Google pourrait débarquer dans l’assurance et le secteur risque d’être secoué | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Une des forces de Google réside dans son accès à une multitude de données.
Une des forces de Google réside dans son accès à une multitude de données.
©Reuters

Big Data

Google pourrait débarquer dans l’assurance et le secteur risque d’être secoué

La rumeur bat son plein : Google arriverait bientôt sur le marché de l'assurance. Les implications seraient lourdes de conséquence tant pour les assureurs que pour les assurés.

Agnès Pimbert

Agnès Pimbert

Agnès Pimbert est maître de conférences en droit privé à l'Université de Poitiers. Elle est l'auteure de L'Essentiel du droit des assurances aux éditions Lextenso.

Voir la bio »

Atlantico : Quels impacts cette arrivée aurait-elle sur le marché de l'assurance ? De quelle manière Google va-t-il s'introduire sur ce marché, entre assureur et distributeur, quel positionnement va choisir le géant de Mountain View ?

Agnès Pimbert : On peut sans doute penser que Google commencera par se positionner sur le marché de l’assurance en tant que comparateur. Cela serait un développement logique de son offre. Il possède déjà un outil de ce type en Grande-Bretagne depuis 2012 et a lancé en mars 2015 un comparateur d’assurance automobile en Californie. Une tentative similaire en France en 2013 avait avorté au bout de quelques mois. A partir de là, il pourrait par la suite devenir intermédiaire d’assurance, c’est-à-dire courtier. Un positionnement direct sur le marché en tant qu’assureur semble peu probable, au regard notamment des différentes contraintes liées à ce statut (exigences administratives, capital…).

Dans un premier temps l’arrivée de Google en tant que comparateur constituerait bien évidemment une menace pour tous les autres comparateurs d’assurance. Au regard du nombre d’utilisateurs de Google, il y a là une crainte légitime. Et par la suite Google pourrait s’imposer comme principal distributeur, au risque de le voir imposer ses prix.

Que doivent redouter les assureurs face à cette arrivée ? Que changerait cette entrée à la cartographie actuelle du monde de l'assurance ?

Une des forces de Google réside dans son accès à une multitude de données, notamment par le biais d’Androïd et des smartphones (navigation, géolocalisation, objets connectés…) et  sa capacité à les traiter afin de proposer notamment des offres personnalisées. C’est un atout considérable puisque l’assurance repose principalement sur le calcul des risques et leur tarification. Google serait aussi en mesure de proposer de multiples solutions numériques pratiques, répondant aux nouvelles attentes des assurés (déclaration de sinistre via smartphone par exemple). Tout ceci pourrait faire de lui un acteur majeur du marché de l’assurance.

Peut-on parler d'ubérisation de l'assurance ?

Cette affirmation doit être nuancée car il faut prendre en considération les spécificités du secteur de l’assurance et la réaction des assurés. Il n’est pas sûr que ceux-ci soient réellement décidés à quitter leurs assureurs "historiques", déjà bien implantés sur le marché. Certains peuvent aussi être réticents face à la collecte de leurs données personnelles. La fidélisation des clients, à travers la relation de confiance pouvant s’établir avec eux, constitue donc un enjeu majeur pour les assureurs traditionnels.

Comment les assureurs vont-ils devoir réagir pour se protéger ?

L’arrivée possible de Google sur le marché de l’assurance devrait conduire les assureurs à mettre en place  une stratégie numérique globale. Cela impliquerait bien évidemment de poursuivre le développement  des canaux de vente numériques (souscription en ligne…) mais aussi de proposer un accompagnement personnalisé des assurés, au plus près de leurs attentes.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !