être ce qui explique l'assurance des pays de l'OPEP, l'emballement autour du pétrole de schiste pourrait avoir la même durée que celui du pétrole du Golfe du Mexique ou du Brésil. En fin d'année dernière, Olivier Rech, directeur de la recherche chez Energy Funds Advisors, expliquait que l'évolution qu'avait amenée le pétrole de schiste “est certes importante aux Etats-Unis mais restera locale”.

Le raisonnement de l'analyste est simple : si la production de pétrole de schiste va aller croissant dans les années à venir, la production de pétrole conventionnel devrait commencer à décliner d'ici 4 à 5 ans, annulant peu à peu les gains du pétrole de schiste. Pour lui, “les prix ne pourront donc pas se détendre comme l'anticipent beaucoup d'analystes“, et les prix du WTI resteront près des 90 $.

Pour conclure, je voudrais emprunter une analyse de Matt Badiali, analyste énergie pour le site Resource Investing. Sur le fait de savoir si les Etats-Unis seront un jour indépendant énergétiquement, Matt répond qu'”honnêtement, selon moi, c'est un non-argument. Ce seront les forces du marché qui indiqueront si nous devons importer du brut ou consommer notre pétrole et l'exporter“. En substance, personne, ni aux Etats-Unis, ni dans le Golfe, ne laissera le pétrole s'effondrer sous le coup d'une surproduction. Le pétrole de schiste sera effectivement, comme l'a souligné l'OPEP, un nouveau pan du mix énergétique mondial.

Pour en savoir plus sur le marché du pétrole de schiste : Tous les éléments sont par ici...]

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !