La réalité augmentée au secours des acheteurs en ligne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La réalité augmentée au secours des acheteurs en ligne
©DAMIEN MEYER / AFP

Consommation

La réalité augmentée au secours des acheteurs en ligne

Générale d'optique, Afflelou, Sephora ou même Ikea permettent à leurs clients d'essayer virtuellement les biens qu'ils convoitent avant de les acheter grâce à la réalité augmentée (AR). Un plus commercial et un outil de plus en plus répandue du fait de sa démocratisation.

Geneviève Bouché

Geneviève Bouché

Geneviève Bouché est consultante.

Elle est spécialiste de l'innovation et des nouveau médias. Elle est l'auteur de Je vais monter ma boîte (Editions d'organisation). Elle est vice-présidente, en charge des études, du think tank Le Club Jade.

 

Voir la bio »

Atlantico : Des marques comme Ikea ou Sephora se mettent à utiliser la réalité "augmentée" pour grandir leur potentiel commercial. Quel serait l’intérêt des entreprises françaises à investir dans cette option ?

Geneviève Bouché : Bonne idée d’investir sur ces technologies qui sont enracinées dans le savoir-faire français. Mon grand-père, René Dontot, a été un des premiers mathématiciens à en jeter les bases. Dans les années 70 et 80, nous avons soutenu plusieurs startups dont UbiSoft est la survivante.

En général, les innovations technologiques sont utilisées à des fins agressives. Cette fois-ci, elles sont utilisées à des fins ludiques et commerciale, mais utiles dans l’espace militaire.

Geneviève Bouché : Les utiliser, s’est se mettre en situation de progresser. Voilà pourquoi je me réjouis de ces innovations… Même si je ne suis pas dupe : la réalité augmentée d’un produit permet au chaland de mûrir sa décision, pas de concrétiser la réalité réelle du bien ou du service qu’un distributeur tente de lui vendre. Passé l’effet d’engouement, cette technologie prendra sa juste place, mais entre-temps, nous aurons progressé.

Comment cela changerait-il la consommation du français moyen ?

Ce que j’aime dans l’époque que nous abordons, c’est l’idée que nous sommes tous potentiellement des composantes de la classe moyenne. Cette classe moyenne constitue le cœur de l’économie et donc elle est de plus en plus traitée avec respect. L’utilisation de la réalité augmentée va dans ce sens.

Il y a peu de temps, cette technologie était réservée à quelques nantis. Les consommateurs vont être attirés par cette valorisation, même si une chaise reste une chaise et un fond de teint un fond de teint : rien ne vaut l’expérience réelle de s’asseoir dessus ou de l’étaler sur sa peau. Il s’agit d’un pur facteur d’animation, mais à n’en pas douter efficace durant une période.

Ne serait-ce pas de l’intrusion dans la vie privée (utilisation de webcam…) ?

L’intrusion est déjà bien avancée par ailleurs, il s’agit d’une couche de plus. Ce n’est pas à ce niveau que doit ce traiter ce problème d’intrusion, mais au niveau des instances qui se préoccupent de la souveraineté nationale et Européenne. En ce moment, il y a les GranDébats qui se tiennent. Un groupement de 5 think tanks dédiés au numérique prépare un débat là-dessus. Citoyens, c’est le moment de se contribuer à la réflexion sur cette question !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !