Sénat : "non, je n'ai pas besoin du remboursement de mes frais de déplacement pour aller voter" ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Sénat : "non, je n'ai pas besoin du remboursement de mes frais de déplacement pour aller voter" !
©

Coup de gueule

Sénat : "non, je n'ai pas besoin du remboursement de mes frais de déplacement pour aller voter" !

Les grands électeurs sont indemnisés pour aller voter aux élections sénatoriales ! L'un d'entre eux, appelle ses collègues à refuser pour que l'Etat fasse des économies.

Richard  Bertrand

Richard Bertrand

Richard Bertrand est vice-président du Modem des Yvelines et conseiller municipal à la mairie de Poissy (78).

Voir la bio »

En tant que « grand électeur » j’ai pour devoir d’aller voter ce dimanche pour les élections Sénatoriales et bien évidement j’irai. (A titre d’information les « grands électeurs » qui n’iront pas voter auront une amende de 100 euros).

L’organisation de cette élection, chapeautée par la préfecture, est très bien faite. J’ai reçu un dossier complet accompagné d’un « état de frais et indemnités » qui me propose un forfait de 15,25 euros + une participation à mes frais de transport (environ 15 euros).

Dans une période où l’Etat cherche à faire des économies en mettant en place un plan de rigueur qui voulait taxer les parcs d’attraction mais qui ne les taxe plus, qui va taxer les boissons sucrées comme le Coca Cola malgré les menaces qui finalement n’en étaient pas, et qui taxera peut-être les pains au chocolat si nous ne faisons rien, nous, élu(e)s de la république, devons montrer l’exemple.

Je demande à chaque « grand électeur » de refuser purement et simplement cette indemnité. Bien entendu ce message ne s’adresse pas aux conseillers généraux, conseillers régionaux, députés ou sénateurs car bien qu’ils soient eux aussi des « grands électeurs » ils perçoivent déjà de généreuses indemnités de fonction, mais uniquement aux 142 000 « petits » conseillers municipaux dont je fais partie.

Rien que sur le département des Yvelines l’économie serait de l’ordre de 50 000 euros et sur la France entière cette économie serait de l’ordre de 3 millions d’euros, sans compter les frais indirects liés aux personnes qui vont devoir saisir les fiches d’indemnités puis effectuer les virements bancaires.

Mon appel a été entendu car depuis jeudi 22 septembre, date de mon communiqué de presse, je reçois de nombreux appels ou messages sur Facebook d’élu(e)s me disant qu’ils allaient en faire autant et relayer l’information autour d’eux.

C’est le cas par exemple d’Arnaud Péricard à Saint Germain-en-Laye (fils de l’ancien député maire Michel Péricard), de Bruno Tabary à Plaisir (président du MoDem des Yvelines), de Karl Olive à Poissy (conseiller général UMP des Yvelines) ou encore de Daniel Debus (délégué départemental de « Debout la république » dans le 78 et candidat sur une liste aux sénatoriales).

D’autres me disent qu’ils vont accepter cette indemnité pour la reverser à une association caritative. Le geste est honorable mais mon objectif premier est avant tout de faire réaliser une économie à l’Etat, c'est-à-dire à notre porte-monnaie car nos impôts financent les dépenses de la France.

Cette action citoyenne doit dépasser les clivages politiques et réunir les hommes et les femmes de bonne volonté qui ont pour seul intérêt l’avenir de notre pays !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !