Guerre commerciale : et si Donald Trump jouait avec le feu et risquait de déclencher la guerre (la vraie) ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Guerre commerciale : et si Donald Trump jouait avec le feu et risquait de déclencher la guerre (la vraie) ?
©

Dollar, yuans et blindés

Guerre commerciale : et si Donald Trump jouait avec le feu et risquait de déclencher la guerre (la vraie) ?

La presse abonde ces jours-ci d’analyses savantes et détaillées sur la guerre économique déclenchée par le président américain Trump contre la Chine.

Yves Michaud

Yves Michaud

Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le monde entier… quand il n’est pas à Ibiza. Depuis trente ans, il passe en effet plusieurs mois par an sur cette île où il a écrit la totalité de ses livres. Il est l'auteur de La violence, PUF, coll. Que sais-je. La 8ème édition mise à jour vient tout juste de sortir.

Voir la bio »

Le fait est que le déséquilibre des échanges entre les deux empires est considérable, que la Chine envahit les marchés de ses produits pas chers mais de plus en plus sophistiqués, prend beaucoup de libertés avec la contrefaçon et utilise le cours du yuan pour faire prospérer son commerce. Le développement rapide aussi bien de son économie que de sa technologie sont des menaces pour la domination américaine jusqu’ici sans partage.

Trump, en homme d’affaires typiquement yankee, isolationniste, mène avant tout des guerres économiques et se sert de l’arme des tarifs douaniers et des sanctions pour tordre le bras de ses adversaires. Il est en train de le faire avec l’Iran et la Corée du Nord et, bien qu’on ne le dise pas trop, ne se gêne pas pour utiliser le gros bâton (big stick) économique contre l’Union européenne et notamment l’Allemagne. Même quand il s’agit d’immigration, il agite les menaces guerrières de construire une forteresse derrière un mur-frontière mais sanctionne en réalité le Mexique avec des tarifs douaniers. Quant à mettre fin à la dictature de Maduro au Venezuela, pas question de tenter des opérations style baie des Cochons : on gèle les avoirs vénézuéliens aux USA...

Donald Trump fait une politique internationale d’homme d’affaires avec la conviction qu’un deal viril règle tout. 

Tous les analystes supputent les chances qu’il a de gagner, les réponses chinoises possibles, les risques d’escalade économique et les conséquences pour « nos » économies.

Nous vivons dans un monde si frileusement compartimenté par nos savoirs, nos spécialités, nos rubriques – et nos illusions – que nous faisons comme si on devait forcément en rester dans cette affaire à la « guerre économique ».

Une connaissance même assez superficielle de l’histoire devrait pourtant nous faire souvenir que les guerres économiques tournent souvent à la guerre tout court : la guerre, c’est aussi l’économie poursuivie par d’autres moyens. Les désastres de la Première guerre mondiale ne tiennent pas qu’au choc des nationalismes.

Je pose donc une question : est-ce une simple coïncidence si, dans le même temps où se déroule cette guerre commerciale, la Chine formule des menaces et avance régulièrement ses pions militaires du côté de Taïwan et du côté de Hong Kong ?

Que pourrait bien faire l’affairiste non interventionniste Trump en cas d’invasion de Taïwan et/ou d’intervention à Hong Kong ? Intervenir militairement ? Intervenir à travers des alliés ? Mais lesquels ? Recourir à encore plus de sanctions commerciales ? 

De quoi aurait l’air un Trump n’ayant rien pu faire pour Taïwan ? La jactance du businessman en prendrait un rude coup préélectoral...

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !