Facebook nouveau "marieur" des temps modernes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Le réseau social de Mark Zuckerberg est devenu un véritable salon de rencontre.
Le réseau social de Mark Zuckerberg est devenu un véritable salon de rencontre.
©Reuters

Entremetteur

Facebook nouveau "marieur" des temps modernes

Ils sont de plus en plus nombreux à se servir du net, et tout particulièrement de Facebook, pour draguer, rapporte le site d'information Quartz. A tel point que le réseau social de Mark Zuckerberg est devenu un véritable salon de rencontre.

Sabrina Philippe

Sabrina Philippe

Sabrina Philippe est psychologue-conseillère chez e-Darling, spécialiste des relations amoureuses.

Elle est l'auteur du livre "Amour toujours : toutes les clés pour réussir votre recontre sur internet", aux éditions Solar.

Voir la bio »

Atlantico : La proportion de gens qui utilisent Facebook pour rencontrer un partenaire est en constante augmentation, dans des pays tels que l'Inde, l'Indonésie, le Niger ou le Vietnam. Est-ce qu'on retrouve ce phénomène en Occident, culturellement plus habitué aux réseaux sociaux ? Pourquoi les gens se servent-ils de Facebook, et non d'application dédiées, pour faire des rencontres ?

Sabrina Philippe : Facebook est un véritable moyen de rencontre, c'est évident. Et ce, que ce soit en Occident ou ailleurs ; même si l'Occident reste effectivement plus habitué aux réseaux sociaux.

Si Facebook est à ce point attirant en termes de rencontre et de séduction c'est avant tout parce que c'est gratuit, un avantage non négligeable. Facebook offre également l'opportunité de récolter un certain nombre d'informations concernant le profil repéré, lequel n'est que rarement celui d'un véritable inconnu, en vérité. Grâce aux réseaux créés par Facebook, il s'agira le plus souvent de l'ami d'un ami d'un ami, etc. Quand bien même le lien est faible et très distant, on a quand même une impression de proximité.

Il va sans dire que le nombre d'inscrits joue aussi. Non seulement Facebook jouit d'un nombre de membres incalculable qui, certes, ne sont pas tous célibataires, mais en plus ils sont de manière générale plus sincères que sur des sites dédiés à la rencontre. Le mur Facebook étant public, il est bien plus complexe de cacher l'existence d'un conjoint, ou d'afficher une image particulièrement différente en guise d'avatar. Et ça a le mérite d'être rassurant pour l'internaute. Ca n'est d'ailleurs pas le seul point ou Facebook bénéficie d'un avantage indéniable : si la démarche de s'inscrire sur un site de rencontre est globalement acceptée aujourd'hui, elle représente encore une gêne pour certains utilisateurs. Facebook, en présentant une tout autre démarche que celle de recherche d'un partenaire, convient mieux à ces utilisateurs.

Ce phénomène touche-t-il toute la population ? Ou ne concerne-t-il qu'une catégorie sociale, qu'une seule tranche d'âge ?

Tout le monde est touché. A tous les âges. Le nombre d'inscrits que Facebook compte est phénoménal, et on y trouve aussi bien des jeunes adolescents que des adultes dans la fleur de l'âge. Si c'est un moyen de rencontre tout particulièrement pour les premiers, il se démocratise néanmoins pour les seconds aussi. C'est d'ailleurs un phénomène que les différents sites de rencontre avaient anticipé ; et c'est la raison première à  la segmentation du marché. Pour lutter contre l'aspect universel de Facebook, les sites de rencontre se sont réfugiés dans un aspect plus personnel. Facebook a l'avantage d'être très global, aussi les sites de rencontres sont-ils allés vers un service plus précis. C'est ainsi qu'on a vu fleurir sur la toile des sites de dating proposant des services classés par affinités culturelles, religieuses, ou communautaires.

Facebook fait-il office d'antichambre, où les discussions peuvent durer très longtemps sans forcément amener à une rencontre, ou au contraire ne s'agit-il que d'un rapide préambule pour fixer quelques détails avant le premier rendez vous ?

Il n'existe pas de véritable tendance : c'est quelque chose qui dépend profondément du caractère et de la personnalité de chacun. Certains auront besoin de plus de temps que d'autres et chatteront longuement, tandis que d'autres se jetteront volontiers sur les différentes applications de géolocalisation en temps réel, comme "tinder", que propose Facebook.

Pourquoi se réfugier derrière Facebook, et le net ? Est-ce qu'avoir une connexion internet est devenu un prérequis pour pouvoir prétendre à une relation ?

La problématique n'est pas là. Bien au contraire ! Partons d'un constat assez simple : a 20 ans, il est bien plus facile de rencontrer des gens qu'à 50. A 20 ans, à 30 ans et encore à 35, nous sommes plus souvent entourés de célibataires que de gens en couple. A partir de là, il est simple de faire des rencontres, et au fond la connexion ne représente qu'un coup de pouce. A 50 ans, la situation n'est pas la même. D'une part, la vie menée à cet âge-là est très différente de celle menée à 20, et d'autre part elle l'est également de la vie qu'on menait auparavant au même âge.

Aujourd'hui, nous sommes tous célibataires plusieurs fois dans une même vie. Il devient donc essentiel de faire de nouvelles rencontre, et ce même si on a des enfants, même si on ne peut plus sortir aussi facilement, faire des soirées tous les jours. Tels sont les facteurs qui poussent à la connexion.

Une étude publiée en 2013 faisait état d'un constat troublant : les relations à distance, et notamment par internet, seraient plus solides que celles plus classiques, notamment parce qu'en ne se voyant pas, les tourtereaux auraient le loisir de s'idéaliser. Dans les faits, sur quoi débouchent ces relations ?

Je ne crois pas que s'idéaliser permette véritablement une relation plus longue, ou plus solide. Parce que dès lors que la réalité n'est pas au rendez-vous, le soufflé a vite fait de dégonfler.

Pour autant, je ne pense pas non plus que les relations sur internet souffrent d'une carence quelconque. Pas plus qu'une relation classique, du moins. Une relation sur internet permet d'avoir plus de critères de choix et d'affinités à la base, mais cela ne poussera pas la relation à perdurer plus néanmoins. Internet ne fait que simplifier le processus.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !