Jean-Yves Le Drian pleure les soldats turcs morts en Syrie ! Et combien de larmes a-t-il versé sur les Kurdes massacrés par les Turcs ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Jean-Yves Le Drian pleure les soldats turcs morts en Syrie ! Et combien de larmes a-t-il versé sur les  Kurdes massacrés par les Turcs ?
©ADEM ALTAN / AFP

Alors on se prosterne devant Erdogan ?

Jean-Yves Le Drian pleure les soldats turcs morts en Syrie ! Et combien de larmes a-t-il versé sur les Kurdes massacrés par les Turcs ?

C'est pour le moins honteux. Mais il paraît que c'est utile.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La Turquie est depuis longtemps membre de l'Otan. On peut en déduire qu'elle est objectivement – mais objectivement seulement – notre alliée. Et certainement pas notre amie. On se demande d'ailleurs ce qu'elle fait encore dans l'Otan. Encore heureux qu'elle ne soit pas membre de l'Union européenne…

Conformément à ses habitudes, l'armée turque est en Syrie. Parfois pour combattre les Kurdes. Cette fois-ci contre l'armée de Bachar El-Assad. Des affrontements meurtriers font rage dans la province d'Idlib. D'un côté des insurgés islamistes soutenus par les Turcs. De l'autre, l'armée de Bachar El-Assad appuyée par les Russes.

Lors d'un raid (syrien, russe ?), une trentaine de soldats turcs ont trouvé la mort. Dans ce que l'on appelle les chancelleries européennes, l'émotion a été grande : "dangereuse escalade". Eh oui les Turcs allaient peut être s'énerver y compris contre nous. Prenant la mesure de la gravité de la situation, Jean-Yves Le Drian a fait un geste qui en dit long sur notre trouille.

Il a envoyé un message de condoléances à la Turquie ! Le Drian est ministre des Affaires Etrangères. La guerre c'est pas son rayon. Il aurait pu consulter sa collègue Florence Parly, ministre des Armées. Elle lui aurait dit qu'à la guerre on meurt. Et les Turcs font la guerre. Ils ont perdu trente hommes et la France frémit.

Quand l'année dernière les Turcs ont envahi la région d'Afrin en Syrie et y ont massacré des centaines de Kurdes notre ministre des Affaires Etrangères a-t-il envoyé un message de condoléances au peuple kurde ? A-t-il protesté contre les exactions turques ? A-t-il pleuré sur la mort d'Havrin Khalaf, une héroïne kurde martyrisée par les supplétifs arabes d'Erdogan ?

Bien sûr que non : les Kurdes ne sont pas – n'est-ce pas ? – membres de l'Otan. Si les Turcs obtiennent si aisément la soumission de la France c'est qu'ils nous tiennent par les couilles. A la demande des Européens la Turquie retient chez elle des millions de réfugiés syriens.

Pour cette action, qui ne doit rien à une quelconque générosité humanitaire, elle a reçu des milliards d'euros de l'Europe. Ainsi comme du temps des pirates de l'Avare de Molière on paye une rançon à Erdogan. Quand notre soutien lui paraît  par trop mollasson, il fronce les sourcils et menace d'ouvrir ses frontières pour que les réfugiés déferlent sur la Grèce et plus loin.

Maître en chantage, Erdogan en a déjà laissé passer une dizaine de milliers. Jean-Yves Le Drian a compris ce qu'il fallait comprendre. D'où son honteux message de condoléance. L'Otan, l'Europe, la France n'ont-ils pas les moyens de boucler la frontière grecque ? Mais pour ça, il faudrait du courage.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !