Enfer carcéral : Mélenchon embastille Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Enfer carcéral : Mélenchon embastille Hollande
©

Zone franche

Enfer carcéral : Mélenchon embastille Hollande

Le Front de gauche ne laisse plus beaucoup d’espace au Parti socialiste. Dans le camp d’en face, on compte les points.

Hugues Serraf

Hugues Serraf

Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019

 

Voir la bio »

J’hésitais à revenir sur le phénomène Mélenchon, histoire de ne pas risquer la redite ou même simplement l’indigestion, mais comment faire autrement ? Hier à la Bastille, où je me suis brièvement gelé les gonades en compagnie de plusieurs dizaines de milliers de sans-culottes enthousiastes, je me suis demandé si François Hollande avait encore une vague chance de troisième place : 60 000 profs en rab et 75% d’impôts pour les gloutons du CAC, ça commence à faire sérieusement petit-bras pour un candidat « de gauche ».

C’est qu’il y a tout, vraiment tout, dans cet appel tonitruant à « l’insurrection civique » : la défense inlassable des ouvriers et des précaires ; la protection sans faille des immigrés et des mal-logés ; la promotion irrésistible des femmes et de l’environnement ; la mise au pas impitoyable des puissances de l’argent et de l’Europe libérale ; la réaffirmation vigoureuse de la laïcité, de la liberté de l’Internet et du mariage pour tous ; la réquisition inéluctable des logements vacants et des « biens communs pour la patrie »...

Jusqu’à l’annonce un chouïa anachronique de la fin de la guerre d’Algérie ! Même Coluche ne ratissait pas aussi large...

« L’éruption du volcan français », à l’instar de celle de son cousin islandais il y a deux ans, risque d’empêcher bien des avions de décoller même si le commandant d’Air Sarko One est sans doute sur un petit nuage. Et chez Solferino Airlines, où l’on tente de convaincre les passagers encore indécis de voler utile quoi qu’il arrive, on doit méchamment regretter l’émergence de ce transporteur low-cost.

Car que faire lorsqu’on est un social-démocrate bon teint confronté à ce rouleau compresseur du populo-progressisme ? Surenchérir sur le même ton, au risque de s’aliéner les modernes qui constituent tout de même son propre fond de commerce ? Bad-godberguiser un max pour se refaire chez les bayrouistes ? La triangulation est un art difficile et passe facilement pour de l’inconséquence. Mais c’est sans doute qu’à force d’expliquer au « peuple de gauche » que l’archéo-radicalisme ramasse-tout était son horizon véritable, on a fini par l’en convaincre.

Il est peut-être un peu tard pour s’en mordre les doigts.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !