Le patron le plus haï du web s’est fait de nouveaux ennemis (mais là c’est du lourd) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le patron le plus haï du web s’est fait de nouveaux ennemis (mais là c’est du lourd)
©REUTERS/Lucas Jackson

Le "pharma bro"

Le patron le plus haï du web s’est fait de nouveaux ennemis (mais là c’est du lourd)

Patron le plus haï du web pour avoir prétendument exploité des personnes malades, il est aujourd'hui arrêté pour une histoire complètement différente.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

Martin Shkreli aime défrayer la chronique, mais ce coup-ci, ça ne s'est pas forcément passé comme il l'avait prévu.Un total inconnu il y a quelques mois, Shkreli est vite devenu le patron le plus haï du web avec ses incartades :

  • Il s'est d'abord fait connaître parce qu'il a racheté une petite entreprise de pharmaceutiques, et a ensuite décidé d'augmenter de 5000% le prix d'un médicament que l'entreprise produit, un médicament qui aide notamment les personnes atteintes du Sida.
  • Ensuite, il a acheté l'unique exemplaire du dernier album du group de hip-hop mythique les Wu-Tang Clan, pour 2 millions de dollars...et a ensuite déclaré qu'il n'avait même pas particulièrement l'intention de l'écouter.

Hier Shkreli a été arrêté par le FBI, non pas pour ce qu'on dit de lui dans la presse, mais pour une sombre histoire de fraude. Un fonds qu'il avait créé il y a plusieurs années est entrée en faillite, et il aurait illégalement utilisé les actions d'une autre entreprise qu'il contrôlait pour rembourser les dettes du fonds. 

C'est facile de haïr Shkreli, mais c'est également un personnage intéressant. Le fait d'augmenter le prix d'un médicament de 5 000% peut défrayer la chronique, mais dans le système américain, ce sont les assureurs, pas les patients, qui payent ces coûts--et si une personne ne peut pas se payer un médicament, l'Etat l'achète (oui, même aux Etats-Unis). Personne ne s'est retrouvé sans traitement à cause de ses actions, et le même système capitaliste qui lui permet de s'enrichir a au final produit des médicaments moins chers pour ces personnes. Fils d'immigrés pauvres, Shkreli a arrêté ses études avant la fin du lycée pour se lancer dans la finance. Spécialiste de biotechnologie, il s'est appris lui-même la biotechnologie, et s'est enrichi en rachetant des brevets de médicaments ou des petites valeurs de la biotech et en les valorisant plus. Il s'intéresse aux maladies orphelines--ce qui est un business juteux, puisque sur ces secteurs de niche on peut faire facturer les traitements très chers. Mais justement, c'est ça qui attire les investisseurs comme Shkreli...et donc permet de créer de nouveaux traitements.

En tous les cas, Shkreli a aujourd'hui affaire non seulement aux médias et aux fans de hip-hop, mais à la loi--et c'est un problème bien plus grave.

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Heureusement, la concurrence nous sauve du méchant capitalisme La patron qui avait augmenté de 5000% un médicament achète 2 millions de dollars l’exemplaire unique du dernier album du Wu-Tang Clan… apparemment parce qu’il manque d’amisPalantir, la startup de la Silicon Valley à 20 milliards de dollars qui traque les terroristes, bat les pirates et aide les banques à gagner de l’argent

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !