François Hollande : Corrézien le samedi, caméléon la semaine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
François Hollande : Corrézien
le samedi, caméléon la semaine
©

Le vrai bilan !

François Hollande : Corrézien le samedi, caméléon la semaine

Le maire de la ville d'Egletons en Corrèze dresse le véritable bilan de François Hollande en tant que président du Conseil général du département.

Michel Paillassou

Michel Paillassou

Michel Paillassou est maire d'Egletons, Conseiller général d'Egletons, Président de la Communauté de Communes de Ventadour, président du Syndicat Mixte d'Aménagement SYMA A89, président du groupe d’opposition au Conseil général « CORREZE DEMAIN », et président de la Fédération UMP de la Corrèze.

Voir la bio »

Les Français ne connaissent pas le vrai François Hollande. En trente ans de carrière, il n’a jamais lancé la moindre idée marquante (ni même participé au moindre gouvernement), se contentant d’entretenir le flou permanent et de jouer au funambule. Les Corréziens, en revanche, connaissent trop bien le candidat socialiste : politicien caméléon dont les convictions varient dans le train entre Paris et Tulle.

Les médias parisiens se plaisent à comparer François Hollande à Jacques Chirac. La copie n’a pourtant rien à voir avec l’original. Corrézien d’origine, mais surtout de cœur, l’ancien président de la République a œuvré tout au long de sa carrière pour le dynamisme de notre département (infrastructures, développement industriel,etc.) quand François Hollande a accru les dépenses de fonctionnement sans investir pour l’avenir.

Le vrai bilan de François Hollande en Corrèze

En Corrèze, François Hollande s’est fait une spécialité de rejeter la responsabilité de ses échecs sur ses prédécesseurs ou sur le gouvernement. Méthode d’évitement classique du « style Hollande » qui ne peut toutefois pas masquer la réalité des chiffres de sa gestion du département.

Pour rappel, le taux de chômage en Corrèze était inférieur à 5% en 2007 (François Hollande préside le Conseil général de Corrèze depuis 2008) et se situe aujourd’hui à plus de 6,8%. Monsieur Hollande, qui dénie à Nicolas Sarkozy l’argument de la crise pour expliquer les mauvais chiffres de l’emploi en France se réfugie pourtant derrière ce même argument pour justifier la hausse du chômage dans notre département.

Autre exemple : les dépenses de fonctionnement du Conseil général ont explosé en quatre ans de présidence Hollande (+29,8%), passant de 193 millions d’euros à 252 millions d’euros. En parallèle, les dépenses d’investissement (qui doivent amorcer la croissance de nos territoires) ont baissé de 55,6% depuis son élection à la tête du département.

Fringale de dépenses publiques stériles d’un côté, plan d’austérité qui casse la croissance de l’autre. Le François Hollande qui préside aux destinées de la Corrèze fait le contraire de ce que promet le François Hollande candidat à la présidentielle. Effet caméléon…

Ordicollège : des iPads aux collégiens comme seule action concrète

La première (et seule) action de François Hollande une fois élu président du Conseil général aura été d’équiper tous les élèves et professeurs des collèges du département d’un ordinateur portable. Cette opération, baptisée Ordicollège, est la seule initiative politique notable de la carrière de François Hollande. Elle a fait beaucoup de bruit, mais pour quels résultats ?

Les coûts de cette opération, qui était une promesse électorale du candidat Hollande, ont quasiment doublé par rapport aux estimations initiales du Parti socialiste. A la fin de l’année 2011, la facture s’élevait à 6,5 millions d’euros pour les contribuables corréziens, auxquels il faut ajouter 900 000 euros de frais de maintenance sur quatre ans.

Un programme onéreux pour le département le plus endetté de France, mais un programme surtout inutile, mal conçu et critiqué dès son origine par le monde enseignant. Qu’il s’agisse des ordinateurs portables ou des fameuses tablettes iPads, les professeurs n’ont pas été formés à leur utilisation et ces outils sont demeurés des gadgets inutilisés dans les salles de classe.

Pire, beaucoup d’élèves utilisent ces ordinateurs pour s’amuser chez eux, voire en classe, et leur dimension éducative est en réalité extrêmement marginale. Enfin, en cas de panne, les délais de réparation (payés encore une fois par les contribuables corréziens qui financent le salaire de techniciens) dépassent l’entendement.

François Hollande : Corrézien le samedi, parisien le reste de la semaine

Autant Jacques Chirac aime viscéralement la Corrèze et les Corréziens, autant François Hollande n’est pas attaché à ce département qui a toujours été pour lui qu’une rampe de lancement de ses ambitions politiques.

Présent dans notre département depuis plus de trente ans, souvent battu par Jacques Chirac puis par Raymond Max Aubert, la Corrèze n’est pas un fief pour François Hollande, mais un simple passage obligé… Une corvée qu’il expédie aussi vite qu’il le peut.

Le candidat socialiste, qui possède une maison de vacances à Mougins, n’a par exemple jamais imaginé acheter du patrimoine dans ce terroir auquel il doit tant. Depuis des années, il se contente pour tout logement à Tulle (ville dont il a longtemps été maire) d’un studio attenant à sa permanence.

Une marque d’attachement limitée de la part d’un politicien qui ne passe rarement plus d’une nuit sur le sol corrézien et qui gère les affaires corréziennes (et avant cela tullistes) depuis Paris, se contentant de « descendre en Corrèze » le samedi… avant de repartir le dimanche matin.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !