Hollande et le mariage homosexuel : la vérité si je mens ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Hollande et le mariage homosexuel : la vérité si je mens !
©

Pinocchio, c'est fini ?

Hollande et le mariage homosexuel : la vérité si je mens !

Le président de la République va recevoir les organisateurs de la manif' contre le mariage gay. Et, dérogeant exceptionnellement à ses habitudes, il va leur dire la vérité.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

François Hollande est un homme très occupé. Depuis le 6 mai, il est en effet chef de l'Etat. Et à l'Elysée, c'est comme dans les usines : il fait à lui tout seul les 3x8. Les 35 heures, il connaît pas. Mais il met un point d'honneur à rester proche du peuple qui l'a élu. Et donc, il reçoit le peuple, va voir le peuple.

C'est ainsi qu'il trouve le temps d'accueillir les sidérurgistes de Florange, les ouvriers de PSA, et d'autres que j'oublie. Quand il est débordé, il délègue cette noble tâche à ses petites mains : Jean-Marc Ayrault et Arnaud Montebourg. Et le discours qui est tenu est toujours d'une sublime beauté. Un baume bienfaisant pour les futurs chômeurs et les condamnés au licenciement. 

"C'est inacceptable!". "Non, votre usine ne fermera pas!". "Je ne le  permettrai pas!". Il gèle : Hollande et ses porte-voix assurent qu'il fait chaud. Il pleut : non, disent-ils, il y a du soleil. Est-ce qu'ils y croient ? Aucune importance. Le problème est que ceux qui écoutent y croient : c'est quand même le Président. Et dès que la vérité apparaît dans sa cruelle nullité, ils en souffrent d'autant plus. Dorénavant, tout cela appartient au passé. Juré, craché, croix de bois, croix de fer… François Hollande a donc invité à l'Elysée les organisateurs de la manifestation anti mariage gay, jugée par lui, "consistante" (on appréciera le raffinement de la formule). Mais cette fois-ci, il ne leur promettra pas du soleil. Juste, dans une posture churchillienne inconnue chez lui jusqu'à maintenant, du sang et des larmes.

C'est pourquoi il a prévenu qu'il ne lâcherait rien, et ne changerait pas une virgule à son projet de loi. Le jour où les organisateurs de la manif' se rendront à l'Elysée, ils trouveront au fronton de ce bel édifice les mots que Dante avait placés à l'entrée de l'enfer : " Lasciate ognisperanza, voi che 'entrate " (Abandonnez tout espoir, vous qui entrez ici). Ils sont prévenus. Nous sommes tristes pour eux. Mais cette peine est compensée par la joie que nous éprouvons d'avoir un Président qui ne ment plus.

Et peut-être que la cause n'est pas totalement désespérée. Ceux qui ont fait défiler des centaines de milliers de personnes dans Paris disposent d'une arme secrète. Un joker, une carte maîtresse, un atout redoutable. Nous avons nommé la très consistante (pour reprendre l'expression de M. Hollande), Frigide Barjot, qui fut l'égérie de la manif'. Son époux, Basile de Koch, qui sait de quoi il en retourne, a confié que le réfrigérant pseudo de sa compagne dissimulait en réalité une très volcanique nature… Comment imaginer un seul instant que le Président de la République ne succombe pas au savoir faire de cette torride créature ? Mais, chut, il ne faut pas ne parler à Valérie Trierweiler.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !