Confessions de François Fillon : "Le choc des civilisations est en germe" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Confessions de François Fillon : "Le choc des civilisations est en germe"
©MARTIN BUREAU / AFP

Bonnes feuilles

Confessions de François Fillon : "Le choc des civilisations est en germe"

Les Français n'ont plus confiance en la politique. Mais leur fascination demeure pour ces grands fauves qui chassent dans les avenues de la Ve République. Les Français veulent en savoir plus sur l'histoire et les convictions profondes de ceux qui sont engagés dans cette course. Dans ce livre, les candidats se livrent sans filet à un Proust existentiel. Leur enfance, leurs racines familiales, leurs échecs, leur rapport à l'islam ou à la religion catholique... Extrait de "2017, les candidats à confesse" de Samuel Pruvot, aux Editions du Rocher (1/2).

Samuel Pruvot

Samuel Pruvot

Diplômé de l’IEP Paris, rédacteur en chef au magazine Famille Chrétienne, Samuel Pruvot a publié "2017, Les candidats à confesse", aux éditions du Rocher. 

Voir la bio »

VOS ADVERSAIRES VOUS TAXENT D’ÊTRE UN CANDIDAT CONSERVATEUR INFÉODÉ AUX CATHOLIQUES. POURTANT, VOUS N’AVEZ JAMAIS PARTICIPÉ AUX MANIFESTATIONS CONTRE LE MARIAGE POUR TOUS ! ? !

Dans ma vie, je suis descendu une fois dans la rue. C’était en 1984 pour l’école libre. Quand vous avez été Premier ministre et que vous avez eu à affronter de nombreuses manifestations contre lesquelles vous n’avez pas cédé, vous n’êtes pas très enclin à jouer la rue contre le pouvoir. J’ai combattu la loi Taubira au Parlement. Je n’ai pas participé aux manifestations parce que je considère que le rôle d’un parlementaire est d’exprimer l’opinion des Français et de les représenter au Parlement. Par ailleurs, j’estimais que la force de ce mouvement était d’être apolitique.

EN REVANCHE VOUS REPROCHEZ À L’ISLAM DE MÉLANGER RELIGION ET POLITIQUE ?

Il faut nommer les choses. Il y a un problème de radicalisation de l’islam qui est lié à des questions historiques. En France, l’islam n’a pas connu le travail par lequel est passé le catholicisme, le protestantisme ou le judaïsme. Rude travail de la loi 1 905. Je ne parle pas d’un concordat qui me semble un concept daté, mais plutôt d’un contrôle administratif du culte musulman. Ce dernier suppose un contrôle des prêches, un suivi des financements pour éviter les capitaux en provenance de l’étranger. Il y a peu de temps, un protestant me rappelait que son grand-père avait été jugé pour avoir fait entrer de l’argent suédois pour financer le culte protestant !

FINALEMENT, VOUS PRÉCONISEZ UN RETOUR AU LAÏCISME D’ANTAN POUR CONTRER CERTAINES REVENDICATIONS COMMUNAUTAIRES DE L’ISLAM ?

J’ai été très impliqué dans l’interdiction du voile à l’école et de la burqa. J’ai regretté que cette interdiction ne soit pas justifiée clairement au nom du principe de l’égalité homme/femme. Il ne faut pas refaire la même erreur. Il y a un problème avec une partie des musulmans. Cette religion est récente sur notre territoire et n’a pas fait son Vatican II, la frontière du spirituel et du temporel restant floue. Chez beaucoup de Français, il y a le sentiment que l’islam ne peut se fondre dans le cadre républicain. L’Église catholique a eu elle aussi du mal à s’intégrer ! Je veux insister sur ce point : il serait incompréhensible que la République ne demande pas aujourd’hui aux musulmans de faire l’effort consenti jadis par les catholiques et les juifs

CROYEZ-VOUS À UN POSSIBLE CHOC DES CIVILISATIONS DANS NOTRE VIEILLE EUROPE ?

Le choc des civilisations est en germe. Si nous laissons expulser les chrétiens d’Orient, nous allons donner libre cours à la naissance d’États confessionnels. Une confession = un territoire. Avec ce scénario, l’importation des conflits du Proche-Orient en Europe deviendra inévitable. Chacun se repliera sur son identité. Défendre les communautés chrétiennes du Proche-Orient, c’est défendre le dialogue des croyances et des cultures. C’est donc vital pour nous. Ce n’est pas uniquement une affaire d’idéal mais une nécessité absolue.

C’EST LA RAISON POUR LAQUELLE VOUS AVEZ FAIT DES CHRÉTIENS D’ORIENT UN DE VOS CHEVAUX DE BATAILLE ?

Cette minorité apparaît à tort comme n’étant pas chez elle. On se dit que si les chrétiens ne peuvent plus vivre en Orient, ils reviendront en Europe… Mais ils ne sont pas européens ! Ils sont chrétiens d’Orient depuis 2000 ans !

FAUT-IL REPARTIR EN CROISADE ? !

Pas en croisade mais il faut nommer le mal et le combattre au nom de nos valeurs. Le plus désespérant, c’est la division des Européens, des chrétiens aussi. Leur seule chance de conserver une influence est de faire preuve d’un minimum d’unité. Je ne parle pas d’un réflexe d’autodéfense, mais d’une volonté de peser dans le jeu politique. Cela est clair au Liban que je connais bien. Il est évident que les autres camps – sunnites et chiites – jouent de leurs divisions.

LA FRANCE QUE VOUS AIMEZ PEUT-ELLE SE « LIBANISER » ?

Le Liban constitue un avertissement pour la France qui ne doit pas sombrer dans les communautarismes. On ne peut comparer les situations, dans la mesure où notre pays a derrière lui seize siècles d’Histoire. Je veux parler de racines chrétiennes qui ont été le creuset des Lumières et de notre socle démocratique. Maintenant, il va de soi que la France doit retrouver son identité, qui ne se limite pas à la République. Elle s’exprime de Clovis à Saint Louis en passant par Danton, Bonaparte, Léon Blum et De Gaulle !

Extrait de "2017, les candidats à confesse" de Samuel Pruvot, aux Editions du Rocher. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !