La divine surprise du chômage, la gauche elle-même n’en revient pas | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La divine surprise du chômage, la gauche elle-même n’en revient pas
©Reuters

L'édito de Jean-Marc Sylvestre

La divine surprise du chômage, la gauche elle-même n’en revient pas

Le nombre de chômeurs de catégorie A a baissé au mois de janvier. Et même assez fortement : 19.100 chômeurs en moins. Il s’agit de la plus forte diminution depuis décembre 2007, si l’on oublie le bug technique d’août 2013.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Cet effondrement du nombre de chômeurs inscrits en janvier constitue évidemment une divine surprise pour le gouvernement qui  voit là,  le signe prémonitoire d’une amélioration de l’économie. Si la situation de l’emploi s’améliore, si les courbes se retournent, c’est le signe que Zorro sera arrivé.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]

Le Président aura le triomphe modeste, le gouvernement pourra se féliciter de son action et le Parti socialiste en profitera pour exulter et moucher les frondeurs. Tout est bien qui finit bien. Ouf, le congrès du PS va être plus calme que prévu. Si les sondages ne remontent pas avec tout cela, il va falloir changer de métier. 

La réalité est pourtant un peu différente. Le nombre de chômeurs a diminué de façon significative. Beaucoup moins d’entrées à Pôle Emploi chez les jeunes et beaucoup plus de sorties. Personne ne le regrettera, pourvu que ça dure.

Le problème est ailleurs. Les seniors n’ont jamais été aussi nombreux au chômage et la durée n’a jamais été aussi longue, plus d’un an. Or, après une année d’inactivité, le chômeur est trois fois moins facile à recaser. La situation est donc catastrophique. Cette montée en puissance des chômeurs âgés est le résultat des fermetures d’entreprises dans l’ouest de la France depuis six mois.

Reste que, globalement, ça va mieux en janvier. A partir d’aujourd’hui, on va nous empiler toutes les explications et les analyses positives. On va donc nous parler du "Crédit d’Impôt Compétitivité Emploi"  qui a été versé l’année dernière grâce à la BPI. C’est vrai que les jeunes débutants avec des bas salaires ont pu en profiter indirectement. Le CICE a, au moins, freiné la mise à l’écart de certains sureffectifs dans l’industrie agroalimentaire.

On va nous parler de l’écosystème façonné par le tandem Valls- Macron et qui a pu être favorable aux entreprises. On va surtout nous tracer le fameux alignement des planètes économiques, lequel alignement étant favorable à la reprise : la baisse de l’euro, la baisse des taux d’intérêt, la baisse du prix du pétrole et la politique monétaire généreuse de la BCE.  

Cet alignement tient du miracle et l’Europe toute entière va en profiter. Ce qui ne tient pas du miracle, c’est que la France va être, en dehors de la Grèce, le seul pays en Europe à en profiter le moins. L’Espagne, le Portugal, l’Italie, l’Europe du Nord, et surtout l’Allemagne ont redémarré beaucoup plus vite et fort. Les chiffres allemands depuis janvier sont impressionnants alors que tout le monde la disait sur le déclin. La croissance, l’emploi, la consommation, l’investissement et les salaires sont au vert flamboyant.

La seule raison pour laquelle la France ne pourra profiter durablement de cette conjonction de planète, c’est que la France n’a fait aucun effort d’amélioration de sa compétitivité. Les entreprises industrielles et commerciales ont été écrasées par la fiscalité lors des deux premières années du quinquennat, quant à la compétitivité de l’État, et de la machine administrative, elle n’a fait aucun progrès.

Dans ces conditions, on ne voit pas pourquoi la situation économique et de l’emploi pourrait s’améliorer durablement. Si c’était le cas, cela relèverait du miracle. Les chefs d’entreprise ne croient pas aux miracles. Ils croient au travail, aux faits et aux chiffres. Si miracle il y a, comme l’espère la gauche, François Hollande sera réélu. Il pourrait même être canonisé.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !