Forte poussée des dépenses de l’État durant les derniers mois de Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Forte poussée des dépenses de l’État durant les derniers mois de Hollande
©Reuters

C'est l'Etat qui paye

Forte poussée des dépenses de l’État durant les derniers mois de Hollande

Ce n'est pas complètement la politique de la terre brûlée, mais presque.

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe

Éric Verhaeghe est le fondateur du cabinet Parménide et président de Triapalio. Il est l'auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr Il vient de créer un nouveau site : www.lecourrierdesstrateges.fr
 

Diplômé de l'Ena (promotion Copernic) et titulaire d'une maîtrise de philosophie et d'un Dea d'histoire à l'université Paris-I, il est né à Liège en 1968.

 

Voir la bio »

Cet article a été initiallement publié sur le site Décider & Entreprendre, la voix des entreprises

La direction du Budget vient de publier la situation mensuelle budgétaire de l'État au 31 mai 2017. Cet exercice, qui clôture les derniers mois de François Hollande, illustre parfaitement les dérives des dernières semaines. 

Cliquez pour agrandir

Comme on le voit, la comparaison entre la somme des dépenses fin mai 2016 et fin mai 2017 envoie des signaux inquiétants. Les dépenses de personnel ont augmenté de 3,6% en un an, quand les dépenses de fonctionnement, à périmètre constant, flirte avec les 5% d'augmentation. Les dépenses d'intervention (les bonnes oeuvres du gouvernement Cazeneuve pour apaiser les esprits en période troublée) ont augmenté de 4%. Sur ces seuls postes, ce sont 5 milliards € qui sont partis en fumée en plus. Cette coquette somme devra être rattrapée pour tenir dans l'épure des 3%.

Pour dissimuler la poussière sous le tapis, Cazeneuve a recouru aux grands moyens. Il a sabré les dépenses d'investissement et les prélèvements au bénéfice des collectivités. 

Là aussi, cet artifice aura ses limites et le gouvernement Philippe devra gérer une situation compliquée.

Bref, ce n'est pas complètement la politique de la terre brûlée, mais Hollande n'en a quand même pas été très loin. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !