Et un fasciste c’est quoi ? Pas nécessairement un membre du Front national ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Et un fasciste c’est quoi ? Pas nécessairement un membre du Front national !
©Reuters

Angle de vue

Et un fasciste c’est quoi ? Pas nécessairement un membre du Front national !

Ne cherchez pas trop : ils sont des milliers et faciles à reconnaître.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Souvenirs de fac. Devant le resto U de la rue Mabillon un étudiant que j’ai croisé sur les bancs de la Sorbonne m’interpelle. "Et si on allait faire un flipper ?". J’acquiesce avec enthousiasme. "Attends un instant" me dit-il. Il traverse la rue et se dirige vers une fille qui vend un journal de gauche, Rouge peut-être.

Il s’approche d’elle. Sort des pièces de monnaie et lui achète son journal. Puis, en la regardant droit dans les yeux, il y met le feux avec son briquet. La fille fond en larme. Très satisfait il revient. "Mais pourquoi t’as fait ça ?". "C’était élémentaire : dorénavant elle aura toujours peur !". "Imbécile" lui ai-je dit. J’aurais dû le frapper : mais je n’étais pas fasciste.

Depuis je sais ce qu’est un fasciste. Le poing dans la gueule plutôt que l’argumentation. La violence brute à la place de la controverse. La haine comme combustible. Des fascistes comme ça il y en a des dizaines de milliers en France. Mais les journaux habilités à décerner des brevets d’antifascisme ne les reconnaissent pas comme tels.

Celui qui vous frappe car vous ne lui avez pas donné assez vite la clope désirée est un fasciste. Celui qui vous traite d’ "enculé de ta race" parce que vous l’avez "mal regardé" est un fasciste. Celui qui vous piétine au prétexte que vous auriez manqué de respect à un prophète vénéré est un fasciste. Celui qui dit que "toutes les françaises sont des putes" et les traitera, le cas échéant, comme de la bidoche est un fasciste.

Ils sont nombreux. Mais ils ne font pas la une des journaux occupés à traquer les "néo-réacs" et les fachos". Car ce peuple élu par la gauche ne peut en aucune manière être fasciste. Le fait d’appartenir à une population souffrante, opprimée et cible de racisme autorise en effet toutes les lessives purificatrices.

Ils sont là. Ils n’ont ni peur ni honte. Décrétés victimes pour l’éternité ils ont l’arrogante assurance de leur bon droit. On leur a délivré –leurs compagnons de route sont influents- un permis de frapper, d’insulter et battre. Pourquoi s’en priveraient-ils ? Une précision nécessaire l’étudiant cité plus haut était ce qu’il est convenu d’appeler "un français de souche". Pour ses épigones c’est moins sûr…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !