Hollywood se shoote à l'hormone de croissance en cachette | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'hormone de croissance peut-elle prévenir le vieillissement ? Pour Hollywood, la réponse est oui.
L'hormone de croissance peut-elle prévenir le vieillissement ? Pour Hollywood, la réponse est oui.
©

Jouvence

Hollywood se shoote à l'hormone de croissance en cachette

Le monde du cinéma adore ce produit dont la prescription est libre aux Etats-Unis pour ses effets anti-âge alors que les fédérations sportives le considèrent comme un produit dopant.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Tout acteur de plus de 50 ans qui à l'air en pleine forme prend sans doute de l'HGH (hormone de croissance humaine) dit un agent d'artiste à Hollywood. C'est peut être un peu excessif de généraliser ainsi mais le HGH serait le produit tendance, le produit miracle du moment, bien que certains doutent de ses effets, tandis que des inquiets, des critiques ou des personnes prudentes évoquent les risques.

"Je vois définitivement une différence sur ma peau", dit Alana Stewart, qui fait partie de l'univers d'Hollywood écrit Vanity Fair. "Je sais que cela me donne de l'énergie et je me sens plus équilibrée." Avant de commencer le traitement "j'ai vu les premiers cheveux gris apparaître. Mais quand j'ai commencé à en prendre, je n'en ai plus vu."

Mais les vedettes qui avouent en prendre publiquement sont rares. Jusqu'à présent on a seulement entendu Silvester Stallone, Nick Nolte et le réalisateur Oliver Stone. Reconnaître prendre de l'HGH, c'est avouer sa faiblesse. "Les gens parlent du HGH - qui peut coûter jusqu'à 10 000 dollars par an - de la même manière que ceux qui prennent du Botox ou du Viagra", explique un producteur de cinéma. Vanity Fair souligne enfin que l'on ne connaît pas les effets à long terme et les risques de ce genre de traitement.

Un article paru le 5 juillet 1990 dans le New England Journal of Medicine a montré les effets des ces "anti-âge" (surtout sur les muscles et les os) sur un échantillon de 21 hommes âgés de 61 à 81 ans. Une douzaine d'hommes a reçu de larges doses d'HGH pendant six mois, et neuf autres n'ont rien reçu. Ce qui a naturellement attiré l'attention des grands laboratoires pharmaceutiques.

Un autre article paru dans le même journal le 27 février 2003 "L'hormone de croissance peut-elle prévenir le vieillissement ?" est revenu sur l'étude de 1990, précisant qu'elle n'avait rien conclu, ouvrant seulement la porte à un axe de recherche pour évaluer sur un échantillon nettement plus large, les effets positifs et négatifs de ce genre de traitement. L'article concluait que rien n'était prouvé pour l'instant...

Sur Internet, les avis divergent. Exemple avec le site All-musculation : "L'HGH n'a pas d'action directe sur la croissance, c'est un précurseur d'hormones. Elle stimule la production d'insuline et de somatomédines par le foie, deux hormones anabolisantes. La production de ces hormones étant dépendante du foie, et l'administration d'HGH ne faisant que stimuler le foie, l'hormone de croissance ne peut avoir qu'une action limitée."

"Attention, l'hormone de croissance fait grossir tout le corps et tous les muscles, ce qui peut déformer le sportif qui en consomme. Il est ainsi très simple de reconnaître un sportif qui en consomme. Effets secondaires du dopage à l'hormone de croissance HGH : croissance excessive des extrémités (pieds, mains, coudes, mâchoire) ; croissance des organes internes (foie entre autre, ce qui donne une ventre énorme) ; problèmes articulaires ; diabète ; troubles cardio-vasculaires et hypertension etc. Chez une personne malade, son usage est intéressant, mais chez un adulte en bonne santé, c'est un produit très dangereux", ajoute le site All-musculation.


Aux Etats-Unis, si Hollywood s'enthousiasme, les fédérations sportives commencent à réagir. Ainsi Le Point remarque : "À coups d'annonces grandiloquentes sur leur souci d'élaborer un programme antidopage efficace, les Ligues professionnelles de football (NFL), de baseball (MLB) et de basket (NBA) ont toutes profité du renouvellement de leur règlement pour s'engager à contrôler l'hormone de croissance. Le football américain, en août dernier. Le baseball, en novembre. Et le basket, en décembre. Seule la Ligue de hockey (NHL) n'a jamais émis la moindre intention en la matière. Pourtant, à l'heure actuelle, seule la MLB a totalement ratifié le dépistage de HGH, devenant ainsi le premier des quatre sports majeurs nord-américains à s'engager sur cette voie."

C'est en effet ce que signale le quotidien américain Newsday du 29 février qui précise qu'un accord a été signé entre la MLB et la Players Association (association des joueurs). Mais il y a une limite, contrairement aux autres tests, le test de détection de l'HGH ne sera pas fait pendant la saison de manière régulière. Il ne sera effectué que si il y a des raisons particulières permettant de suspecter un dopage avec ce produit...

Le sujet est aussi évoqué, et certains demandent que des tests de détection de l'HGH soient pratiqués lors des prochains Jeux Olympiques de Londres comme le note le Telegraph du 7 mars.

Notons que les humains ne sont pas les seuls à s'intéresser à l'hormone de croissance. Elle est aussi utilisée dans les fermes américaines : on ne nous dit  pas si la peau des vaches est plus belle, si leur musculature s'améliore, mais les vaches qui reçoivent de l'hormone de croissance (quelques fois synthétique) donnent 15% de lait en plus note Western Farm Press daté du 9 mars. Du coup, on trouve en magasin, la mention "sans hormones" sur certains bidons de lait en plastique dans les supermarchés du pays.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !