La Norvège, modèle d’hypocrisie environnementale ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Le drapeau norvégien flotte en berne en signe de respect à Nelson Mandela, au château royal d'Oslo, le 6 décembre 2013.
Le drapeau norvégien flotte en berne en signe de respect à Nelson Mandela, au château royal d'Oslo, le 6 décembre 2013.
©BERIT ROALD / NTB SCANPIX / AFP

Changement climatique

La Norvège, modèle d’hypocrisie environnementale ?

La Norvège est l’un des pays les plus actifs dans la lutte contre le changement climatique avec notamment l’utilisation de voitures électriques et la diminution de son empreinte énergétique et de sa consommation. La Norvège est pourtant l'un des principaux producteurs et exportateurs mondiaux de pétrole et de gaz. Afin de réellement faire face au changement climatique, il est nécessaire de se débarrasser de l'hypocrisie et de concevoir des politiques qui seraient acceptables pour la population.

Branko Milanovic

Branko Milanovic

Branko Milanovic est chercheur de premier plan sur les questions relatives aux inégalités, notamment de revenus. Ancien économiste en chef du département de recherches économiques de la Banque mondiale, il a rejoint en juin 2014 le Graduate Center en tant que professeur présidentiel invité.

Il est également professeur au LIS Center, et l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Global Inequality - A New Approach for the Age of Globalization et The Haves and the Have-Nots : A Brief and Idiosyncratic History of Global Inequality.

Voir la bio »

Au XVIIIe siècle, la Compagnie des Indes orientales, dirigée par les Anglais, a progressivement réussi à contrôler la majeure partie de l'Inde. Son règne a été un désastre pour l'Inde, mais a rendu de nombreux directeurs et actionnaires de la compagnie extrêmement riches. Cette richesse a permis à nombre d'entre eux de jouer des rôles importants dans la vie politique, intellectuelle et commerciale anglaise. Comme l'a écrit Adam Smith, un critique intransigeant de la Compagnie : "Le gouvernement d'une compagnie exclusive de marchands est, peut-être, le pire de tous les gouvernements pour n'importe quel pays". Face à tant de déprédations, le gouvernement britannique finit par retirer à la compagnie le monopole du commerce indien en pleine guerre napoléonienne.

Cela a conduit la Compagnie à redoubler d'efforts ailleurs : pour commercer avec la Chine. Le problème avec la Chine était que rien de ce que la compagnie pouvait vendre aux Chinois ne les intéressait. La compagnie souhaitait acheter beaucoup de choses en Chine (de la porcelaine, du thé) mais n'avait rien à vendre. Jusqu'à ce qu'elle ait l'idée d'utiliser l'opium produit au Bengale pour le vendre à la Chine. Malgré l'interdiction que le gouvernement chinois avait imposée sur les importations d'opium, il y avait une demande intérieure pour ce produit. Pour contourner l'interdiction, et afin de vendre une substance qui crée une forte dépendance et que, pour des raisons éthiques, elle ne pouvait vendre nulle part ailleurs, la société a décidé de s'engager dans une guerre pour ouvrir les ports chinois. C'est l'origine de la tristement célèbre guerre de l'opium dont l'issue finale en 1842 fut l'ouverture de cinq "ports conventionnés" chinois, la cession de Hong Kong et l'extraterritorialité pour les étrangers vivant en Chine. Le "siècle des humiliations" avait commencé. Et la société pouvait enfin vendre à des étrangers lointains des produits dont les membres de la société désapprouvaient la consommation dans leur vie privée.

Le gouvernement norvégien est l'un des gouvernements les plus actifs dans la mise en évidence de la menace du changement climatique. Il tente de remplacer presque entièrement les voitures à essence du pays par des voitures électriques. Il est fier de la diminution de l'empreinte de sa consommation. La Norvège finance des activités internationales censées limiter et inverser la déforestation dans le monde. Dans le même temps, depuis un demi-siècle, la Norvège est l'un des principaux producteurs et, plus encore, exportateurs mondiaux de pétrole et de gaz. Pour le gaz, elle est le troisième producteur mondial, et environ 50% de la valeur des exportations de biens norvégiens est constituée de gaz et de pétrole. En outre, le gouvernement a récemment décidé d'étendre l'exploration et la production de gaz et de pétrole dans l'une des zones que ce même gouvernement reconnaît comme étant les plus sensibles au changement climatique, à savoir le cercle arctique.

La Norvège augmente ainsi la production et la vente d'un produit qu'elle juge nocif. Et elle le vend, comme la Compagnie des Indes orientales le faisait avec l'opium, à des étrangers lointains tout en restant propre sur le plan national. "L'argent n'a pas d'odeur".

Le comportement de la Norvège n'est pas seulement surprenant parce qu'il est hypocrite : les signaux de vertu contrastent manifestement avec les actions du gouvernement. Il est encore plus frappant lorsqu'il est examiné dans le contexte où de nombreux activistes du changement climatique, dans leur lutte pour réduire les émissions, tentent de convaincre les pays plus pauvres et à revenu intermédiaire des avantages d'une production et d'une consommation de pétrole plus faibles.

On peut alors se poser la question suivante : s'ils sont si clairement incapables de convaincre des bienfaits du contrôle du climat la population et le gouvernement du pays le plus riche du monde, quel type d'arguments comptent-ils utiliser pour convaincre le Mexique, le Gabon, le Nigeria, la Russie de réduire leur production de gaz et de pétrole ? Il s'agit de pays dont les revenus ne représentent qu'une fraction de ceux de la Norvège. Par exemple, la personne au revenu médian au Nigeria dispose d'un vingtième (pas une faute de frappe : 1/20) du revenu réel de la personne au revenu médian en Norvège.

Je pourrais tout à fait comprendre que le Mexique ou le Nigeria refusent de réduire la production de gaz et de pétrole parce que sans cela, il y aurait un appauvrissement important de leur population. Mais il n'y aura pas d'appauvrissement de la population norvégienne - quel que soit le critère de mesure raisonnable. La Norvège, un pays aux revenus très élevés (PIB par habitant de 66 000 dollars internationaux, soit 20 % de plus que celui des États-Unis) et dont les revenus sont répartis de manière assez égale entre ses citoyens (coefficient de Gini de 26), devrait pouvoir renoncer à la production de son "équivalent opium". Mais il n'y a apparemment aucun soutien politique pour une telle mesure, car le gouvernement actuel, dans sa nouvelle décision d'une exploration et d'une production plus étendues, semble pleinement assuré du soutien de la majorité.

Il y a là une leçon très importante pour tous les militants impliqués dans la lutte contre le changement climatique. Ils doivent, comme je l'ai maintes fois répété, réfléchir beaucoup plus sérieusement au compromis entre la croissance économique et le contrôle du changement climatique. Alors que dans leurs modèles, les avantages de la lutte contre le changement climatique sont incontestables, lorsqu'ils en viennent aux politiques à mettre en œuvre, des taxes sur le carburant des avions aux taxes sur l'essence (qui ont provoqué le mouvement des Gilets Jaunes en France), ils se heurtent à la résistance populaire. Cette résistance populaire est due à la réticence de presque tout le monde à accepter une baisse des revenus. Les activistes du changement climatique peuvent bien parler dans leurs conférences de personnes qui "prospèrent" avec des revenus plus faibles, mais lorsqu'on leur propose cette alternative, même les citoyens du pays le plus riche du monde la refusent.

Si nous voulons réellement faire face au changement climatique - et pas seulement en parler - nous devons d'abord nous débarrasser de l'hypocrisie extrême (comme celle-ci), et ensuite, concevoir des politiques qui seraient acceptables pour la population. Et nous devrions commencer par les pays riches, non seulement parce qu'historiquement, ce sont eux qui ont le plus contribué au changement climatique (par l'accumulation historique des émissions), mais aussi parce qu'ils devraient être en mesure de supporter les coûts plus facilement que les autres.

Cet article a été initialement publié sur le site de Branko Milanovic : cliquez ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !