Il était une fois la France et la démocratie… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Il était une fois la France et la démocratie…
©DR / Capture d'écran Youtube /

Cruelles évidences

Il était une fois la France et la démocratie…

Peut-être est-il encore un peu trop tôt pour en parler au passé. Mais nous sommes engagés sur le chemin qui y mène.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Underground,  le très beau film de Kusturica, se termine sur une scène poignante. La Yougoslavie se meurt dans le fracas des armes qui voient Serbes, Croates, Bosniaques s’entretuer. Un bout de cette terre ensanglantée se détache et part au loin dans la mer. Avec cette phrase : « il était une fois la Yougoslavie… ».

Comment ne pas y voir une allégorie de ce qui nous arrive ? La France a commencé à mourir en 2001 avec la loi Taubira. Elle proclamait que l’esclavage était un crime contre l’humanité. Mais pas tous les esclavages : seul était mentionné celui pratiqué par les Blancs et spécifiquement les Français.

Elle excluait de son champ d’application l’esclavage pratiqué par les Arabes, du VIIe siècle au XXe siècle, et la traite négrière interafricaine. Des dizaines de millions d’esclaves et de morts : bien plus que ceux dont se sont rendus coupables les colonisateurs blancs. Taubira s’en est crûment expliquée : « il ne fallait pas faire porter le poids des méfaits de leurs ancêtres sur les jeunes Arabes ».

Mais nous, ce fardeau on doit le porter pour toujours, jusqu’à la nuit des temps. Que vaut une loi bâtie sur un mensonge ? C’est comme si la Déclaration des Droits de l’Homme avait été rédigée de la manière suivante : « certains hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ». La démocratie a commencé à mourir avec l’adoption d’une autre loi : la loi Avia. Elle dit : « Vous avez le droit de penser mais il faut penser comme il faut ». Un peu comme si la Constitution avait été modifiée : « la liberté d’expression est un droit sacré mais uniquement dans les limites fixées par le pouvoir ».

Nous terminerons sur une phrase de Zemmour qui ne se trompe pas toujours : « Les Républicains ont abandonné la Nation au profit du marché. Le PS a abandonné le peuple. La France Insoumise pactise avec les islamo-gauchistes. Et Marine Le Pen n’a pas le style de Chateaubriand ». S’il ne mentionne pas LREM, c’est sans doute que ça n’en vaut pas la peine.  

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !