La nouvelle course aux armes : après les drones-avions, les drones-bateaux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le drone marin est la toute nouvelle arme américaine. Son petit nom est « Anti-Submarine Warfare Continuous Trail Unmanned Vessels » mais se résume à l'acronyme « Actuv ».
Le drone marin est la toute nouvelle arme américaine. Son petit nom est « Anti-Submarine Warfare Continuous Trail Unmanned Vessels » mais se résume à l'acronyme « Actuv ».
©DARPA

Sur mer comme en l’air

La nouvelle course aux armes : après les drones-avions, les drones-bateaux

Après les voitures et les avions, voici les bateaux. La Navy teste un navire sans pilote pour détecter les sous-marins. A terme, ces avancées technologiques devraient bouleverser le transport maritime.

Le drone marin est la toute nouvelle arme américaine dédiée à la surveillance des côtes et à la détection de sous-marins ennemis. Son petit nom est « Anti-Submarine Warfare Continuous Trail Unmanned Vessels » mais qui se résume à l'acronyme « Actuv », plus simple à mémoriser.

Aucun équipage à bord

Cette arme de 132 pieds (un peu plus de 40 mètres) et de 140 tonnes croise à la vitesse de 27 nœuds (50 km/h) et a pris officiellement la mer le 7 avril 2016 le long des côtes californiennes pour partir à la recherche de sous-marins, selon le site Numerama. Physiquement, il ressemble à un trimaran.

Le principal intérêt de ce type d'armement est qu'il ne nécessite plus d'équipage à bord. Un avantage indéniable lorsque ce type de navire doit patrouiller en haute mer pendant de longs mois. L’Actuv possède tout un réseau de capteurs ultra performants dont l'armée américaine est très satisfaite. Lors des tests préliminaires à Portland, ce drone a détecté un sous-marin à un kilomètre de distance, ce que le Pentagone a jugé comme une amélioration technologique majeure, relate le site Digital Trends.

Vers une version miltarisée ?

« Déceler la présence sonore d’un sous-marin naviguant au diesel dans des eaux agitées et très fréquentées, c’est à peu près comme identifier le bruit d’un seul moteur de voiture dans une grande ville », explique l’amiral Frank Drennan qui prendra les commandes, à distance, de ce drone. Pour l'heure, la Navy n'a pas souhaité commenter la possibilité de militariser ce drone marin en l'équipant de torpilles ou de missiles, à l'instar de ses cousins aériens. Mais à terme, toute une flotte de ce type de patrouilleurs devrait voir le jour.

Des cargos et des pétroliers sans pilotes

En Corée du Sud, des chercheurs de l'Institut supérieur de la science et de la technologie (KAIST) ont développé des technologies afin de réaliser, dans un avenir proche, des navires autonomes sans pilote, d'après le site Science Daily.

Les applications industrielles semblent immenses et devraient bouleverser notre quotidien. Les systèmes développés par ces chercheurs devraient permettre à des navires sans équipages de pratiquer des relevés hydrographiques, de surveiller la pollution, de contrôler la pêche illégale et de faire du sauvetage en mer !

De plus, l'équipe poursuit également ses recherches vers l'automatisation des cargos et des pétroliers pour améliorer leur sécurité et leur fiabilité opérationnelle. Une problématique essentielle pour la construction navale et le transport maritime confrontés à l'augmentation de la main-d'œuvre, aux coûts énergétiques en hausse et aux nouvelles réglementations en matière d'efficacité énergétique imposées par l'Organisation maritime internationale (OMI).

La France est à la pointe de ces technologies

De son côté, la France réfléchit activement à ces nouvelles technologies et teste déjà plusieurs prototypes de drones marins, comme celui de la société mayennaise SeaProven, par exemple. Son bateau, le Sphyrna, possède une autonomie qui devrait, un jour, lui permettre de faire un aller-retour New York-Brest. Les missions qui lui seraient dévolues pourraient être très larges : surveillance offshore de zones pétrolières, de parcs éoliens, de trafic maritime, la cartographie des fonds marins et même la possibilité de l'équiper de grands radeaux de survie qui se déclencheront à distance... Sur la terre ferme, des écrans de contrôle permettront de voir tout ce qui se passe en mer, comme si on était à bord.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !