Encourager des choix de vies plus responsables par le pouvoir des nudges | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
En 2008, deux universitaire américains publiaient "Nudge", littéralement "coup de pouce" en anglais.
En 2008, deux universitaire américains publiaient "Nudge", littéralement "coup de pouce" en anglais.
©DR

Tribune

Encourager des choix de vies plus responsables par le pouvoir des nudges

En 2008, deux universitaire américains publiaient "Nudge", littéralement "coup de pouce" en anglais. Une incitation à nos gouvernants à lancer des politiques qui incitent les citoyens à prendre les bonnes décisions sans pour autant les bombarder de lois et de règlements. Une idée qui a fait florès aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne où le gouvernement de David Cameron a lancé une "Nudge Unit" en 2010.

Yoann Bénard

Yoann Bénard

Yoann Bénard, né en 1977, fait ses études en sciences de l'environnement à l'Université de Rouen puis se spécialise en gestion de projets en développement durable à l'Université de Géographie de Lille. Actuellement, agent territorial, dans une ville de l'agglomération bordelaise, il travaille depuis près de dix ans sur les politiques publiques de développement durable, la formation et l'éducation à la nature en ville.

 

Voir la bio »

En tant que politiciens, vous passez beaucoup de votre temps à essayer de changer la façon parfois peu rationnelle dont nous nous comportons. Vous faites adopter des lois, interdisez des choses parfois, créez des taxes, toujours.

Ces cinq dernières années, le gouvernement britannique a eu une autre façon de faire qui pourrait vous inspirer. Il a amené nos voisins à changer leurs choix sur des questions de santé, de paiement de l'impôt par exemple, en les poussant fortement dans la bonne direction et sans même qu'ils ne le réalisent, par des "nudges".

Tout a commencé en 2008 par la publication de Nudge, un livre de psychologie et d'économie comportementale écrit par des universitaires américains, messieurs Richard Taller et Cass R. Sunstein. Un "nudge" est un coup de pouce ou plutôt un coup de coude, une technique active qui vise à aider les individus à prendre des décisions qui améliorent leur vie.

Quelques exemples :

Ainsi le "nudge" pris souvent comme référence est celui de la première mouche factice gravée dans les urinoirs de l'aéroport d'Amsterdam pour encourager les hommes à mieux viser. Grâce à ce coup de pouce divertissant, la propreté des toilettes se serait améliorée de 80%.

Voici un exemple de "nudge" initié par la compagnie Southern California Edison. Pour réduire de 40% en quelques jours la consommation d’énergie des ménages, ils ont placé dans chaque foyer l’Ambient Orb, une boule virant au rouge lorsque votre consommation d’énergie est excessive devenant verte lorsqu’elle est modérée. Personne ne les forçait à éteindre la lumière mais, sous l’effet de l’Orb qui indiquait en permanence leur consommation d’énergie, ils l'ont fait.

Le titre Nudge est  très vite devenu la lecture de vacances de nombreux politiciens dont David Cameron. En 2010, sa coalition arrivée au pouvoir, il crée donc "The UK's behavioral Insight Team", rapidement connu comme la "Nudge Unit", l'unité des coups de pouce mise en place à Downing Street. La mission de cette structure était donc de fournir des plan d'actions "coups de pouce" aux ministres délégués au Budget ou à la Santé notamment.

Un "nudge" dont ils peuvent être particulièrement fiers est d'avoir réussi à faire passer le pourcentage des personnes riches (salaires supérieurs à 30 000 livres par an) réglant leurs retards dans le paiement de l'impôt de 39% à 56% en modifiant le libellé de la lettre de relance : à la menace de poursuites judiciaires il était ajouté que certains services locaux pourraient disparaître sans leur rapides contributions.

Les chefs de gouvernements démocratiques (ou non) sont de plus en plus nombreux à s'intéresser aux "nudges". Ils sont fascinés par l'idée qu'il pourrait y avoir des moyens efficaces, peu onéreux et probablement honnêtes pour manipuler les gens... enfin, influencer les individus à faire de bonnes choses pour eux ou la planète sans attenter à la liberté de son voisin. Barack Obama a d'ailleurs récemment mis en place une structure analogue à la Nudge Unit...

Vous voudriez que les gens utilisent des appareils moins énergivores, éteignent leurs appareils en veille :  exploitez le poids des normes sociales en leur montrant à quel point les factures d'électricité de leurs voisins sont si peu élevées et en font ainsi des citoyens économes, surtout, et acteurs de la lutte contre le changement climatique, un peu.

Appliqué au domaine de l'écologie, le "nudge" est appelé "green nudge". Si les écologistes ne se sont sans doute pas trompés sur certains points, force est de reconnaître que leurs méthodes de communication sont souvent ennuyeuses ou anxiogènes. Leur discours est souvent trop extrême et contrariant et finalement contre productif. Le "green nudge" devient une alternative aux messages moralisateurs, une méthode amusante pouvant déclencher des comportements plus respectueux de la planète.

En 2011 à Copenhague, un green nudge a ainsi consisté à peindre sur le sol d'un trottoir une série d'empreintes de pieds, pour piquer la curiosité des passants et les mener...à la poubelle la plus proche. D'après cette expérience menée par M. Hansen et ses étudiants de l'université Roskilde, où des bonbons emballés étaient donnés aux passants, ces traces de pas amusantes ont permis de réduire les emballages finissant au sol de 46%.

Manipulation ?

Ceux qui utilisent les "nudges" nous manipulent-ils ? Les "nudges", c'est vrai, exploitent la tendance humaine à agir sans réfléchir. Mais si ceux-ci aident les gens à faire des économies, à protéger la nature ou à faire des achats plus écoresponsables, en leur laissant à chaque fois le choix, pourquoi nous en priver.

Certains pensent que l'idée est paternaliste... pourquoi pas ? Quoique vous pensiez, François, Ségolène, il est temps de changer nos comportements d'une nouvelle façon. Il s'agit d'une troisième voie dans la gouvernance publique, ni coercitive, ni providentielle, mais bienveillante et modérée. Une approche presque philosophique de la gouvernance qui veut orienter les citoyens vers leur bien en ce qui concerne l'écologie, la santé ou l'éducation par de simples coups de pouce... ou de coude.

Alors s'il vous plaît, François, Ségolène, mais aussi Manuel, Emmanuel, Marisol, Jacques... donnez nous des "nudges"!!

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !