L’Obs nous fait part d’une découverte historique : l’auto-fellation ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
L’Obs nous fait part d’une découverte historique : l’auto-fellation !
©

Benjamin Griveaux n'était pas au courant

L’Obs nous fait part d’une découverte historique : l’auto-fellation !

Ce journal est radicalement progressiste, ce qui nous contraint à être résolument réactionnaire.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

En cette période de confinement la chair est malheureuse et triste. Flasque et agonisante elle s’étiole lamentablement la, le partenaire étant loin et inaccessible. Le coït est au chômage partiel. Et qu’est- ce qu’une vie sans coït ? 

Il y a bien sûr YouPorn mais regarder des ébats sans pouvoir y participer est horriblement frustrant. Les sextos, les vidéos partagées avec l’heureux élu ne valent guère mieux : jamais le virtuel ne remplacera le réel. Reste la masturbation, une activité monotone et répétitive : elle est juste bonne pour les mâles blancs réactionnaires. 

Quand on est de gauche et donc progressiste on peut faire mieux. Et c’est L’Obs qui nous l’indique : « La pratique de l’auto-fellation a beaucoup à nous apprendre sur la vie, sur l’amour et sur nous-mêmes ». Apprenons donc. Et ouvrons ensemble ce livre du Gai-Savoir. L’hebdomadaire a interviewé le meilleur  de cette pratique. Epanoui, il révèle qu’il est « content lui-même ». Mais précise qu’il a 60 ans et qu’il n’a plus la souplesse de ses 20 ans : « je dois me ménager ». Une photo illustre ses propos. On le voit nu, couché sur le dos, le bas de son corps replié sur sa bouche. 

J’ai essayé : je n’y arrive pas. J’ai compulsé le Kamasutra sachant les Hindous très inventifs. Cette position n’y figure pas. Ce qui m’a consolé.

L’Obs, soucieux de ne pas discriminer le sexe faible et craignant de s’attirer les foudres de Marlène Schiappa, écrit que l’auto-fellation ne concerne pas que les hommes. Les filles aussi y ont droit mais elles sont peu nombreuses, selon l’hebdomadaire, à faire appel à cette pratique. Leur configuration anatomique rend en effet l’auto-cunnilingus malaisé. 

L’article de L’Obs n’est accessible dans sa totalité que sur abonnement : 3€ pour trois mois sans engagement. Pour pouvoir le lire en entier – je n’ai eu accès qu’aux premières vingt lignes – j’ai demandé à la comptable d’Atlantico de m’avancer cette somme. 

Encore plus pingre que moi, elle a sèchement refusé. Mais si mon texte vous paraît un peu sommaire il ne tient qu’à vous… Je me souviens que L’Obs fut jadis un journal. Aujourd’hui c’est un torche-cul. Ses journalistes écrivent avec leur b… et ils ont comme devise fellare ergo sum.

Ps : Nous subodorons que dans le prochain numéro de L’Obs ainsi titré : « la pratique de la zoophilie a beaucoup à nous apprendre sur la vie, sur l’amour et sur nous-mêmes ». Les journalistes de L’Obs sont tous des citadins : ils n’auront donc pas accès à de désirables jeunes brebis et jeunes chèvres. Nous plaignons par avance leurs chats, leurs chiens et leurs canaris.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !