L’incendie s’étend à Paris-Habitat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L’incendie s’étend à Paris-Habitat
©Reuters

Scandale

L’incendie s’étend à Paris-Habitat

Il y a eu dans le passé l’affaire de l’OPAC impliquant la droite. Et si demain, c’était le PS qui se trouvait en première ligne dans la gestion de Paris-Habitat ? En tout cas, après les révélations de Marianne et d’Atlantico, la perspective d’une enquête de la justice n’a rien d’absurde.

Gilles Gaetner

Gilles Gaetner

Journaliste à l’Express pendant 25 ans, après être passé par Les Echos et Le Point, Gilles Gaetner est un spécialiste des affaires politico-financières. Il a consacré un ouvrage remarqué au président de la République, Les 100 jours de Macron (Fauves –Editions). Il est également l’auteur d’une quinzaine de livres parmi lesquels L’Argent facile, dictionnaire de la corruption en France (Stock), Le roman d’un séducteur, les secrets de Roland Dumas (Jean-Claude Lattès), La République des imposteurs (L’Archipel), Pilleurs d’Afrique (Editions du Cerf).

Voir la bio »

Un scandale couve-t-il à Paris-Habitat, structure qui a succédé à l’OPAC, office d’HLM bien connu à Paris à l’époque de Jacques Chirac et de Jean Tibéri ? Depuis plusieurs semaines Atlantico, à l’occasion de divers articles, a posé la question. L’hebdomadaire Marianne, dans son édition à paraitre ce vendredi 3 juin, repose la question. Selon l’hebdomadaire, quelques surfacturations apparemment injustifiées, notamment à l’occasion de la réfection d’un appartement - 48 000 euros au lieu de 9 262 euros- avenue de Flandre dans le 19ème arrondissement de Paris - Marianne cite d’autres exemples tout aussi édifiants- pourraient conduire la justice à s’intéresser à ce dossier. Anne Hidalgo, la maire de Paris suit les développements du dossier "Paris-Habitat" avec, dit-on, avec beaucoup d’attention. On comprend pourquoi : de tous côtés, l’office d’HLM de la Ville de paris -111 000 logements- connait d’autres difficultés. Comme la souffrance au travail. Le mardi 1er juin a eu lieu une réunion entre la direction générale, les syndicats et le cabinet Technologia, chargé de rédiger un rapport sur les conditions de travail à Paris-Habitat sur les souffrances psychologiques de certains salariés. L’enquête a duré plus d’un an et il semble bien que tout ne se déroule pas dans le meilleur des mondes à Paris-Habitat. Aussi, certains salariés envisageraient-ils de saisir la justice. 

Dans certains ensembles, comme celui d’Erard-Charenton (519 logements), les locataires viennent de se rebiffer. En effet, le groupement de locataires, qui, à plusieurs reprises, a alerté -en vain- le bailleur sur les expositions à l’amiante dont non seulement les locataires pourraient avoir été victimes mais aussi les ouvriers participant aux travaux de réhabilitation de l’ensemble, a décidé d’alerter le procureur de la République de Paris dans une lettre de deux pages et demie. Le groupement de locataires en profite pour signaler au procureur que l’Inspection du travail s’intéresse aux conditions dans lesquelles l’entreprise de bâtiment procède à la réhabilitation de l’ensemble Erard-Charenton. L’inspectrice du travail qui est venue sur les lieux, aurait découvert que certains ouvriers, originaires des pays de l’Est pour les façades, d’Inde et du Pakistan pour la réfection de l’électricité, travailleraient illégalement. Aussi, n’est-il guère étonnant que le climat au sein de Paris-Habitat ne soit pas des plus sereins. D’autant que les syndicats n’ont guère apprécié que les fameux vols de biens mobiliers, d’un montant, dit-on de 130 000 euros -il s’agit de biens détournés de leur livraison- n’aient pas débouché sur la saisine de la justice.

Sur ce sujet qui agite beaucoup Paris-Habitat, la CFTC ne s’est pas privée de dénoncer en termes assez durs l’absence de plainte, en dénonçant l’attitude de "la direction qui s’est substituée au procureur de la République pour qualifier les faits". Et la CFTC de déplorer que les deux responsables de ces vols aient été licenciés pour insuffisance professionnelle et non pour faute lourde et grave…Résultat : ils sont partis avec leurs indemnités, et ont eu droit aux… allocations-chômage. "Le pompon" note encore le syndicat chrétien : l’un d’entre eux a même obtenu une lettre de recommandation lui permettant de trouver un autre job. Bref, rien ne va plus à Paris-Habitat. Une enquête interne aurait été ouverte à la suite du papier de Marianne pour faire "payer" les petits cadres supposés s’être laissés à quelques dérives. Une certitude : on comprend pourquoi, Hélène Schwoerer, directrice générale adjointe, aurait fait savoir qu’elle ne briguerait pas finalement la succession du directeur général Stéphane Dambrine. Du coup, la mairie de Paris songerait à confier le poste de directeur général à un fonctionnaire de la Ville de Paris. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !