Hausse continue des cambriolages en France... mais qui en sont les auteurs ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Hausse continue des cambriolages en France... mais qui en sont les auteurs ?
©

Inquiétant

Hausse continue des cambriolages en France... mais qui en sont les auteurs ?

Le nombre de logements cambriolés a augmenté de 4% cette année, soit un vol toutes les 2 minutes en France, pour un total proche de 250 000 actes. Depuis 2008, la hausse atteint un chiffre supérieur à 50%.

Xavier Raufer

Xavier Raufer

Xavier Raufer est un criminologue français, directeur des études au Département de recherches sur les menaces criminelles contemporaines à l'Université Paris II, et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Dernier en date:  La criminalité organisée dans le chaos mondial : mafias, triades, cartels, clans. Il est directeur d'études, pôle sécurité-défense-criminologie du Conservatoire National des Arts et Métiers. 

Voir la bio »

Atlantico : Comment expliquer un tel mouvement haussier au fil des années ?

Xavier Raufer : Dénonçons d'abord, encore et toujours, les entourloupes du ministère de l'Intérieur quand il présente les chiffres de la criminalité et de la délinquance. Aujourd'hui et comme d'usage, on n'a droit qu'aux cambriolages de résidences principales. Qui augmentent encore de 4% en un an, après déjà + 4% dans l'année 2016. Mais pourquoi "oublier " les cambriolages des maisons de campagne, des locaux commerciaux, industriels et agricoles et aussi des campings (des données parcellaires montrent que les cambriolages y explosent récemment) ? Qui discrimine entre divers types de cambriolages et pourquoi ? Les Français n'ont-ils pas le droit de savoir (comme tous autres citoyens de l'Union européenne) le nombre total de cambriolages commis dans leur pays ? De telles manipulations font douter du sérieux du ministère de l'Intérieur, le moins qu'on puisse dire.

En majorité (disent les policiers, gendarmes et magistrats de terrain) ces cambriolages sont le fait de clans criminels itinérants issus de l'Europe de l'Est (un peu) et des Balkans (beaucoup) ; des "bandes organisées qui pillent des dizaines de domiciles et s'évanouissent dans la nature". 243 500 cambriolages connus en 2016, + 4% sur 2015.  Année après année, 4 sur 5 de ces cambriolages restent impunis... 80 chances sur 100 de cambrioler sans risque ? Un rêve... Nous en sommes à 247 394 en août 2017, pour les seules résidences principales - encore + 4% par rapport à août 2017, 678 cambriolages par jour, plus de 28 à chaque heure de l'année, 7/24.

Depuis 2008 dites-vous, les cambriolages ont bondi de + 50 % ? Pourquoi 2008 ? Intéressante question. Mais quand donc la Roumanie et la Bulgarie sont-elles entrées dans l'Union européenne ? Début 2007 - le résultat de cette folie de Bruxelles se retrouve dans les statistiques criminelles dès 2008. Ainsi, le rapprochement de ces deux dates est-il plus qu'une amusante coïncidence.

Quels sont les profils des cambrioleurs de logements? Est-on majoritairement en présence de bandes, des réseaux organisés? Quels sont-ils? Leurs méthodes ont elles évolué ? 

Il n'y a pas de "cambrioleurs de logements". Le monde criminel ignore la spécialisation professionnelle. Il y a des prédateurs opportunistes qui pillent ce qu'ils trouvent dans leurs expéditions, de la cabane de jardinier au tabac, en passant par la villa, l'appartement, la grange, l'école communale et le cimetière. Ces bandes criminelles pratiquent aussi bien le braquage que le cambriolage, les vols "à la fausse qualité", etc. Bien entendu, tout est vérifié, avant intégration dans notre base documentaire. Eh bien, 90 fois sur cent, on tombe sur des clans criminels des Balkans ; parfois, d'Albanie ou de Géorgie.

D'abord, la réalité de cette explosion des cambriolages ; elle émerge d'abord dans la presse régionale et locale " Le Sud Vendée théâtre d’une série de cambriolages"... " Les cambriolages se multiplient dans le secteur d'Annecy", "En juillet, très forte hausse des cambriolages en Indre-et-Loire". Ca, c'est juste cette semaine!

Voyons d'autres titres récents : "Une cinquantaine de Super U braqués en un an en Eure-et-Loir et dans l'Essonne... Un cambrioleur récidiviste arrêté à Cahors... Série de cambriolages dans le Grand Ouest : une mafia familiale démantelée... Sérent, Montertelot, le clan des pays de l’Est avait commis plus de 160 cambriolages... Ile-de-France : arrestation d'un clan familial suspecté de 137 cambriolages... Un gang de cambrioleurs ultra-violents démantelé... Rennes : Un gang de voleurs de cartes bancaires démantelé... Le gang des boulangeries arrêté dans le Maine-et-Loire... Les faux jardiniers arnaquaient les personnes âgées en Centre-Var... Comme ça chaque semaine de l'année, toutes ces dernières années.

Quelles sont les failles françaises par rapport à ce phénomène? Quels sont les meilleurs moyens de lutter contre cette tendance?  

Depuis les années Cazeneuve, le ministère de l'Intérieur peine à policer la France périphérique, en matière d'insécurité au quotidien. Or tous les professionnels (police, gendarmerie, justice) connaissent bien les deux problèmes criminels accablant dernièrement la France :

- Dans la périphérie des métropoles, les bandes de cités, repliées dans des cités hors-contrôle, multipliant entre elles les règlements de comptes et vivant de divers trafics dont celui des stupéfiants. Hier encore, le procureur de Grenoble s'exclame que la ville est "gangrenée par un trafic de drogue... Qui se durcit et s'intensifie". Pareil dans d'autres métropoles régionales (Lille, Montpellier, Marseille bien sûr, la périphérie lyonnaise, etc.). Bien sûr, les criminologues savent - et ont averti - que la vente de stupéfiants obéissait à la loi des "rendements décroissants". Plus il y a de deal et de dealers, moins ces voyous gagnent d'argent - d'où à terme, leur réorientation vers d'autres activités criminelles : cambriolages et braquages à domicile, proxénétisme, etc.

- Partout en France désormais, les clans criminels, d'usage issus des Balkans, ci-dessus évoqués.

Additionner l'ensemble donne sans doute 70% et plus de ces actes qui effraient les Français et empoisonnent leurs vies. Alors, que doivent faire le ministère de l'Intérieur et celui de la justice ? Identifier ces bandes criminelles, les interpeller dès que possible et les incarcérer ou les expulser. Napoléon disait "La guerre est un art simple et tout d'exécution". Eh bien, finalement, la police aussi. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !