Inflation : le panier de la ménagère va augmenter, c'est sûr, mais de combien ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Inflation : le panier de la ménagère va augmenter, c'est sûr, mais de combien ?
©

Combien ça me coûte ?

Inflation : le panier de la ménagère va augmenter, c'est sûr, mais de combien ?

L'Insee a publié mercredi les chiffres de l'inflation : les prix à la consommation ont augmenté de 0,7% en août et de 2,1% sur un an. La tendance est donc à la hausse et se remarquera directement sur le ticket de caisse.

Grégory Caret

Grégory Caret

Grégory Caret est directeur de l'Observatoire de la consommation à l'UFC - Que choisir.

Voir la bio »

Atlantico : Selon les chiffres publiés ce mercredi par l'Insee, l'inflation repart à la hausse avec une augmentation des prix de 0,7% en août et de 2,1% sur an an. Ces chiffres étant des moyennes, de combien va réellement augmenter le panier du consommateur moyen ?

Grégory Caret : Un ménage dépense en moyenne un peu moins de 2 000 euros par mois. Une inflation de 2% représente donc une hausse absolue de 40 euros par mois pour acheter les mêmes produits et en même quantité que ceux consommés un an plus tôt. Autrement dit, pour maintenir le même niveau de vie, le consommateur devra dépenser 40 euros de plus. Mais il s'agit d'une moyenne.

Ainsi, certains produits ont vu leurs prix augmenter là où d'autres ont connu des baisses. Les produits ayant le plus augmenté l'année dernière sont ceux qui appartiennent aux dépenses dites "contraintes", celles dont les consommateurs ne peuvent se passer. On retrouve l'énergie, dont le gaz, qui a augmenté de plus de 10%, ou encore le carburant dont le tarif a augmenté de 8% sur un an. Enfin, les assurances santé ont subit une hausse de 9% sur un an : certaines personnes renoncent à se soigner ou reportent d'un an leurs dépenses, comme l'achat de lunettes ou les soins dentaires par exemple.

Pour maintenir leur niveau de vie, les Français vont donc devoir compresser d'autres dépenses, en premier lieu celles relatives aux loisirs - bien que certaines personnes n'aient plus beaucoup de dépenses dans ce domaine - ou  les dépenses alimentaires pour lesquelles ils vont devoir procéder à des choix et être plus sélectifs sur les prix.

Pour quel type de produit les hausses de prix seront-elles les plus élevées pour les consommateurs ?

La hausse dans les produits alimentaires sera environ de 2,2% selon l'Insee. Parmi ceux-ci, les fruits et légumes, ainsi que les boissons alcoolisées du fait de l'instauration d'une taxe, ont le plus augmenté. Le thé, cacao et café ont également augmenté à cause des cours internationaux.

A l'inverse, les baisses de prix les plus sensibles ont été vues dans les dépenses de loisir comme les services téléphoniques avec une baisse de presque 9%, un phénomène qui s'explique avec l'arrivée de Free qui a incité, ou obligé, les autres opérateurs à revoir leurs politiques de prix. De même, les tarifs de l'électronique, à technologie comparable, ont eu tendance à diminuer.

Quelles sont les perspectives pour cette année en termes de hausses des prix ?

Il y a actuellement une crainte sur les prix alimentaires du fait des cours des matières premières qui sont plutôt orientés à la hausse depuis plusieurs mois. Cette hausse se répercutera dans un second temps sur les prix en rayons, même si les distributeurs adoptent des politiques de plus en plus offensives pour se présenter comme "les moins chères".

Enfin, l'énergie devrait continuer d'augmenter : carburant, gaz, électricité... GDF a même annoncé vouloir une augmentation du prix du gaz de 7%. Le niveau d'acceptabilité pour les ménages est sous pression. De même, les tarifs d'assurance santé devraient continuer d'augmenter comme c'est le cas depuis presque 10 ans. Pour beaucoup de ménages, ce poste de dépense devient un véritable luxe.

Quelles sont les évolutions attendues pour le pouvoir d'achat des français ?

Le pouvoir d'achat est sérieusement orienté à la baisse depuis 2009. A l'exception des 5% des revenus les plus aisés, toute la population française est concerné par cette pression sur le pouvoir d'achat. Une augmentation d'une nombre de français sous le seuil de pauvreté à même été constatée. Les familles ayant des enfants ont été les plus touchées par cette dégradation du niveau de vie.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !