Le meilleur fonds de capital-risque au monde révèle ce dans quoi il va mettre de l'argent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le meilleur fonds de capital-risque au monde révèle ce dans quoi il va mettre de l'argent
©Reuters

Boule de cristal

Le meilleur fonds de capital-risque au monde révèle ce dans quoi il va mettre de l'argent

Union Square Ventures (USV), fondé en 2004, est un des fonds de capital-risque les plus performants au monde. Selon plusieurs sources informées, le TRI de ses fonds est parmi les meilleurs au monde. Et aujourd'hui, USV révèle la dernière version de sa thèse d'investissement - les idées par lesquelles ils décident où investir. Tous ceux qui s'intéressent aux nouvelles technologies doivent faire attention.

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry

Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.

Voir la bio »

USV s'est fait connaître par ses investissements dans des stars du web tels Twitter, Tumblr, Foursquare, SoundCloud et d'autres, et grâce à un de ses fondateurs, Fred Wilson, qui fut un des premiers capitaux-risqueurs à ouvrir un blog, qu'il anime encore aujourd'hui quotidiennement. La petite taille du fonds et leurs investissements-phares dans des perles du web 2.0 les a fait passer pour un fonds opportuniste, mais les associés du fonds sont en réalité des investisseurs à thèse, qui réfléchissent très profondément à l'avenir des nouvelles technologies et n'investissent que dans les services qui répondent à leur thèse. 

En 2011, Brad Burnham, le philosophe-en-chef du fonds, a publié un résumé de la thèse du fonds--sur Twitter, naturellement : "USV en 140 signes : investir dans des grands réseaux d'utilisateurs engagés, différentiés par leur expérience utilisateur, et défendables par des effets de réseau."

C'est court, mais puissant, et mérite d'être décortiqué : 

  • L'engagement des utilisateurs est un élément clé. Lorsqu'on parle de startups web, on parle surtout du nombre d'utilisateurs, mais au tout début, l'engagement est un prédicteur beaucoup plus important du succès. Au tout début, Facebook n'était présent que dans une poignée d'universités d'élite--mais les utilisateurs passaient toutes leurs journées sur le site. 
  • La différentiation est également clé. Sur tout marché, c'est la différentiation la clé de la victoire. Facebook va-t-il tuer Twitter ? Instagram va-t-il tuer Twitter ? WhatsApp va-t-il tuer Facebook ? En réalité non, car chacun de ces services est suffisamment différencié du point de vue de l'expérience de l'utilisateur pour avoir des usages différents. Ainsi, USV a récemment investi dans YouNow, une plate-forme de broadcasting en direct. Est-ce que YouNow n'est pas en concurrence avec Periscope, le service de broadcasting en direct de Twitter ? Réponse : non. Comme leurs noms l'indiquent, YouNow sert à se broadcaster, et Periscope sert à broadcaster ce que l'on voit ; même si la fonctionnalité est similaire, l'expérience utilisateur est différenciée donc l'usage est différent.
  • Les effets de réseau. C'est la dynamique la plus importante du web, et qui explique souvent la valorisation des startups du web. L'effet de réseau est ce qui se produit lorsqu'un produit ou un service gagne en valeur lorsque plus de gens l'utilisent. L'exemple classique est le réseau téléphonique : si personne n'a le téléphone, ça ne sert à rien d'avoir un téléphone, puisqu'on ne peut pas faire ni recevoir d'appel ; si tout le monde a le téléphone, il devient nécessaire d'avoir le téléphone. La valeur du réseau de téléphone dépend de son nombre d'utilisateurs. Un effet de réseau est très puissant. Il est difficile à mettre en place pour les premiers utilisateurs, mais ensuite il crée un cercle vertueux : plus de gens utilisent le réseau, plus il devient attractif à ceux qui ne sont pas membre de le rejoindre, et ainsi de suite. C'est cela qui a fait la croissance de Facebook. Les effets de réseau donnent également une grande défendabilité aux entreprises qui en bénéficient : si on voulait créer aujourd'hui un réseau téléphonique avec une meilleure qualité d'écoute, personne n'en voudrait, car tout le monde est sur le réseau de téléphone actuel, et personne ne serait sur le nouveau réseau. Et dans certains marchés, les effets de réseau créent un monopole naturel--comme par exemple Microsoft avec les systèmes d'exploitation sur PC--qui est très rentable.

USV s'est donc distingué en investissant dans des réseaux d'utilisateurs engagés, différenciés par l'expérience utilisateur et défendables par effets de réseau.

Aujourd'hui, USV continue d'investir selon la même thèse, mais avec une mise à jour importante. Qu'y a-t-il de nouveau ?

  • USV investit aujourd'hui dans ce qu'on appelle les "enabling technologies", les technologies qui permettent de faire fonctionner d'autres technologies. Ainsi leurs investissements dans Twilio, un service qui permet à n'importe qui d'intégrer la téléphonie dans son application, dans Cloudflare, qui permet de gérer la sécurité et la fiabilité des réseaux, ou MongoDB, une base de données open source.
  • USV cherche également des réseaux dans des marchés spécifiques, comme l'éducation, la finance, la santé, la science et le droit. Selon USV, les barrières à l'entrée pour les nouveaux réseaux pour le grand public ont augmenté, mais il reste de nombreuses opportunités dans certains segments verticaux.
  • USV cherche également à investir dans la décentralisation de la donnée. Selon eux, l'émergence de Bitcoin a mis en lumière un phénomène plus large, celui de la décentralisation de la donnée. Bitcoin prend les données qui rendent incontournables les banques et autres établissement de paiements, et les décentralise. A l'ère du Big Data, la donnée est un actif concurrentiel clé, et les startups qui peuvent décentraliser la donnée dans des marchés où elle est centralisée peuvent transformer les marchés.
  • Et enfin, USV cherche à investir dans la connection, c'est-à-dire les technologies qui améliorent la connectivité au sens large. Là-dessous, on peut mettre des tendances connues, comme le O2O ("offline to online", ou les services qui combinent internet et le monde réel), ou l'"internet of things" (utiliser la connectivité pour rendre les objets intelligents). 

Le billet précise que ces ajouts à la thèse sont cumulatifs. La mise à jour de la thèse d'investissement ne remplace pas la version précédente, elle s'y ajoute. USV continue d'investir dans les réseaux différenciés et défendables, mais il précise son approche à la lumière des nouvelles tendances qu'ils voient émerger. Que ceux qui ont des oreilles entendent...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !