La planète des singes, l’affrontement : et à l’origine du carton hollywoodien de l’été, Pierre Boulle, un espion français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Pierre Boulle, l'auteur de la planète des Singes
Pierre Boulle, l'auteur de la planète des Singes
©Century Fox

Rendons à César

La planète des singes, l’affrontement : et à l’origine du carton hollywoodien de l’été, Pierre Boulle, un espion français

Le créateur de l’univers de La planète des singes, Pierre Boulle, est un français méconnu, dont l'oeuvre littéraire a été quelque peu déformée par Hollywood. A raison semble-t-il car le film fait un carton puisqu'il réalise le deuxième meilleur démarrage de l'année 2014 avec un total de 1,5 million de spectateurs.

Son nom ne vous dit probablement rien, son visage encore moins. Pierre Boulle est pourtant à l’origine de tout, du moins de tout ce qui à trait à La planète des singes, dont le huitième opus, L’affrontement, dernière grosse production hollywoodienne, est sorti dans les salles obscures le 31 juillet dernier. Et pour cause : il en est le père, trop souvent oublié.

Sorti le 31 juillet dernier, les distributeurs français attendant 3.5 millions de spectateurs. C'est actuellement le 2e meilleur démarrage de l'année. 

Car c’est bien Pierre Boulle, un écrivain écrivain avignonnais né en 1912 qui a écrit le premier roman La planète des singes, paru en 1963.

A l’époque, la publication de roman de science-fiction provoqua ce que La Provence qualifie de "véritable raz-de-marée littéraire". Une publication qui fut très vite repérée par Hollywood, qui en acquis les droits pour le cinéma, et a très librement réinterprété l’oeuvre du Français.

En effet, à l’origine La planète des singes se veut une fable philosophique, un conte satirique qui tourne au procès de l'humaine "singerie" écrit le quotidien régional. On est donc loin, très loin des adaptations actuelles qui en jettent plus qu’elles ne font réfléchir. L’humour et la réflexion ont laissé place au 1er degré et au spectaculaire.

"L'adaptation par Hollywood est une lecture au premier degré avec tous les clichés de la science-fiction", confirme à l’Express Clément Pieyre, vice-président de l'Association des amis de l'oeuvre de Pierre Boulle. Celui-ci prévient : "Il ne faut pas lire La Planète des singes trop sérieusement. Dans le roman, le héros porte un nom de poisson ridicule : Ulysse Mérou. C'est une fable philosophique aux accents voltairiens." Le site de l’hebdomadaire Le Point ajoute que le roman de Pierre Boulle s’inscrit dans la droite ligne des contes satiriques des 17e et 18e siècle, notamment Candide de Voltaire

Avant d’écrire La planète des singes, Pierre Boulle a écrit un autre roman à succès, en 1952, repris et adapté cinq ans plus tard par Hollywood : Le pont de la rivière Kwai.

Pierre Boulle est un autodidacte, et s’est formé sur le tard à l’écriture. Après une enfance "à la Tom Sawyer", écrit La Provence, Pierre Boulle est d’abord ingénieur. A 24 ans, il part dans une plantation d’hévéa en Malaisie où la guerre sera son grand terrain d’action et surtout d’inspiration : résistant puis agent secret, l’Avignonnais passera par plusieurs phases avant de se faire capturer en 1942 par des militaires français ; il s’évadera deux ans plus tard. 

Le décor du Pont de la rivière Kwai est planté. Le film, réalisé par David Lean, recueillera 7 oscars, et consacrera l’écrivain français. Vingt ans plus tard, en 1976, Pierre Boulle recevra le Grand prix de la société des gens de lettres. La reconnaissance de ses pairs. Enfin. Celle du grand public, beaucoup plus éphémère, ne dura pas.

A sa mort en 1994, après avoir publié plus de 30 nouvelles et histoires courtes, rapporte le site de la BBC,  Pierre Boulle est incinéré. En 2002, ses cendres sont transférées du cimetière parisien du Père Lachaise au caveau familial avignonais. Dans une quasi indifférence généralisée.

Pourtant, aujourd’hui encore, l’auteur français n’a probablement pas livré tous ses secrets. Cinq ans après sa disparition, ses proches ont en effet découvert une armoire et des valises pleines de manuscrits et documents d’environ 20.000 pages dans son domicile parisien. Peut-être de nouvelles idées pour la machine Hollywood ?

Lu sur bbc.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !