L’effondrement des ventes de Kinder n’a pas empêché les Français de rester de gros consommateurs de chocolat et pour cause, le chocolat protège du stress politique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Des œufs Kinder en chocolat dans un supermarché à Hanovre, dans le centre de l'Allemagne.
Des œufs Kinder en chocolat dans un supermarché à Hanovre, dans le centre de l'Allemagne.
©Ole SPATA / dpa / AFP

Atlantico Business

L’effondrement des ventes de Kinder n’a pas empêché les Français de rester de gros consommateurs de chocolat et pour cause, le chocolat protège du stress politique

Le numéro un mondial Ferrero a donc été contraint de retirer ses produits de la vente pour cause de salmonellose. Privés de Kinder, les Français se sont rattrapés sur d’autres formes de chocolat. Des tablettes et des pâtes à tartiner.

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre

Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.

Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.

Il est aussi l'auteur du blog http://www.jeanmarc-sylvestre.com/.

Voir la bio »

Les petits Français ont été privés de Kinder Surprise. Ces œufs, qui contiennent une surprise à l’intérieur, sont en général les rois des fêtes de Pâques. Comme le veut la tradition chrétienne, les familles en cachent dans les jardins (pour ceux qui ont un jardin) et les enfants partent à la chasse aux œufs. 

Cette année, il a fallu trouver d’autres fournisseurs parce que la salmonellose a obligé le groupe Ferrero à retirer de la vente la plupart de ses produits partout en Europe. Fruit du hasard ou erreur humaine dans une des usines, toujours est-il que la direction de ce groupe mondial à tarder à réagir puisqu’il a fallu que quelques consommateurs tombent malades pour qu‘on se décide à réagir.

Il faut dire que, pour Ferrero, c’est une catastrophe. Le chiffre d’affaires a chuté de presque 50% parce que Pâques permet de réaliser les plus grosses ventes de l‘année, plus fortes généralement que Noël.

En attendant que l’enquête puisse déterminer les causes exactes de la contamination, le groupe s’est résolu à fermer ses lieux de ventes et la plupart de ses usines.

Alors que beaucoup pensaient qu’ils n’allaient pas pouvoir se passer de Kinder, la plupart se sont tournés vers d’autres fournisseurs, et notamment des chocolatiers artisans qui pullulent dans toutes les villes, grosses ou moyennes. 

Le Français reste l’un des plus gros consommateurs de chocolat avec, en moyenne 7,3 kg par personne et par an. Plus de la moitié de cette consommation à Pâques et à Noël. En cause : cet accident sanitaire et industriel chez Ferrero, comme la guerre en Ukraine qui a bloqué quelques bateaux.

Si on agrège les consommations de tous les produits à base de cacao, ce sont les Allemands qui arrivent en tête, devant les Suisses, les Estoniens, les Britanniques et les Finlandais. Mais au-delà des Européens qui sont les plus gros mangeurs, on s’aperçoit que le chocolat est vendu partout sur la planète, sauf au Japon et en Chine. Bizarre, mais les hommes de marketing sont incapables de nous dire pourquoi l’estomac d'un asiatique ne supporte pas le cacao.

À Lire Aussi

Jeff Bezos ramène Arianespace dans la course à l’espace pour se protéger des ambitions d’Elon Musk (Tesla)

Le marché français représente 3,3 milliards d’euros, soit 350 000 tonnes. Principalement sous forme de carrés de chocolat, de barres, et bien sûr de pâte à tartiner, le fameux Nutella parfumé à la noisette et le non moins fameux Kinder qui a remplacé le mistral gagnant que les plus âgés mangeaient à la sortie de l’école.

La crise du Covid a encore boosté les ventes. Ferrero, qui produit le célébrissime Nutella a pris 70 % du marché des pâtes à tartiner pendant le confinement.

A priori, le succès du chocolat sous toutes ses formes est difficile à expliquer. Il y a beaucoup de marketing dans les différents produits chocolatés mais ce marketing ne suffit pas, il y a dans le chocolat une ADN historique, culturelle, religieuse et médicale qui a sans doute fait le succès de ce produit et avant celui de la fève de cacao.  

Selon quelques historiens, le chocolat aurait été, depuis la nuit des temps “la nourriture des dieux”. Cléopâtre, par exemple, mangeait des fèves de cacao et se faisait une pommade bio ou presque, qui était excellente pour l’épiderme. Pour les Mayas, le lait chocolaté était aphrodisiaque et tonifiant, mais c’est resté une boisson nourrissante pour les écoliers avant de partir à l’école. Sous la 4e république, Pierre Mendès France en faisait distribuer dans les écoles, mais à la vérité, c’était plus pour écouler les stocks de lait et soutenir les prix que pour le chocolat.

Des médecins chercheurs ont publié quantités d’études sur la qualité du chocolat comme médicament permettant de prévenir de nombreuses maladies... sauf que les experts n’étaient pas d’accord et ne les sont pas toujours. Pour certaines facultés de médecine, l’abus de chocolat serait responsable de crises cardiaques et d’autres catastrophes sanitaires. Donc, attention aux cloches de Pâques qui, en rentrant sur Rome pour célébrer le retour du Christ, jette du chocolat dans les jardins.  

À Lire Aussi

Avec son projet de TVA à taux zéro, Marine Le Pen prend un risque systémique, comme Martine Aubry l’avait fait avec les 35 heures

Plus sérieusement, ce sont les Mayas qui, vers l‘an 1000, ont découvert les véritables vertus du chocolat. Puisque les Mayas puis les Aztèques l’utilisaient comme remède contre la fatigue. Mais à la suite des grandes découvertes, quand l’Europe reçoit les premiers bateaux contenant du chocolat, les cours royales le considèrent comme un médicament des plus agréables.

La marquise de Sévigné qui, à l’époque, est « une influenceuse » à sa manière, ne manque pas de donner de nombreux conseils hygiéno-diététiques à sa fille. Le chocolat lui est conseillé afin de se remettre de toute indisposition.  Le chocolat est également perçu comme un aphrodisiaque ; la marquise de Pompadour s’en fait servir à déjeuner afin de palier son “tempérament très froid”. Mais chez d’autres personnages de la cour, on donne du chocolat aux nobles un peu trop nerveux pour les calmer. A cette époque, le chocolat est utilisé comme une boisson politique. C’est la boisson des hommes mesurés, raisonnables et responsables. Inutile de dire que le chocolat n’est guère prisé par les révolutionnaires. Trop d'agressions en 1789 qui se marie mal avec le chocolat. Napoléon en consomme parce que ça l’aide à réfléchir. Napoléon III, lui, en abusera pour une seule raison : il pense que le chocolat renforce ses capacités sexuelles. Ce qui ne plait guère à Morny qui préférerait que l’empereur s’occupe plus de politique.

En général, le chocolat stimule la libido et les ardeurs dit -on, mais calme les passions politiques. Il est donc conseillé à tous les professionnels de la politique qui veulent garder la tête froide et les pieds sur terre au moment d’une élection. 

En 2015, c’est très récent, des médecins chiliens et espagnols se sont fait financer une étude pour percer le secret médical du chocolat. Espérant sans doute vendre à un groupe industriel des arguments scientifiques pour booster les ventes. Et tout le monde a été déçu :  sur un échantillon de 4599 sujets, il a été impossible de mettre en évidence l’apport de la consommation de chocolat sur des indicateurs de qualité de vie.

D’autres chercheurs américains ont prolongé cette étude et ont trouvé en 2017 que l’abus de chocolat favorisait les risques d’infarctus. Mais au même moment, une équipe australienne démontrait qu'au contraire, la consommation de chocolat permettait de diminuer le risque cardiovasculaire.

À Lire Aussi

Voilà comment choisir oeufs de Pâques et poules en chocolat en limitant l’impact sur votre santé

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !