Ils sont devenus fous : quand le débat sur les Roms réveille les six démons français | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Manuel Valls maintient ses propos sur les Roms, le gouvernement le soutient et la polémique enfle.
Manuel Valls maintient ses propos sur les Roms, le gouvernement le soutient et la polémique enfle.
©Reuters

Hystérie collective

Ils sont devenus fous : quand le débat sur les Roms réveille les six démons français

Manuel Valls a déclenché une polémique en assurant que seule une minorité de Roms veut s'intégrer et qu'ils ont "vocation à retourner en Roumanie ou en Bulgarie".

Maxime  Tandonnet et Sylvain Saligari

Maxime Tandonnet et Sylvain Saligari

Maxime Tandonnet est un haut fonctionnaire français, qui a été conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions relatives à l’immigration, l’intégration des populations d’origine étrangère, ainsi que les sujets relatifs au ministère de l’Intérieur.

Il commente l'actualité sur son blog personnel.

Sylvain Saligari est avocat au barreau de Paris. Il est spécialisé dans le droit d'asile.

Voir la bio »

Le sujet des Roms est passionnant car il témoigne du degré de folie qui s’est emparé du système politico-médiatique français et de son incapacité à analyser et à prendre en compte des enjeux de société tels que celui-ci :

  • L’hystérie collective : on ne parle pas de ce sujet pendant des années,  écrasé par le tabou et l’omerta, et il suffit d’une parole d’un homme politique, d’un ministre, même socialiste, jugée politiquement incorrecte, pour déclencher une tornade.
 
  • Les mensonges, les amalgames et l’incompétence : une politicienne annonce jeudi 26 septembre que l’entrée de la Roumanie et de la Bulgarie dans Schengen le 1er janvier va "entraîner l’arrivée de centaines de milliers de Roms". Les plus grands "experts" désignés se relaient à la radio pour confirmer cette déclaration. Or, en vérité, Schengen n’a rien à voir avec les Roms, citoyens de l’Union européenne depuis 2007 et qui bénéficient déjà à ce titre de la libre circulation des personnes… (je ne connais pas grand chose, mais cela, je connais…)
 
  • La dictature du court terme : la panique générale du parti socialiste s’explique par l’approche des élections municipales alors qu’un tel sujet se traite sur la durée et la continuité.
 
  • La fracture entre la caste politicienne (en incluant les extrêmes) et les Français : on se déchaîne soudain à la faveur d’une polémique alors que ce sujet, résultat de l’aveuglement général, notamment sur les questions européennes, touche tous les jours de plein fouet les citoyens dans leur vie privée depuis des années.
 
  • L’hypocrisie politicienne : quand le président Sarkozy, l’un des premiers à mettre en avant cet enjeu, en a parlé dès 2010, toute la caste médiatique et politicienne française et européenne (les extrêmes inclus) lui est tombée dessus avec une violence inouïe en le traînant dans la boue et en lui crachant les pires insultes au visage.
 
  • La quête du sensationnel et du gain électoraliste : tout ce qui intéresse les politiciens est d’en tirer parti, entre l’affichage de la fermeté ou la tartuferie grenouillante de ceux qui prônent l’accueil inconditionnel mais n’en veulent à aucun prix chez eux.  En effet, on cherche la petite phrase qui tue, qui attire l’attention, mais pas un instant on ne s’interroge sur les solutions et les décisions à prendre. Or celles-ci existent, à la fois humaines et réalistes, et se trouvent pour l’essentiel en Roumanie et en Bulgarie…
 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !