Entre surveillance high tech et bonnes vieilles méthodes, petit guide pratique des techniques d'espionnage au XXIe siècle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Entre surveillance high tech et bonnes vieilles méthodes, petit guide pratique des techniques d'espionnage au XXIe siècle
©

Bruxelles, nid d'espions

Entre surveillance high tech et bonnes vieilles méthodes, petit guide pratique des techniques d'espionnage au XXIe siècle

Les révélations d'Edward Snowden sur les programmes de cybersurveillance ont pris une ampleur nouvelle avec les informations du Spiegel et du Guardian. Alors que le scandale avait débuté sur un mode high tech, les révélations de ce week end prouvent que les Etats-Unis espionnent aussi leurs alliés européens via des méthodes beaucoup plus traditionnelles héritées de la guerre froide. Comment espionne-t-on aujourd'hui ? Les explications d'un ancien de la DGSE

Alain Chouet

Alain Chouet

Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français.

Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.

Alain Chouet est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme. Son dernier livre, "Au coeur des services spéciaux : La menace islamiste : Fausses pistes et vrais dangers", est paru chez La Decouverte en 2011.

Voir la bio »

Si les moyens déployés par la NSA pour espionner l'Europe n'ont pas d'égales dans le monde, les recettes utilisées par les renseignements américains ne sont pas nouvelles. Il n'y en fait que trois méthodes efficaces d'espionnage : le renseignement humain, le renseignement opérationnel et le renseignement technique. 

La bonne vielle technique du renseignement humain 

Définition :Ce type de renseignement consiste à convaincre des sources humaines qui se trouvent dans les structures utiles de donner des informations. Il s'agit souvent de violer la loi des autres : on ne recherche pas "la recette de la tarte Tatin" mais des renseignements couverts par la mouture "secret défense nationale". 

Procédures utilisées :  On utilise des techniques d'approche psychologique. L'idée est de se concilier l'amitié et la confiance de la source. On peut également utiliser des techniques de soumission ou de chantage. L'idée est que la source doit prendre le risque de nous livrer des informations interdites. 

Pour ceux qui aiment l'action, le renseignement opérationnel

Définition :  Ce type de renseignement consiste à s'approprier le renseignement sous sa forme physique là où il est caché : un coffre fort, une usine protégée. Cela peut-être la molécule d'une formule pharmaceutique ou un ordre de bataille pour des militaires. Tout document qui peut donner des informations sur les intentions des autres, leurs capacités technologiques ou militaires.  

Procédures utilisées :L'espion opère de manière physique un peu comme un cambrioleur professionnel. A la différence qu'une fois volé le renseignement doit être remis à sa place en toute discrétion pour que la personne espionnée ne change pas ses plans. Il faut donc procéder à une duplication.  Personne ne doit s’apercevoir que l'espion est passé là. Il faut s'approprier la forme physique du renseignement sans l'altérer et en le laissant en place. 

Le renseignement technique en pleine mutation

Définition :Durant des années le renseignement technique a circulé soit par des fils avec le téléphone, soit par des ondes électromagnétiques avec la radio et a consisté à placer des écoutes sur ces différents flux. 

Depuis une vingtaine d'années, les choses se sont compliquées. La radio et le téléphone servent de moins en moins. Le problème est désormais d'intercepter du flux informatique qui passe, via internet, par des réseaux extrêmement complexes. Les intervenants se comptent par milliards. 

Procédures utilisées : L'information circule toujours soit via des fils soit via des ondes. Le problèmes est la multiplication de ces fils et les canaux différenciés. Les techniques d'interception sont toujours les mêmes : il faut mettre une bretelle sur des fils ou de grandes oreilles qui écoutent les ondes électromagnétiques. La NSA fonctionne comme les autres services de renseignements, mais avec des moyens beaucoup plus importants.

Je suis surpris de voir les médias et les hommes politiques tomber de l'arbre en poussant des cris de vierges effarouchées. La NSA, comme les services européens, fonctionne de la même façon depuis 60 ans. C'est peut-être inacceptable, mais en aucun cas nouveau. Et si les services européens ne font pas exactement la même chose, c'est surtout une question de moyen.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !