La guerre mondiale des monnaies est déclarée (et les entreprises peuvent trembler) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La guerre mondiale des monnaies est déclarée (et les entreprises peuvent trembler)
©Reuters

Conflit financier

La guerre mondiale des monnaies est déclarée (et les entreprises peuvent trembler)

Sur le terrain monétaire, la guerre fait rage et la pitié n'existe pas. Après que Mario Draghi ait lancé un missile en rachetant 1100 milliards d'euros en bons du trésor, dollars, euros, yuan et yen se rendent coup pour coup. Une guerre des changes qui pourrait bien déboucher sur une guerre des entreprises.

UE Bruxelles AFP

Jean-Paul Betbeze

Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.

Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ; 2012 : 100 jours pour défaire ou refaire la France, et en mars 2013 Si ça nous arrivait demain... (Plon). En 2016, il publie La Guerre des Mondialisations, aux éditions Economica et en 2017 "La France, ce malade imaginaire" chez le même éditeur.

Son site internet est le suivant : www.betbezeconseil.com

Voir la bio »

Cet article a également été publié sur le site de Jean-Paul Betbeze

L’euro baisse de 20 % en quelques mois sous l’effet de la politique de Mario Draghi, sans qu’il le veuille - bien sûr. Les Etats-Unis commencent à s’en rendre compte. Les valeurs américaines exportatrices chutent en bourse (Caterpillar par exemple). Mais Janet Yellen, à la Banque centrale américaine, ne dit rien. La Chine s’insère dans le jeu, sans le dire non plus. Elle suit moins la baisse de l’euro par rapport au dollar : son taux de change augmente un peu par rapport à l’euro, mais baisse mécaniquement par rapport au dollar – une première. Pour continuer sur cette lancée et faire baisser son Yuan sans être critiquée (par les Etats-Unis), la Chine accroît ses emplettes en zone euro. Elle commence par la France où le Premier ministre Valls l’y invite.

Bien sûr, le déclenchement de ces récentes hostilités vient de Mario quand il décide d’acheter plus de 1100 milliards d’euros en bons du trésor, crédits bancaires et obligations d’entreprises. Il s’agit officiellement de faire baisser les taux d’intérêt pour lutter contre la déflation et faire repartir la machine économique de la zone euro. Mais le chiffre est fait pour frapper les esprits… des marchés financiers. Ils avaient 500 milliards d’achats en tête, un montant que la Banque centrale européenne leur avait murmuré. Histoire de les préparer. Histoire de les surprendre, surtout, pour les faire vite réagir. Parce qu’acheter 1100 milliards d’euros, c’est faire comme la Banque centrale américaine en son temps. Elle avait alors fait baisser le dollar, donc monter l’euro, et la Banque centrale européenne ne s’était pas plainte (à la différence des entreprises, certes). Aujourd’hui, la Banque centrale européenne attend que sa consœur américaine fasse montre de la même « patience » qu’elle il y a quelques années, quand c’était d’ailleurs autrement plus méritoire.

Le jeu se complique ensuite. Du côté de l’euro, le Franc suisse monte et rejoint le dollar, quitte à ce que la Suisse entre en récession. Vient aujourd’hui la Couronne danoise. Elle est encore liée à l’euro comme l’était le Franc suisse il y a quelques semaines. Les marchés veulent tester le lien. La Couronne danoise jure de rester liée à l’euro, refusant une forte appréciation « à la suisse » qui ferait chuter son économie. Elle baisse ses taux d’intérêt deux fois en une semaine, achète toujours plus d’euros et décide de ne plus emprunter sur les marchés. On verra ce que ceci entraînera.

Du côté des émergents, le Brésil entend faire baisser sa monnaie par rapport au dollar : sa croissance est arrêtée, son déficit extérieur se creuse. L’Inde veut monétairement s’aligner sur la Chine, son « cher voisin ». L’Afrique du sud maintient ses taux d’intérêt, mais annonce un ralentissement économique : on verra. Et la Russie, dont le Rouble a perdu 40 % de sa valeur par rapport au dollar, vient de baisser ses taux. Inutile d’épuiser les réserves de change ! Et ce n’est pas fini. Lundi 26 janvier, la Russie apprend qu’elle n’est plus investment grade sur les marchés internationaux (merci Standard & Poor’s !) et passe junk. Mercredi 28 janvier, elle emprunte 2,5 milliards de dollars à échéance décembre 2017 alors qu’elle en voulait le double, au taux de 14,77 % !

Evidemment, le Yen japonais ne veut pas monter contre le dollar. L’inflation sous-jacente ne repart pas assez, le risque déflationniste est là. Tout est prêt pour que le Premier ministre achète encore des bons du trésor, fasse rebaisser sa monnaie pour exporter et, quand la reprise sera plus forte, augmente encore la TVA pour réduire le déficit budgétaire et faire repartir vraiment l’inflation. Samouraï…

Les pays exportateurs de matières premières, même l’Australie, arguent des baisses des prix du pétrole, des minerais et des produits agricoles et alimentaires pour ne pas suivre ou ne pas trop suivre la montée du dollar. Si nécessaire, ils baisseront leurs taux d’intérêt (le Canada vient de le faire).

Moralité : le dollar devrait continuer, assez seul, son ascension, ses taux d’intérêt augmenter le plus tard et lentement possible et ses taux longs prolonger leur anomalie. On peut s’inquiéter des risques de cette guerre monétaire – déflationnistes, peut-être pires. Mais on peut se dire aussi que quand la croissance est si faible et les taux d’intérêt si bas, c’est maintenant qu’il faut s’endetter pour acheter les autres entreprises, et leur croissance avec. La guerre des changes débouche sur celle des entreprises. OPA, nous voilà !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !