L’autre phrase étrange de Christiane Taubira | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christiane Taubira prononcent des phrases étranges.
Christiane Taubira prononcent des phrases étranges.
©Reuters

Ça fait beaucoup

L’autre phrase étrange de Christiane Taubira

Elle parle, elle parle. Trop. Et il lui arrive de dire des choses assez bizarres

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La garde des Sceaux est une battante. Nul ne met en doute sa combativité servie par une éloquence fleurie et flamboyante. De tous les ministres de François Hollande c’est elle qui subit les attaques les plus virulentes : le procès qu’on lui fait pour laxisme est permanent. Mais plus on l’agresse et plus elle devient indéboulonnable. Une couverture ignoble de Minute et quelques peaux de bananes agitées sur son passage ont contribué à faire de Mme Taubira l’icône absolue de la gauche immortalisée pour l’éternité.

La garde des Sceaux déifiée de son vivant peut tout se permettre. Taper sur la gauche qui aurait, selon elle, perdu son âme. Enfoncer chaque fois que faire se peut Manuel Valls et ses dérives "sécuritaires". En 2002 quand elle a fait, par sa candidature, perdre Lionel Jospin, Mme Taubira était encore un OVNI de la politique. En 2005 elle a été anoblie en devenant une OTPI (Objet Très Parlant Identifié) de la Hollandie. Donc elle a de nouveau pris la parole. Une interview dans Le Parisien montrant combien sont grandes ses aptitudes au combat. "Non, je ne capitulerai pas !". Les attaques contre elle se succèdent crescendo. Elle n’en a cure. "On peut les multiplier par 100 0000" je ne rendrai pas les armes. Du Taubira classique dans le texte. Et puis cette phrase étrange et singulière : "cette violence, des milliers de gamins qui me ressemblent la subissent tous les jours !".

Lire également : Christiane Taubira, la femme qui niait farouchement tout bénéfice intellectuel et politique venu de la droite

"Me ressemblent" ? Comme il n’y a pas de milliers de garde des Sceaux en France il doit bien s’agir d’autre chose. Et on en arrive à la conclusion que ces gamins-là, sont, comme Mme Taubira, noirs. La garde des Sceaux, nous gratifie donc d’une nouvelle trouvaille. On connaissait les contrôles au faciès (Christiane Taubira y est très hostile). Maintenant par la grâce de la locataire de la Place Vendôme nous sommes priés de nous intéresser à la sympathie au faciès…

Emanant d’un membre du gouvernement, cette phrase est inexcusable. Mme Taubira est ministre de la République. Pas ministre d’une communauté. Sous-entendre, comme elle le fait, qu’elle est attaquée parce qu’elle est noire et que ceux "qui lui ressemblent" le sont aussi est au mieux une bêtise, au pire une faute. En plus, se servir d’un torchon comme Minute pour s’en fabriquer un bouclier immunitaire est d’une grande médiocrité.

Sous Sarkozy une femme avait occupé le poste de Mme Taubira. La garde des Sceaux d’alors s’appelait Rachida Dati. Elle était (et est toujours) arabe. Elle ne le cachait pas, pas plus que Taubira ne cache ses origines guyanaises. Mais une Arabe de droite ça ne se fait pas… Rachida Dati fut attaquée avec beaucoup de violence pour sa politique "sécuritaire". Imaginons qu’elle ait parlé par solidarité ethnique "des gamins qui lui ressemblent" ! Que n’aurait-on pas dit ? Mme Taubira devrait aller voir Mme Dati. Cette dernière à des choses à lui apprendre. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !