Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Education
Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !
©CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

La bêtise est dans l'air du temps. Et le ministre de l'Education nationale lui a rendu hommage sans doute à son corps défendant.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Jean-Michel Blanquer est un homme fin et cultivé. Il aurait pu être un de nos meilleurs ministres de l'Education nationale. Il aurait pu… Mais il n'a pas pu. Car Emmanuel Macron lui a fait comprendre qu'en prévision des municipales il fallait tout faire pour ratisser vert. 

La circulaire dont il est l'auteur semble être issue d'un cerveau irrigué par les éructations du Père Ubu avec un ajout important de Gorafi. Un prodigieux mélange dont voici le résultat. Elle a été débusquée par Luc Ferry qui a d'abord cru à une plaisanterie. Puis il a vérifié. Et avec lui on est bien obligé d'y croire. 

Lisez. Les "éco-délégués" ou délégués au développement durable seront désignés dans chaque école et établissement. Chargés de porter la démarche de développement durable auprès de leurs camarades et de proposer des actions. (…) Les éco-délégués seront de véritables ambassadeurs de bonnes pratiques de développement durable auprès de leurs camarades et seront par ailleurs force de proposition pour expliquer les idées d'action au sein de l'école ou de l'établissement.

Les "éco-délégués" pourront donc, en toute liberté, empoisonner la vie de leurs camarades. A l'entrée des établissements scolaires, ils posteront des guetteurs chargés de vérifier si certains élèves ne sont pas déposés en voitures (polluantes) par leurs parents. Ils pourront aussi pourrir la vie des profs. Ces derniers seront sommés de se rendre à l'école en vélo ou en trottinettes électriques. 

Leur action touchera aussi un champ plus large. Ils exigeront que les manuels scolaires soient imprimés avec du papier recyclé. A la cantine le bœuf sera interdit : les gaz des bovins sont en effet très riches en CO2. Et finalement, ils quitteront tous l'école. C'est à 12 ans que Greta Thunberg a arrêté sa scolarité la jugeant inutile face à la disparition imminente de la planète.

Pour rester dans cette belle couleur verte, impossible de ne pas faire un détour par l'inénarrable Ségolène Royal.  Par la grâce de Macron, elle est devenue ambassadrice des pôles Arctique et Antarctique. On ne sait, à qui elle a, là-bas, présenté ses lettres de créance… Certains pensent que son job consiste à caresser les poils des ours blancs, à vérifier que la peau des phoques est toujours bien soyeuse et à s'assurer que les esquimaux n'ont pas froid dans leurs igloos. C'est totalement faux. Ségolène Royal proteste contre ces insinuations et dit que son boulot consiste à mesurer la fonte de la calotte glacière menacée par le dérèglement climatique. 

L'organisme qui s'en occupe, et  ou elle siège de droit, c'est le Conseil de l'Arctique. Or il se trouve qu'elle n'y a jamais mis les pieds ! Son cabinet ne dément pas et, embarrassé, précise, sans peur du ridicule, que l'ambassadrice gère ses déplacements "en fonction de son agenda et de l'empreinte carbone". On a en effet peine à imaginer Ségolène Royal prenant l'avion, le train ou la voiture pour se rendre aux réunions du Conseil de l'Arctique. Ce serait un blasphème anti-écologique. Peut être devrait elle aller sur un voilier comme Greta Thunberg ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !