Hollande est pudique : il n’aime pas parler de c… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Hollande est pudique : il n’aime pas parler de c…
©

Même pas chaud !

Hollande est pudique : il n’aime pas parler de c…

Dans un entretien à Libération, Michel Sapin a dévoilé une face cachée du président de la République. Et elle gagne à être connue.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Michel Sapin, ministre du Travail, est un ami de trente ans de François Hollande. Non, non pas comme l’était Balladur avec  Chirac. Un vrai ami. Qui n’est pas intime, précise-t-il, « si cela signifie pouvoir parler de son intimité ». En effet, d’après son ami, « François est d’une incroyable pudeur ». La preuve : « En trente ans, on a jamais évoqué d’histoires de filles » !

Des histoires de filles ? Mon fils qui a 17 ans, et qui n’a pas les bonnes manières de Michel Sapin, dit « des histoires de c… ». Et manifestement, des histoires comme ça il en a, et tant mieux pour lui, à la pelle. A ce propos un doute affreux nous étreint. Et si François Hollande n’avait pas eu d’histoires de filles, de c… pour parler plus simplement, pendant trente ans. Et si, le concernant, la case « filles » était vide, désespérément vide ? Ce qui expliquerait pourquoi pendant si longtemps il n’a jamais l’occasion d’en parler.

Retenons aussi, pour être équitable, l’hypothèse de «  l’incroyable pudeur » de François Hollande. Donc ce pauvre Michel Sapin n’a jamais rien entendu de croustillant et de coquin sur Ségolène Royal et sur Valérie Trierweiler pour ne parler que de celles dûment répertoriées et enregistrées. Rien. Pendant trente ans, ils ont parlé du PS, de la Corrèze, de Sarkozy, d’Aubry, de Cahuzac, des finances publiques et de la TVA. Qu’est-ce qu’ils ont dû s’emmerder !

En revanche, il y a là de quoi rassurer les très chastes oreilles de Ségolène Royal et Valérie Trierweiler. La discrétion de François est exemplaire. Il n’a fait aucune confidence à son amis de trente ans sur les … de Ségolène ou sur le … de Valérie. Un tel homme, d’une galanterie exquise, est de nos jours un oiseau rare. Ségolène n’aurait jamais dû le lâcher. Et Valérie doit redoubler d’attention pour ne pas le perdre.

Sans doute prisonnier de son inconscient, taraudé par l’évocation de la misère sexuelle de François, Michel s’est laissé aller à d’autres confidences relevant du même registre. Expliquant pourquoi il ne convoitait pas la place de Jean-Marc Ayrault. Le ministre du Travail a révélé que les rapports entre un président et son premier ministre étaient « sadomasochistes ». Et donc, comme François est un ami, Michel « ne veut pas lui faire de mal, ni que François lui fasse du mal ». M. Sapin est manifestement très novice dans ce domaine. Le sadique en effet aime faire mal et le masochiste adore que le sadique le fasse souffrir. C’est ça qui est bon… Pauvre Michel Sapin. Ah, si c’était DSK qui avait eu le job, ils n’auraient parlé que de ça ! Que des filles, que du c… Et Michel aurait pu s’épanouir bien mieux qu’avec François.

A lire du même auteur : Le gauchisme, maladie sénile du communisme, Benoît Rayski, (Atlantico éditions), 2013. Vous pouvez acheter ce livre sur Atlantico Editions.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !