La Défenseure des droits a franchi les limites de l'imbécilité... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Claire Hédon défenseure des droits zones sans contrôles d'identité police forces de l'ordre Emmanuel Macron Elysée
Claire Hédon défenseure des droits zones sans contrôles d'identité police forces de l'ordre Emmanuel Macron Elysée
©JOEL SAGET / AFP

Zone de bêtise prioritaire

La Défenseure des droits a franchi les limites de l'imbécilité...

Non, non ce n'est pas de nous. Nous on n'aurait pas osé. 

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »
Cette bouffonnerie s'est jouée en quatre temps. Premier temps. Claire Hédon demande que les "zones de sécurité prioritaires" soient transformées en "zones sans contrôles d'identité". Elle est en effet très sensible à la souffrance des "jeunes" qui trouvent "insupportable" d'être ainsi contrôlés. 
Deuxième temps. Les syndicats de policiers s'insurgent contre les propos de Claire Hédon. Cela reviendrait, disent-ils, à établir des zones de non-droit. Darmanin, solidaire avec ses flics, fait savoir qu'il n'est pas concevable d'établir des zones sans contrôles d'identité. 
Troisième temps. Claire Hédon, la tête basse, annonce qu'elle n'a pas dit ce qu'elle a dit. Et en tout cas qu'on l'a mal comprise. Et pour être bien comprise elle dit le contraire de ce qu'elle dit ne pas avoir dit. Bien sûr, déclare-t-elle, il faut des contrôles d'identité : la sécurité et la loi sont, précise la pauvre Claire Hédon, primordiales. 
Quatrième temps. Macron informé des vaticinations délirantes de la Défenseure des droits lâche cruellement : "elle a franchi les limites de l'imbécilité". Nous ne pouvons que souscrire à ce diagnostic. Peut-être faudrait-il trouver un défenseur pour la Défenseure des droits ? 
Pourtant Macron l'aimait bien Claire Hédon. C'est lui qui l'avait nommée à ce poste à la fin du mandat de Jacques Toubon. Pour quels services rendus ? Afin de le savoir, nous avons fouillé dans sa biographie. 
Claire Hédon a été présidente d'ATD Quart Monde. C'est une ONG bien sous tous rapports. Elle s'occupe des pauvres de toutes origines, de toutes races, de toutes nationalités. Les pauvres sont très nombreux et sans doute que Macron y a vu une juteuse matière à compassion. 
En outre, Claire Hédon est nutritionniste de formation. Elle a écrit un livre : "Maigrir sérieusement". Certainement qu'à ATD Quart Monde elle aura appris aux pauvres comment se nourrir convenablement. Mais maigrir ils n'en n'ont pas besoin ! Les pauvres sont naturellement maigres...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !