La gauche osera-t-elle aller au bout de son offensive fiscale sur les retraités ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Certes, nos aînés nous ont donné la vie. Mais ils nous livrent la facture épouvantable de leur modèle social et un avenir bien sombre.
Certes, nos aînés nous ont donné la vie. Mais ils nous livrent la facture épouvantable de leur modèle social et un avenir bien sombre.
©

Faut pas pousser mémé

La gauche osera-t-elle aller au bout de son offensive fiscale sur les retraités ?

Le total des exonérations dont bénéficient les retraités représente 12 milliards d'euros par an...

Aurélien Véron

Aurélien Véron

Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens et la liberté. Un projet qui pourrait se concrétiser par un Etat moins dispendieux et recentré sur ses missions régaliennes ; une "flat tax", et l'ouverture des assurances sociales à la concurrence ; le recours systématique aux référendums ; une autonomie totale des écoles ; l'instauration d'un marché encadré du cannabis.

Voir la bio »

S’il y avait des Jeux Olympiques de la fiscalité, la France décrocherait une belle série de médailles d’or, et finirait championne des pays les plus taxés. Cette hyperfiscalité n’a pourtant pas empêché la dette publique d’atteindre des niveaux dangereux, sans compter des engagements de retraite intenables. Un esprit provocateur conclurait à la responsabilité de nos aînés, notamment les retraités actuels et dans un proche avenir. Après tout, ce sont eux qui ont voté ces choix irresponsables pour les générations futures plusieurs décennies de suite.

Plus sérieusement et sans mauvais esprit, qui peut contester la légitimité d’aligner la fiscalité des revenus des retraités sur celle des revenus des actifs ? Certes, nos aînés nous ont donné la vie. Mais ils nous livrent la facture épouvantable de leur modèle social et un avenir bien sombre. Pour la première fois dans l’histoire du pays, le niveau de vie des nouvelles générations promet de décliner relativement à celui des générations précédentes.

Nous connaissons les ravages de l’hyperfiscalité : croissance anémique, chômage dévastateur, absence d’ascenseur social. François Hollande a malgré tout annoncé 20 milliards d’impôts nouveaux qui viendront s’ajouter aux 25 milliards des plans de rigueur Fillon I et II. Ce choix punitif étant supposé compenser l’absence de baisse drastique de la dépense publique, il en découle un débat qui porte essentiellement sur la répartition du fardeau supplémentaire. Dans cette ligne nocive, il est plutôt juste d’aligner les régimes spéciaux sur les régimes généraux : les fonctionnaires sur le secteur privé, les retraités sur les salariés. Des impôts plus simples sur des bases plus larges. Il sera plus simple, le jour venu, de baisser ces taux simplifiés appliqués à tous.

Quant à ceux qui désapprouvent cette logique de justice fiscale, j’attends qu’ils m’expliquent pourquoi un revenu du travail subit une CSG de 7.5% contre 6.6% pour une retraite ? D’autant que le premier président de la Cour des Comptes, le socialiste Didier Migaud, est explicite: "Contrairement à une idée reçue, les retraités sont dans une situation financière plus favorable que les actifs, notamment les jeunes". Qu’il s’agisse de revenu ou de patrimoine. Un retraité devrait-il être moins solidaire qu’un actif dans ces conditions ? La misère du minimum vieillesse concerne 940.000 personnes. C’est beaucoup mais cela ne justifie pas l’exonération de tous ceux qui ont une retraite convenable. Et puis après tout, un certain nombre d’actifs perçoivent aussi un petit revenu (temps partiel, contrats aidés…) sans être traités différemment dans l’ensemble.

Les retraités sont également consommateurs d’offres de soin ; de grands consommateurs à l’origine de 60 % des dépenses de santé. Pourquoi ne contribueraient-ils pas eux aussi au financement de l’assurance maladie ? En reposant exclusivement sur les épaules des actifs, le mécanisme de la couverture santé revient à doubler celui de la répartition (que nous savons financièrement condamné lui aussi). La logique assurantielle voudrait au contraire que chaque foyer cotise pour financer sa couverture. Si les retraités prenaient leur part, le coût du travail pourrait diminuer par une plus juste répartition des cotisations maladie.

La Cour des comptes nous apprend que le total des exonérations dont bénéficient les retraités représente 12 milliards d’euros par an. Ce privilège n’a aucune raison de perdurer. Ma préférence va à un alignement vers le bas pour diminuer l’insupportable pression fiscale. Mais le choix socialiste allant dans le sens contraire, l’équité fiscale plaide pour un alignement vers le haut. Compte tenu du risque politique d’une mesure visant exclusivement les retraités (13 millions d’électeurs davantage mobilisés que les plus jeunes), je propose d’étendre ce principe d’équité fiscale aux fonctionnaires… et aux élus. Chiche ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !